Les aiguilles de pin font un doux tapis sous les pieds des marcheurs. Des oiseaux chantent dans le lointain. L’air est doux. La Pinède de Ravenne a conservé ses airs de Paradis. Cette même pinède que chante Dante lorsqu’il découvre l’Eden terrestre… «per la pineta in su ‘l lito di Chiassi»… Mais c’est toute la Romagne qui sera pour le poète un paradis, celui de l’inspiration, et aussi sans doute un enfer, celui de l’exil.

Au printemps1302, Dante est un paria. Sa première condamnation à l’exil de janvier 1302 a été renouvelée et aggravée le 10 mars. Désormais les portes de sa chère Florence lui sont fermées. Certes, il n’est pas encore devenu ce «navire sans voile et sans gouvernail» qu’il décrit dans son Convivio (1). Celui qui va «par toutes les régions où l’on parle la présente langue [la langue vulgaire] errant, quasi mendiant, (…) montrant contre mon gré les blessures reçues de la Fortune, qui sont souvent injustement imputées à celui qui en souffre». Cela ce sera dans quelques années. Pour l’instant, il ne s’avoue pas encore vaincu et espère retrouver sa ville peut-être la négociation, plus sûrement par la force des armes. 

Désormais, lui, l’ancien “prieur” de Florence, le conciliateur entre les différents partis est devenu —de force— un partisan. Réfugié dans un premier temps à Arezzo il a rejoint l’Universitas Partis Alborum de Florentia où se regroupent les exilés guelfes blancs florentins. Il y occupe un rôle important comme membre du Conseil des douze [Consiglio dei dodici] qui la dirige.

Tous contre les guelfes noirs

Cette Università a signé un accord avec les anciens ennemis gibelins de Florence. Dans cette lutte “de tous contre les guelfes noirs”, Dante côtoie maintenant des gibelins qu’il a combattu comme Lapo degli Uberti. Celui-ci est le neveu de Farinata degli Uberti, un condottiere qui infligea une cuisante défaite aux troupes guelfes de Florence lors de la bataille de Montaperti en 1260. On retrouve ce même Farinata au Chant X de l’Enfer, dans le cercle des Hérétiques; «… Vedi là Farinata che s’è dritto…» et auquel Dante souhaite que sa descendance, sa lignée —et donc Lapo— se “repose un jour”: «Deh, se riposi mai vostra semenza…», indiquant par là que les vieilles rancunes peuvent s’éteindre. 

Depuis déjà quelques dizaines d’années, l’Italie est l’enjeu d’une féroce bataille politique au cœur de laquelle s’oppose en un combat idéologique et théologique l’Empereur et le pape; s’y superpose la question plus pragmatique (mais liée) de l’indépendance des territoires du Saint Siège, qui sont cernés au Nord et au Sud par le Saint Empire Romain Germanique. Cette lutte oppose donc les gibelins, partisans de l’Empire, et les guelfes acquis à la papauté. À Florence, s’ajoute une fracture supplémentaire: les guelfes se sont eux-mêmes divisés en “noirs”, que l’on peut caricaturer comme étant les membres de la vieille aristocratie, et “blancs” représentants les nouveaux milieux d’affaires et partisans d’une république indépendante.

À la fin du 13e siècle, au moment où Dante est dans l’action politique, les “noirs” se sont rangés derrière le pape Boniface VIII, qui a obtenu l’appui du roi de France, Philippe le Bel. Il envoie en Italie son frère, Charles de Valois. Ce dernier va précipiter la victoire des guelfes noirs à Florence en 1301, et donc l’exil de Dante. 

En parallèle, fort de son titre de “vicaire pontifical”, Charles de Valois a nommé à Forlì un vicaire pour la Romagne, Rinaldo da Concorrezzo. Le 1er septembre1302, ce représentant du pape est agressé et gravement blessé lors d’une messe.Il doit s’enfuir de la ville chassé par la population.

Dante_e_Scarpetta_Ordelaffi,_îffresco_di_Pompeo_Randi

Dante cherche l’appui de Scarpetta degli Ordelaffi, seigneur de Forlì contre Florence. Tableau de Pompeo Randi, 1854.

Derrière cette manœuvre, un homme, le gibelin Scarpetta degli Ordelaffi, qui en profite pour asseoir son pouvoir sur la ville. C’est ce Scarpetta —un gibelin!— qui va héberger Dante et ses compagnons d’exil; c’est lui qui prendra la tête d’une armée rebelle composée de guelfes blancs et de gibelins pour tenter de reprendre Florence. Mais ces tentatives seront de cuisants échecs, et très bientôt Dante abandonnera la partie et continuera son chemin seul. 

Les fleuves de la Romagne coulent dans toute la Comédie

De ce moment, Dante séjournera à de longues reprises en Romagne jusqu’à sa mort à Ravenne en 1321. Ces séjours lui permettront de nourrir sa Comédie en images, en personnages, en événements et en faits, comme le dit si bien John Larner dans Signorie da Romagna

Les fleuves de la Romagne coulent dans toute la Divine Comédie: le Santerno, le Lamone, le Savio et le Montone qui se précipite bruyamment à travers les montagnes au dessus de San Benedetto. Dans ses pages les anciens Romagnoli, la petite noblesse citadine, les bandits des hauts cols apennins, les seigneurs corrompus, deviennent tous immortels. (2)

Cascata_Acquacheta_Pederzoli_Valter

La cascade de l’Acquacheta longuement décrite dans le Chant XVI de l’Enfer – Photo cc Pederzoli Valter

