Il Viaggio, Dante, opératorio de Pascal Dusapin

Il Viaggio, Dante, opératorio de Pascal Dusapin

“Il Viaggio, Dante” est à la fois une traversée de l’œuvre de Dante, un hommage à la musicalité de sa langue et une œuvre nouvelle, personnelle et forte de Pascal Dusapin. Nous avons vu cet opératorio lors du Festival d’Aix-en-Provence, le 15 juillet 2022, au Grand Théâtre de Provence. 

Il_Viaggio_Dante_Pasca_Dusapin. Aix_en_Provence_Festival_2022

O voi che siete in piccioletta barca, / desiderosi d’ascoltar, seguiti / dietro al mio legno che cantando varca, / tornate a riveder li vostri liti : / non vi mettete in pelago, ché forse, / perdendo me, rimarreste smarriti.

L’avertissement lancé par le poète à ses lecteurs résonne sur la scène du Grand Théâtre de Provence, manière pour Pascal Dusapin de marquer son ambition et de prévenir les spectateurs d’Il Viaggio, Dante: suivez moi ou vous risquez de vous perdre; les eaux que vous allez parcourir dans ce spectacle ne l’ont jamais été. 

Une reproduction de l’Enfer de Botticelli au mur

Dante est en voiture. Il roule dans une forêt, boit au goulot. Il croise une femme. Est-ce Béatrice? C’est l’accident. L’écran se lève sur un appartement bourgeois aux murs gris et blancs, avec un tableau accroché au mur: une reproduction de l’Enfer de Dante dessiné par Botticelli. Le poète gît sur le plancher. Une femme habillée d’une courte robe noire, parée d’éclats, veille sur lui: 

I’o son Lucia / lasciatemi pigliar costui che dorme; sì l’agevolero per la sua via.

Les lecteurs de la Divine Comédie auront reconnu les vers du Chant IX du Purgatoire (v. 55-57), lorsque Lucie enlève Dante endormi pour le déposer à la porte du Purgatoire: «Je suis Lucie; laisse-moi prendre celui qui dort; je lui faciliterai sa route», dit-elle alors à Virgile. 

Dans cette scène où l’onirique se mêle au réel, le présent au passé, Lucie appelle Béatrice à venir au secours de son fedele. Ce dernier est-il éveillé? Gravement blessé —son plastron est ensanglanté—, il semble rêver. Il se revoit jeune, lorsque «est apparue la première fois la glorieuse dame de mes pensées, laquelle fut nommée par beaucoup Béatrice», ainsi qu’il le disait dans sa Vita Nuova

Le Narrateur sera notre guide

D’ailleurs, Dante «jeune» chante lui aussi. Répond-il au Dante «adulte»? À Lucie? Il semble plutôt dialoguer avec le chœur. Celui-ci s’afflige de la mort de l’aimée: «Ita n’è Beatrice in l’alto ciel». Le chœur l’accompagne dans sa douleur, alors qu’il découvre la disparition de Béatrice avec les premières notes du Miserere me, auquel Pascal Dusapin offre une belle et délicate variante. 

Dans ce premier tableau «d’exposition» de Il Viaggio, Dante, dont la complexité ne nuit pas à la  lisibilité, nous voyons se mettre en place les principaux ressorts de cet opératorio, comme l’appelle son créateur. 

Nous rencontrons notre guide, le Narrateur (Giacomo Prestia, formidable de présence), dont la veste éblouissante et les chaussures d’un rouge tout aussi étincelant sont autant de clins d’œil au Monsieur Loyal des cirques. Ce sera lui qui nous permettra de ne pas perdre le fil, tout au long des sept tableaux qui composent cette œuvre. 

L’auteur du texte est un certain Dante Alighieri, Frédéric Boyer, le librettiste, ayant puisé dans la Divine Comédie et la Vita Nuova, l’œuvre de jeunesse du poète. Il n’offre pas un résumé des deux œuvres, tâche impossible, mais avec ce matériau immense il a recomposé à partir de fragments soigneusement choisis une œuvre nouvelle. 

Le libre-arbitre du librettiste, Frédéric Boyer

La lecture du livret est pour tout amateur du poète florentin une source d’amusement devant la liberté que s’est accordée F. Boyer dans ce qu’il appelle «une libre traversée de l’œuvre de Dante»1: on voit des passages du Paradis s’enchaîner avec d’autres du Purgatoire, les noms des damnés, soigneusement rangés par Dante dans des cercles de l’Enfer différents, être tous égrainés dans un même chapelet… 

Mais cette liberté, nécessaire pour apporter à cet opéra sa poésie, s’accompagne d’une immense rigueur dans la reconstruction du texte. Il s’agit de nous faire entendre un voyage, à travers le deuil et la perte comme l’explique Frédéric Boyer: 

