Limbes (Limbo)

Au premier cercle se trouvent les Limbes. Il serait plus correct d’utiliser un singulier, d’ailleurs Dante dit « Limbo », mais le pluriel —les limbes— est devenu usuel. Ce terme est dérivé du latin limbus qui signifie « bord ».

La question des âmes mortes sans être baptisées était discutée depuis longtemps. Les Pères grecs, Grégoire de Nazianze

mais c’est au Moyen Âge que les travaux des théologiens —en premier lieu Pierre Lombard, dans son Commentaire des sentences— au XIIe siècle, aboutissent à établir deux « limbes ». Ils sont situés à la limite des Enfers. Ce sont:

  • le limbus puerorum (limbes des enfants), qui reçoit les âmes des enfants morts avant le baptême. Elles ne peuvent pas aller en Enfer, puisqu’elle n’ont pas péché, mais en raison du péché originel, elles ne peuvent pas non plus aller au Paradis.
  • le limbus patrum (limbes des patriarches), qui accueillent les âmes des justes, morts avant la naissance du Christ. On y trouve les Saints Patriarches et prophètes d’Israel. Ils sont libérés par Jésus, après sa mort sur la croix, lors de sa descente aux Enfers entre le Vendredi Saint et le jour de Pâques. 

Les Limbes imaginées par Dante s’écartent assez peu de la théologie chrétienne de l’époque. Il place les Limbes sur le « bord » de l’Enfer, et les réunit en un même cercle. 

L’Enfer imaginé par Dante se présente comme un cône de plus en plus étroit jusqu’au fond où se trouve Lucifer. On descend dans ce gouffre en suivant des gradins qui sont autant de cercles. 

Les limbes abritent ceux qui ont un désir éternel —celui de voir Dieu— sans espoir de voir jamais comblé ce désir. 

 

Sources: Textes sacrés et culture profane: de la révélation à la création, N°17, Recherches en Littérature et spiritualités