Dante dans sa Comédie s’improvise guide des chemins de la Romagne, décrivant de nombreux lieux comme la Pinède de Ravenne ou La Cascata dell’Acquacheta chi «rimbomba la sovra San Benedetto/ de l’Alpe per cadere ad una scesa/ ove dovea per mille esser recetto; » [“gronde là au-dessus de San Benedetto / pour tomber des Alpes en une cascade / alors que mille y avaient place;”] (3)

Dante fut, par son rôle dans l’Università, au début de son exil proche des centres de décision de l’alliance “guelfes blancs et gibelins”. À cette période, explique Marc Santagata, “il avait des contacts étroits avec la famille des Guidi di Romena (…) et aussi des rapports avec Oberto et Guido, fils de Aghinolfo [di Romena] (…) Oberto, de fait, était l’époux de Margherita, fille de Paolo de Malatesta, l’amant de Francesca» (4)

C’est donc de “première main” que Dante put recueillir ces histoires “de famille” qui rendent sa Comédie si vraie. Par exemple Guido et ses frères avaient été responsables de l’arrestation de Maître Adam, un faussaire qui fabriquait de faux florins, et sera brûlé vif pour son crime. Ce personnage se retrouve au fond de l’Enfer, au Chant XXX.

Dante côtoya également des témoins très proches du drame qui frappa les familles Malatesta et da Polenta, lorsque Giancotto tua son épouse Francesca et son propre frère Paolo. Une tragédie qui inspira au poète l’un des plus beaux et bouleversants passage de sa Comédie. On y voit les deux amants malheureux tournoyer pour l’éternité dans les vents de l’Enfer. Dante n’utilise que les seuls prénoms, et s’abstient de nommer les familles auxquels ils appartenaient. Il ne faut sans doute pas y voir une prudence particulière; les familles concernées —Malatesta, da Polenta, di Ghiacciuolo— étaient parmi les plus puissantes et les plus riches de la région, et le drame connu de la population. Mais cette histoire permet de montrer les liens étroits et complexes qui unissaient les familles nobles entre elles, comme l’illustre le tableau ci-dessous. Un écheveau qui nous paraît aujourd’hui complexe mais que Dante devait lire à livre ouvert comme un spécialiste le fait avec les familles royales européennes contemporaines. 

– [arbre généalogique dressé par Paget Toynbee dans son Dictionnary of proper names and notables matters in the Works of Dante, Clarendon Press, Oxford, 1898, Table XXVII, p. 589 – Paolo a eu une fille et un fils et non “two sons” comme indiqué par erreur – N’ont été enrichis que les membres de la famille dont Dante est susceptible d’avoir eu connaissance.]

Mais si cet arbre généalogique rappelle les “alliances” des Malatesta, il ne raconte pas les guerres qui opposèrent les villes entre elles, les familles entre elles, voire les membres des familles entre elles. Gabriele Zelli rappelle opportunément que Dante «disait à propos de la Romagne: “Romagna tua non è, e non fu mai/ sanza guerra ne’ cuor de’ suoi tiranni…”[ta Romagne n’est, et ne fut jamais,/ sans guerre dans le cœur de ses tyrans”].» Il poursuit: «Une citation nécessaire quand on parle de notre terre entre 1200 et 1300, durant cette phase qui amena la chute définitive des institutions communales et les régimes seigneuriaux s’imposer pour diriger les communautés, qui devenaient les “affaires privées” des familles hégémoniques et d’oligarchies sans cesse plus restreintes.» (5)

La disparition de l’amour courtois ?

Ces guerres incessantes, cette course au pouvoir transforma-t-elle la vie des cours de Romagne? Dante le sous-tend dans le très mélancolique chant XIV du Purgatoire. Lui, le poète héritier des troubadours provençaux évoque la disparition de l’amour courtois, par la voix d’un noble romagnol, Guido del Duca: «le donne e ‘ cavalier, li affanni e li agi/ che ne ‘nvogliava amore e cortesia/ là dove i cuor son fatti sì malvagi.» [“les dames et les chevaliers, et les tourments et les plaisirs/ qui donnaient envie d’amour et de courtoisie/ là où les cœurs se sont faits si mauvais.”]

Cette terzina est plantée en plein cœur d’une longue litanie où sont égrenés les noms de familles nobles de Romagne. Ce ne sont pas les “grands” (Malatesta, da Polenta, etc.); Il en a déjà été question au Chant XXVII de l’Enfer. Ici, au Purgatoire, dans un effet de miroir déformé il s’agit des “petits”, seigneurs de modestes bourgs, de petites villes. Ils représentaient pour Dante, une sorte d’idéal aristocratique. Mais et c’est toute la nostalgie de ce passage, les corruptions, les crimes, les lâchetés, la perte de cette “virtù” qui signe la vraie noblesse pour Dante… font qu’il est préférable que ces familles s’éteignent faute de descendance. «Ben fa Bagnacaval, che non rifigli…»[“Bagancaval fait bien, il n’enfante plus“], dit Guido del Duca. 

Une nostalgie d’un temps passé et idéalisé qui n’est pas sans rappeler celle qu’il nourrissait envers sa chère Florence…

Notes

  1. Il Convivio [le Banquet], Livre premier, chapitre III, pp.188-189, texte traduit par Christian Bec, in Dante, Œuvres complètes, Le Livre de Poche, 6e édition, 2013
  2. Cité par Gabriele Zelli in Dante e la Romagna, publié le 25 décembre 2017 sur le site 4live.it
  3. La Divine Comédie, l’Enfer, Chant XVI, 94-102
  4. Dante: Il romanzo della sua vita, Ebook, La Scie, Mondadori, Milan,2012. Précisons que Guido était très probablement déjà mort lorsque Dante fut exilé, mais en revanche il est certain qu’il a connu ses frères. 
  5. in Dante e la Romagna, (déjà cité)