Je voulais construire un livret à partir du matériau Dante, sa langue, sa poésie et réaliser (…) une série de tableaux dont chacun mettrait en scène une épreuve de la parole humaine: dire la détresse, chanter le deuil, parler sans espérance, ou devoir dire ou décrire les malheurs du monde, puis dire l’espérance dont on ne possède jamais l’objet, et la vision béatifique qui ne sera pour nous que l’horizon de notre désir. Chacune de ces épreuves est toujours la nôtre. Comment entrer dans ce monde «sans espérance» et comment y dire ou y entendre notre espérance?2 

Le dialogue de deux Dante

Est-ce de là qu’est née cette idée étonnante, mais qui donne tant de force à cet opéra de faire apparaître et dialoguer deux “Dante”, l’un jeune, celui de la Vita Nuova, et l’autre, celui qui est déjà «nel mezzo del cammin di nostra vita», l’un qui perd Béatrice et s’en désespère et l’autre qui la retrouve au Paradis. 

On comprend mieux alors pourquoi le septième et dernier tableau s’ouvre sur les toutes dernières lignes de la Vita Nuova chantée par le «jeune» Dante: 

e poi piaccia a colui che è sire de la cortesia, che la mia anima se ne possa gire, a vedere la gloria de la sua donna, cioè di quella benedetta Beatrice, la quale gloriosamente mira ne la faccia di colui qui estper omnia secula benedictus. (“et après plût à celui qui est Sire de la courtoisie que mon âme puisse se tourner vers la gloire de sa dame, celle de cette Béatrice bienheureuse, laquelle glorieusement contemple la face de Celui qui est béni pour les siècles des siècles.”) 

et se clôt sur les derniers vers de la Divine Comédie, chanté par le Dante «adulte», désormais capable «a sostener lo riso mio» (“à soutenir mon sourire”) de Béatrice. Le voyage est achevé: 

Già volgeva il mio disio e’l volle,

si come rota ch’igualmente è mossa, 

l’amor che move il sole e l’altre stelle

(Déjà tournaient mon désir et la volonté, / comme se meut régulièrement une roue, / l’amour qui meut le soleil et autres étoiles)

La langue, un choix musical

Le livret utilise la langue de Dante, à l’exception de quelques ajouts pour le chœur en latin. Pascal Dusapin n’imaginait pas utiliser une traduction, car pour lui: 

Musicalement, la question de la langue était évidemment centrale3

Un choix d’autant plus évident que le compositeur a une longue et ancienne fréquentation de Dante. Dans les années 1990, il avait déjà composé Comœdia, une pièce inspirée de trois extraits du Paradis. Il utilisera encore la poésie dantesque dans d’autres œuvres, mais il lui restait «à faire quelque chose avec la Divine Comédie». 

Ce «quelque chose» est donc ce qu’il nomme un opératorio, contraction d’opéra et d’oratorio. Chez Dante, il n’y a pas la même théâtralité, estime-t’il que chez Shakespeare. Peut-être aussi —mais Pascal Dusapin ne le dit pas— existe-t’il une dimension religieuse irréductible dans l’œuvre du poète florentin. 

Celle-ci se retrouve à l’évidence tout au long de la pièce dans les  répons du chœur. Ses chants latins rythment et ponctuent tant le quatrième tableau, celui de l’Enfer, que les sixième et septième, ceux du Purgatoire et du Paradis. 

Une musique contrastée

La musique et les chants de Il Viaggio, Dante sont, pour quelqu’un qui avait assisté la veille à une représentation de l’opéra de Rossini, Moïse et Pharaon, plus… contrastés. Pascal Dusapin joue dans sa composition sur des plages apaisées, de moments de tension, n’hésite pas à créer parfois, dans certaines parties de l’Enfer, un sentiment de malaise. 

La fin angoissante du troisième tableau, où, comme le dit le Narrateur à propos des damnés, «Nulla sperenza li conforta mai» (“nulle espérance, jamais ne les conforte”), la musique âpre qui n’est pas sans rappeler celle des films d’épouvante, les coups de cymbales, les chants du Dante «adulte» et de Virgile qui épousent cette musique angoissante, les rires des damnés… tout concourt à exprimer ce moment terrible où il faut entrer dans l’Enfer, et le faire sous le rire des damnés ou celui du chœur… on ne sait plus… 

Dès le gong d’ouverture du quatrième tableau, les questions pleines de colère de Filippo Argenti frappent: «Che se’ tu / che vieni anzi ora?». La musique complexe soutient, accompagne et amplifie les chants volontairement dissonants et la force tranquille du chœur. Elle laisse du temps à la parole nue, celle du Narrateur, et ricane lorsque les damnés rient. 

Virgile, pâtre échappé des Géorgiques

La qualité des chanteuses et des chanteurs participe à la réussite de cette ambitieuse création. L’étonnante performance de la mezzo-soprano Christel Loetzsch qui joue le «jeune Dante» mérite d’être soulignée. Pascal Dusapin indique avoir écrit sa musique pour cette chanteuse: 

Christel Loetzsch (…) possède une voix de mezzo avec de très beaux aigus et des graves assez spectaculaires, et se situe donc presque entre deux registres de genre. Pour imaginer le rôle de Giovane Dante, j’ai donc construit deux mondes psychologiques incarnés tout simplement par le grave et l’aigu de la voix.»4

Le «tout simplement» mérite d’être apprécié à la hauteur de la performance de Christel Loetzsch. Mais s’en tenir à cette seule chanteuse ne serait pas faire justice aux autres artistes qui ont fait vivre cette création. Jean-Sébastien Bou incarne un Dante tourmenté. Evan Hugues campe un Virgile, pâtre que l’on croirait échappé des Géorgiques

Jennifer France, vêtue de cette «nobilissime colore, umile et onesto, sanguigno», est cette Béatrice tout d’abord «perdue» puis retrouvée et dont finalement Dante pourra «sostener il mio riso». 

Il faut aussi souligner la performance exceptionnelle de Dominique Visse, contre-ténor, qui donne voix mais aussi corps aux damnés, et ne pas oublier la soprano colorature Maria Carla Pino Cury si sage dans sa petite robe noire constellée de diamants, mais si présente tout au long de la pièce. 

Quand pourrons-nous revoir cet opéra?

Un opéra, c’est aussi un orchestre et un chœur. Ici chacun a joué sa juste partition avec l’emploi d’instruments inusités comme le glass harmonica ou les glockenspiels, sous la direction inspirée de Kent Nagano. 

La question à se poser désormais est de savoir où et quand cet opéra, qui n’a été interprété qu’à quatre reprises lors du Festival d’Aix-en-Provence 2022, sera de nouveau monté et joué.

Pour l’instant, il est possible d’en écouter une captation sur France Musique5, mais il manque la dimension visuelle, qu’il s’agisse des décors sobres et dépouillés d’Étienne Pluss et de la mise en scène soignée de Claus Guth. 

Pour une première écoute de cette œuvre complexe, il semble difficile de se contenter du seul son, sans disposer du livret ni des repères visuels, aides précieuses à la compréhension. Mais peut-être suffit-il de se laisser porter par la musique et le chant et tout comme le jeune Dante de ne pas perdre l’espérance. Après tout, cet Opéra est certes une commande du Festival d’Aix en Provence, mais aussi de l’Opéra National de Paris. Alors pourquoi Il Viaggio, Dante ne renaîtrait-il pas bientôt sur une autre scène? «Già volgeva il mio disio e’l velle…» 

Notes

  • Il Viaggio, Dantede Pascal Dusapin. Opéra en sept tableaux
  • Livret de Frédéric Boyer d’après Vita Nova et Divina Commedia de Dante
  • Direction musicale Kent Nagano
  • Mise en scène et chorégraphie Claus Guth
  • Décors Étienne Pluss
  • Costumes Gesine Völlm
  • Lumière Fabrice Kebour
  • Vidéo rocafilm
  • Dante : Jean-Sébastien Bou
  • Virgilio : Evan Hughes
  • Giovane Dante : Christel Loetzsch
  • Beatrice : Jennifer France
  • Lucia : Maria Carla Pino Cury
  • Voce dei dannati : Dominique Visse
  • Narratore : Giacomo Prestia
  • Chœur de l’Opéra de Lyon
  • Chef de choeur : Richard Wilberforce
  • Orchestre de l’Opéra de Lyon dirigé par Kent Nagano
  • Commande du Festival d’Aix-en-Provence, Opéra National de Paris
Una commedia per Dante, opéra-bouffe de Federico Benedetti

Una commedia per Dante, opéra-bouffe de Federico Benedetti

«Una commedia per Dante» a été composée pour fêter l’anniversaire des 700 ans de la mort du poète. Elle a été commandée au compositeur et musicien de jazz, Federico Benedetti. Il a réussi un opéra-bouffe joyeux et moqueur qui interroge à sa manière les origines de la Divine Comédie. Cette œuvre, créée le 17 mai 2021 au Teatro Olimpico de Vicenza, est aujourd’hui accessible sur la chaîne YouTube du Conservatoire de Vicenza. 

Una_commedia_per_Dante_Federico_Benedetti_Vicenza

Una commedia per Dante, de Federico Benedetti. Dans cette scène Dante est entouré d’Amour, de Béatrice et de Guido Cavalcanti. (Capture d’écran).

À s’en tenir à la lettre de Una commedia per Dante, de Federico Benedetti, Dante n’aurait été qu’un Casanova de préfecture, le pâle plagiaire d’un auteur arabe, un pauvre versificateur dont la gloire ne serait dûe qu’à un pacte faustien. 

Il y a bien sûr du vrai dans ces péchés dont est chargé le poète florentin, mais l’opéra-bouffe de Federico Benedetti est d’abord et avant tout une plaisante pochade que l’on a un grand plaisir à regarder. 

Dans un interview à Proustonomics1 l’auteur a révélé le point de départ du livret: 

La culture européenne a été beaucoup influencée par l’Espagne musulmane, au point qu’une des œuvres de jeunesse de Dante, La Vita Nova, semble très inspirée d’un auteur musulman andalou du XIe siècle, Ibn Hazm, qui a écrit Le Collier de la Colombe, sorte de version arabe de La Vita Nova

Une osmose entre deux traditions littéraires

Cette influence musulmane est peut-être particulièrement marquée pour ce qui concerne la poésie provençale en raison de nombreux échanges entre l’Andalousie et la France méridionale du XIIe siècle. «Cela fait suspecter, écrit Massimo Campanini, qu’une osmose se soit produite, un échange, non admis peut-être, mais indubitable, entre deux traditions littéraires distinctes mais sur de nombreux points convergentes».2

Logiquement, Federico Benedetti tire ce fil et installe Ibn Hazm en justicier de la poésie. «Je suis venu te démasquer très cher imposteur», dit-il à Dante dans l’une des premières scènes de la pièce. Il explique au poète italien qu’il a écrit Le Collier de la Colombe, un récit 

moitié en vers, moitié en prose, dédié à un ami cher pour parler de l’amour et de mon expérience. J’y ai raconté comment l’amour élève l’âme au Ciel. (…) Avec Vita Nova tu as écrit à ta manière mon livre. 

Et la manière de Dante n’est pas celle d’Ibn Hazm:

La problématique de l’amour chez Ibn Hazm anticipe certains aspects du Stilnovo: une vision de l’amour qui oscille entre abandon sensuel et contrôle éthico-spirituel, même si évidemment chez l’auteur arabe il n’y a pas de nature angélique de la femme. Il est plus proche de Cavalcanti (ou Guittone) que de Dante.3

Un acte d’accusation cruel

Quoiqu’il en soit, les retrouvailles —sur scène— de Dante avec ses anciennes “amours” ne sont guère aimables, qu’il s’agisse de la donna pietosa, cette «noble jeune dame et très belle qui le regardait avec compassion» 4; de la donna specchio (ou schermo) cette jeune femme qui sera «un écran pour la vérité»5 et lui permettra de cacher son amour pour Béatrice; ou encore de la donna pietra (ou Petra, comme la nomme Dante), objet d’un amour tenace mais non partagé, et à laquelle Dante dédia quatre poèmes clairement identifiables. 

L’acte d’accusation est sévère: ce n’est pas avec ses propres vers qu’il a cherché à séduire ces jeunes dames, mais «en empruntant son arsenal aux poètes arabes et aux poètes provençaux».

Déjà attaqué comme plagiaire, avec l’apparition de Guido Cavalcanti, l’acte d’accusation s’enrichit de la trahison. Dante perd pied. Il avoue: «Comme tu as raison. À ce qui est vain j’ai donné de la valeur». 

Une proposition diabolique d’Amour

Il ne reste plus qu’à Béatrice —magnifique Sara Gramola— de planter le dernier clou en lui disant qu’il se retrouve «seul, narcissiste et immature». On retrouve là les accents du Chant XXX du Purgatoire: «e volse i passi suoi per via non vera, / imagini di ben seguendo false, / che nulla promession rendono intera» (“et il tourna ses pas vers une voie erronée / suivant des images fausses du bien, / qui ne tiennent aucune promesse entièrement — v. 130-132)

Comment retrouver sa gloire, redevenir le sommo Dante, alors que sa vie n’est plus que ruines et faux-semblants, c’est l’histoire de la fin de cette Commedia, dont la clé réside dans une suggestion diabolique d’Amour: 

que Dante écrive un long poème dans lequel il s’excusera et il sera pardonné. Il se confessera et obtiendra l’absolution

Sur les conditions de sa naissance ce long poème qu’est la Divine Comédie.qu’imagine Federico Benedetti nous ne dirons rien, et nous en resterons à la seule lecture de l’acte d’accusation. Le principe d’un opéra-bouffe est de proposer outre la fantaisie des situations et le jeu des quiproquos, un coup de théâtre final. 

C’est donc une jolie surprise que cette Commedia per Dante par son livret mais aussi par sa musique légère et entraînante. Il y a de belles réussites chantées, en particulier les deux duos entre Guido Cavalcanti et Dante pour le premier et entre Béatrice et Dante, où les voix se répondent et se superposent. 

UNA COMMEDIA PER DANTE

Opéra-Bouffe de Federico Benedetti titulaire de la chaire de Composition de Jazz au Conservatoire de Vicenza. ll est l’auteur du livret et de la musique. Cette œuvre a obtenu le patronage du Comité National pour la Célébration des 700 ans de la mort de Dante.

Dans la vidéo enregistrée dans le Teatro Olimpico di Vicenza, en l’absence de spectateur (en raison de la pandémie de Covid) le 17 mai 2021, la distribution est la suivante: 

  • Dante: Yumin Yang
  • Ibn Hazm / Amour / Diable: Diego Castello
  • Béatrice: Sara Gramola
  • Guido Cavalcanti: Alberto Zanetti 
  • La Donna Pietra: Lucìa Mariel Fernandez
  • La Donna Specchio: Hanna Kim
  • La Donna Pietosa: Chiara Selmo
  • La musique est interprétée par l’Ensemble du Conservatoire de musique de Vicenza, Arrigo Pedrollo.
Ebba Holm et Klaus Wrage: Le noir de l’Enfer et la lumière du Paradis

Ebba Holm et Klaus Wrage: Le noir de l’Enfer et la lumière du Paradis

C’est une exposition remarquable qu’avait organisé du 12 février au 8 mai 2022, à Berlin le Kupferstichkabinett autour de deux grands artistes: la Danoise Ebba Holm et l’Allemand Klaus Wrage. Ces deux artistes méconnus ont su grâce à des techniques, atypiques, la linogravure pour la première, et la xylographie pour le second, traduire en images la poésie de la Divine Comédie.

Klaus_Wrage_Paradiso_XXV

Klaus Wrage: Dante aveuglé par la lumière de St Jean, Le Paradis, Chant XXV

Avril 2022 à Berlin. Il faut marcher à travers les immenses travées vides du Kupferstichkabinett, escalader plusieurs volées d’escalier, pousser une porte et enfin entrer dans l’exposition Höllenschwarz und Sternenlicht, «Enfer noir et Lumière des étoiles». 

Sur les murs, se détachent, soigneusement encadrées et alignées, les linogravures de l’artiste danoise Ebba Holm et les gravures sur bois de l’Allemand Klaus Wrage. Il est paradoxal que ce musée qui possède 84 illustrations de Botticelli sur la Divine Comédie1 n’ait présenté que des auteurs contemporains, ou quasi contemporains. 

Il est sans doute injuste de ne pas retenir les autres artistes exposés, comme Odilon Redon, Gustave Doré ou encore Arnold Böcklin, mais le cœur, l’ossature de l’exposition est faite des œuvres d’Ebba Holm et Klaus Wrage. 

Le travail de ces deux artistes peu connus en France mérite que l’on s’y arrête. 

Une sagesse qui n’est qu’apparence

Les œuvres de Ebba Holm (voir biographie ci-dessous) se caractérisent par une sobre élégance, et son dessin illustre, au sens propre du terme, les scènes. C’est, par exemple, une version très apaisée et romantique qu’elle présente du couple Paolo et Francesca (Chant V de l’Enfer): Francesca est nichée dans le corps de Paolo, sa tête reposant sur le sein de ce dernier. Ils sont comme posés sur un îlot de calme au milieu de la tempête de vents violents qui est censée les emporter et les tourmenter. 

Mais il ne faut pas en rester à cette sagesse apparente. Ebba Holm a lu et relu le texte de la Divine Comédie et se l’est profondément appropriée. Le dessin où elle ramasse en une seule illustration les trois chants de l’Enfer «sous la pluie de feu» (XIV à XVI) en est un exemple. 

Le lecteur de la Divine Comédie reconnaît en avant-plan le corps de Capanée allongé «qui semble ne pas se soucier du brasier», plus loin  il voit Brunetto Latini se saisir des pans du manteau de Dante, mais aussi ces Florentins qui «forment tous trois une roue. / Comme les lutteurs nus et huilés / cherchent leur prise». Mais au-delà de ces détails, on est frappé par la force du tableau d’ensemble que forment ces trois chants ainsi rassemblés sous nos yeux. 

D’un coup, on voit le chemin que suivent Dante et Virgile, protégé des flocons incandescents par des vapeurs dont on distingue les volutes. Le jeu du noir du chemin et du ciel avec le blanc de la plaine de sable dramatise encore la scène. Chaque petite tache blanche qui se détache du sombre du ciel devient un point de feu et l’on devine le désarroi et la souffrance des damnés à leurs gestes désarticulés. 

La force de l’abstraction de Ebba Hom

La force de Ebba Holm se trouve peut-être dans d’autres dessins où elle joue l’abstraction. Nous en avons une amorce avec cette illustration qui représente la porte d’entrée de l’Enfer. Virgile et Dante sont deux silhouettes minuscules devant une immense bouche noire. Quelques lézardes blanches strient les murs de cette grotte et sur le fond sombre se détachent les fameuses phrases d’ouverture du Chant III: «Per me si va nella città dolente / Per me… »

Ebba_Holm_Couv

Ebba Holm, La Divine Comedie

Cette abstraction trouve son acmé dans le dessin d’ouverture. Une large pyramide noire figure l’Enfer et la montagne du Purgatoire, qui s’achève en un large entablement. Cette sombre montagne contraste avec un ciel lumineux où quelques bandes noires permettent de figurer ces étoiles. L’absence de figure humaine évite toute distraction de sens: c’est bien d’une ascension vers le ciel dont il sera question dans cette Divina Commedia dont le titre s’affiche dans une typographie caractéristique des années 1930. 

Avec ce dessin, qui ouvre l’exposition, Ebba Holm, montre à quel point la technique qu’elle utiise, que l’on pourrait trouver rustique car elle n’autorise que les contrastes brutaux entre le noir et le blanc, peut être d’une expressivité rare. 

Le destin heurté de Klaus Wrage

Faut-il voir dans le destin autrement heurté de Klaus Wrage une explication à la vigueur et à la force de son trait. Elle ne saurait se trouver dans la technique qu’il emploie, la xylographie, la gravure sur bois, qui produit aussi des images fortement contrastées en noir et blanc. 

Klaus Wrage (voir sa biographie ci-dessous) est un quasi contemporain de Ebba Holm, puisqu’il naquit en 1891. Si lui aussi séjourna brièvement en Italie vers 1912, c’est la Grande Guerre de 1914-1918 qui va durablement le marquer. Engagé volontaire dès 1914, il sera gravement  blessé en Champagne. Dès qu’il est rétabli, il est envoyé sur plusieurs champs de bataille dont celui de Verdun où il sera fait prisonnier. 

Dans le camp de prisonniers de Chamery, il va découvrir, par hasard, une édition allemande de la Divine Comédie. Tout de suite il s’en empare et va en rester durablement marqué comme il le raconta bien plus tard, dans un livre paru en 1958, Beatrice, Dante’s rechter Weg zu Gott

En 1917, après l’enfer de Verdun, Douaumont et le Camp de Représaille, j’ai trouvé la Divina Commedia de Dante à l’hôpital militaire et j’ai commencé à la dessiner. J’avais expérimenté un enfer que je n’aurais jamais imaginé auparavant, et la confusion due à une catharsis a secoué mon âme déchirée, mais le paradis de la bouche souriante et des yeux splendides me transportèrent au Purgatoire et au Paradis. Nous avons cru autrefois de manière optimiste en la lumière et dans le progrès, dans l’être. L’horreur de ne pas être s’est emparé de nous et du monde seulement après l’enfer des deux guerres mondiales, pendant l’«ère atomique». L’être est éternel, mais le génie dantesque illustre aussi en Enfer le non-être éternel. Mais il nous guide à travers cet Enfer jusqu’au Paradis.2

Un dessin dur et âpre

Ces quelques lignes sont importantes, car Klaus Wrage fait partie des rares artistes à avoir illustré l’ensemble de la Divine Comédie. Il donne corps à sa vision dès le début des années 1920, en réalisant une série d’incunables, dont il fit don pour une grande partie au Kupferstichkabinett. Les collections du musée s’enrichirent ainsi de 123 gravures sur bois illustrant l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis. 

Klaus_Wrage_Xylografie

Un exemple du travail de Klaus Wrage avec la mise en regard du texte et de l’image. (Photo Marc Mentré)

Las, les aléas de la Seconde Guerre Mondiale, firent que cette collection fut perdue… avant d’être retrouvée il y a quelques années sur le marché de l’art espagnol. 

Le trait de Klaus Wrage n’est pas aimable en tout cas pour la vision qu’il donne de l’Enfer. 

C’est le visage dur d’un homme au regard perdu, à l’expression inquiète qu’il dessine pour Dante au Chant I de l’Enfer. Point de répit dans le Chant V. La scène dans laquelle les âmes sont prises dans la tempête est d’un réalisme cru: les corps disloqués sont aspirés, projetés, emmêlés. Et lorsqu’il fait un gros plan sur Paolo et Francesca, certes le couple est enlacé, mais l’épaisse lame de la dague qui les a frappés perce encore leurs corps. Leurs visages, tout comme celui de Dante, sont marqués d’une profonde détresse. 

Difficile de choisir, tant chaque scène à de force, que ce soit celle des “gourmands” du Chant VI enfoncés dans la boue sous une pluie glacée et lourde, ou encore la haine primaire qu’exprime le visage de Filippo Argenti lorsqu’il s’efforce de se hisser sur la barque qui transporte Virgile et Dante à travers le marais du Styx.

La lumière accompagne les envoyés du Ciel

Dans plusieurs de ses dessins sur l’Enfer, Klaus Wrage joue sur l’accumulation des corps,  comme la scène —oh combien glaçante!— des usuriers assis au bord de la falaise sous d’énormes flocons de feu. Ce tableau se détache d’un fond noir, celui de l’Enfer, où rien ne brille ni ne luit. 

Si donc l’Enfer de Klaus Wrage est noir, son Purgatoire est plus contrasté. Il continue certes de dessiner de sombres images. Par exemple, celle où se dressent les silhouettes squelettiques des âmes du Chant XXIII du Purgatoire, dont «chacune avait les yeux sombres et caves, le teint pâle, et tant privée de chair / que la peau épousait les os.» (v. 22-24) est d’une violence saisissante. 

Mais le Purgatoire est marqué par l’irruption de la lumière. Aux larges aplats noirs de l’Enfer, succèdent des dessins aux traits appuyés sur des fonds blancs. Ils deviennent presque lumineux lorsqu’apparaît un envoyé du Ciel, comme l’ange qui, au Chant II, conduit les âmes des rivages du Tibre à la plage du Purgatoire. 

Cette lumière éclate dans les dessins épurés et graphiques du Paradis, un défi auquel cet illustrateur s’est confronté. Comment traduire la poésie de Dante, alors que souvent le poète lui-même avoue ne pas avoir les mots pour retranscrire ce qu’il voit. Le graphisme de Klaus Wrage se fait plus épuré et abstrait. 

Pour illustrer le Chant XXV du Paradis, celui où Dante, ébloui par la lumière de Saint Jean, devient quasiment non-voyant, il dessine une sombre silhouette. On devine qu’il s’agit de Dante. Il se tient immobile au milieu d’une multitude de cercles qui tournent et dansent autour de lui, à l’exception d’un seul au centre, qui est celui de Saint Jean. C’est pour lui que Dante se brûle les yeux et s’efforce de «voir quelque chose qui n’est pas ici». (v. 123). 

L’exposition ferme ses portes le jour où est publié cet article3. Il n’en existe guère de traces, si ce n’est quelques articles dans des journaux allemands comme celui de la Frankfurter Allgemeine Zeitung auquel on peut se référer. Il serait dommage que ces deux artistes mis en lumière à cette occasion retournent dans un oubli injuste. 

EBBA HOLM

Ebba Holm est née le 29 mai 1889 à Frederiksberg, dans la banlieue de Copenhague. Elle fait des études artistiques classiques: une École d’Art en 1906, puis l’Académie des Beaux Arts, dont elle sort diplômée en 1913. Elle va ensuite voyager en Allemagne, en France à Paris, mais surtout en Italie où elle effectuera plusieurs longs séjours entre 1913 et 1939. Ces séjours seront déterminants dans sa vision de l’art et dans sa technique. Il est très probable qu’elle découvre l’œuvre de Dante lors du six centième anniversaire de sa mort en 1921. 

Passionnée par la période médiévale, mais aussi par la peinture italienne de la Renaissance et le baroque, elle peindra de délicates aquarelles de paysages. Surtout elle adoptera et cultivera sa technique de linogravure, qui consiste à graver en creux sur du linoléum une image pour ensuite l’imprimer sur un tissu ou un papier. Une technique qu’elle travaillera particulièrement lorsqu’elle collaborera de 1924 à 1926, à la revue spécialisée italienne Xilografia

Ebba Holm est décédée le 30 novembre 1967 à Copenhague.

Son œuvre majeure —à tout le moins aux yeux des amateurs de Dante—  sont la centaine de linogravures qu’elle a réalisées pour illustrer l’édition d’une traduction en danois de la Divine Comédie parue en 1929. Le Kupferstichkabinett acheta à la fin des années 1920 une centaine d’impressions en lin de ses œuvres. C’est une partie d’entre elles qu’y sont accrochées sur les murs de l’exposition. 

KLAUS WRAGE

Klaus Wrage est né le 18 avril 1891 à Malente-Gremsmühlen, dans le Holstein, une région septentrionale de l’Allemagne. Son père Hinrich Wrage (1848-1912) était un peintre paysagiste reconnu.

Après avoir étudié la philosophie et la Science naturelle à l’université de Tübingen, puis de peinture à Münich, il part en 1912 en Italie. Au cours de ce séjour, sur les bords du Lac de Garde,  il sera l’élève de Hans Lietzmann. Il étudia notamment le nu masculin. 

Engagé dans l’armée allemande dès 1914, blessé en Champagne, il participe plus tard à la bataille de Verdun où il est fait prisonnier. C’est lors de sa détention qu’il découvre la Divine ComédieLibéré en 1920 il retourne dans sa région natale le Holstein. Il  y épousera la danseuse et chorégraphe, Greta Wrage von Pustau.

Lors de son retour, il  réalise  vingt quatre dessins à la pointe sèche sur la Vita Nova, avant de se consacrer à la Divine Comédie en utilisant cette technique si particulière et expressive qu’est la xylographie, ou gravure sur bois. Il va réaliser 99 gravures et autant de textes gravés produisant de la sorte un ensemble complet de la Divine Comédie

Dante l’accompagne toute sa vie. Il développe une analyse toute personnelle de l’œuvre basée sur la numérologie en particulier le chiffre 4, dont l’extrait suivant, de son livre Beatrice, Dante’s rechter Weg zu Gott, donne un aperçu: 

36 est le numéro du Graal. Trois fois douze = 36. Les Templiers forment sa protection, et aussi son impact sur le monde (= 4) montre le chiffre symbolique 36, c’est-à-dire 9 x 4 = 36. Aussi ici, la racine numérique de 36 = 9. 360° est le cercle, symbole de la perfection divine. Ce symbolisme des nombres était encore très vivace au temps de Dante, et pourrait vous en dire beaucoup sur la manière dont je l’ai vécu de manière vivante dans mon travail artistique, que je le veuille ou non, parce que moi aussi je suis un Thomas mécréant. Il n’est pas étonnant que la signification symbolique des nombres soit encore vivante.4

Klaus Wrage est décédé le 11 septembre 1984, à Eulin-Fissau.

  • À LIRE: Klaus Wrage, Illustratore della Divina Commedia di Dante, a cura di Sibyl von der Schulenburg e Giancarlo Lacchin, il Prato, Saonara, 2021. Ce petit livre soigné de quelques 120 pages, outre une bibliographie complète de Klaus Wrage, contient une cinquantaine de xilographies de l’artiste, ce qui en fait un ouvrage précieux
La Divine chromatie de Philippe Fretz

La Divine chromatie de Philippe Fretz

Le monumental triptyque de Philippe Fretz, “Divine chromatie” est exposé à Strasbourg, à l’église du Temple Neuf, jusqu’au 10 avril. Le peintre genevois offre une relecture picturale et contemporaine de la Divine Comédie de Dante. Une vision déroutante mais étonnement fidèle au chef d’œuvre du poète florentin. 

Divine_Chromatie_Philippe_Fretz

Divine chromatie, ©Philippe Fretz

La Divine chromatie est, au sens plein du terme, une œuvre géante. Par ses dimensions en premier lieu: 3,6 mètres de haut, 11 mètres de large, ce gigantesque triptyque impressionne. Mais surtout par son ambition: le peintre Philippe Fretz entend réinterprèter la Divine Comédie et la recomposer en une œuvre contemporaine. 

Le visiteur, s’il est familier des représentations traditionnelles de l’œuvre majeure de Dante, ne peut qu’être dérouté: le gouffre de l’Enfer et le mont où s’accroche les corniches du Purgatoire ont disparu; les sphères des cieux se sont évaporées. L’enchaînement rigoureux où se succèdent les trois règnes a disparu. 

Des figures familières

Un examen plus attentif permet toutefois de distinguer quelques figures familières: Lucifer, un ange volant au-dessus d’une terrasse, Géryon comme en apesanteur, chargé de ses deux passagers, Dante et Virgile…  

Mais que viennent faire ces terrasses, ce labyrinthe d’escaliers, ce golfeur, ces paysages genevois tranquilles, cette nature manucurée? Qui sont ces personnages que l’on distingue, l’une assise tranquillement, une autre jouant sur sa guitare… Et ce vélo, cette trottinette, tous ces objets incongrus ne trahissent-ils pas une modernisation abusive et une recherche de la transgression pour la transgression?  

Et puis, progressivement les logiques, les partis pris se font jour, et l’œuvre dans sa complexité et sa richesse se révèle: c’est la Divine Comédie mais c’est en même temps une œuvre distincte, originale. Les paysages, les ouvrages d’art qui peuplent l’univers de ce Genevois, forment une ligne familière et marquent la réappropriation de l’œuvre de Dante, comme, par exemple, le bâtiment des Forces motrices de Genève.

Forces_motrices_Geneve

Le bâtiment des Forces motrices à Genève, est réinterprété dans Divine chromatie.

II faut commencer par un chiffre: 33, soit le nombre de tableaux qui composent le triptyque. Il y en a donc autant que de chants dans un cantique de la Divine Comédie. Mais le jeu avec les nombres est plus subtil: l’œuvre est composée de onze panneaux en longueur et de trois en hauteur. On retrouve donc ce trois symbolique, propre à l’œuvre dantesque. 

Le fil d’Ariane de ce labyrinthe est un golfeur

On entre dans la Divine chromatie. pratiquement en son centre («nel mezzo del cammin…»). Un golfeur fait son chemin dans une forêt peuplée des trois bêtes, le lion, le léopard et la louve. Le même golfeur que l’on retrouve jouant son coup dans le tableau situé juste au-dessus.

Son swing propulse sa balle à gauche. Très vite, l’œil est accroché par Minos et son immense queue avec laquelle il attribue à chaque damné sa peine. Il est coiffé d’un cône formé de neuf cercles concentriques. Nous sommes donc dans l’Enfer. Il ne reste plus qu’à parcourir les terrasses, dégringoler les escaliers, pour rejoindre Lucifer, s’agripper à son corps, pour surgir à droite du tableau dans le Purgatoire. 

On comprend alors que le triptyque reprend les trois cantiques, mais que chacun est disposé de manière originale: l’Enfer, à gauche, et le Purgatoire, à droite, enserrent le Paradis qui occupe la place centrale. Et l’on comprend aussi qu’il faut suivre un parcours labyrinthique, et que le golfeur est notre fil d’ariane. 

C’est lui qui nous entraîne le long des terrasses, et nous découvrons alors que tous les symboles dont est peuplé la Divine Comédie sont présents et le sont à leur place: l’escalier tricolore qui mène au Purgatoire, les sept “P” gravés sur le front de Dante, la procession du paradis terrestre, et petit clin d’œil qui nous avait échappé, mais qui désormais ne quitte plus notre rétine: le mont du Purgatoire est là, tranquillement posé près de l’azur qui court tout au long du triptyque. Tout juste si l’on remarque que son image miniature ponctue et figure les sept corniches de ce règne.

La rencontre avec Dieu

Le paradis et ses neufs sphères, chacune habillée de sa couleur dans un jeu chromatique subtil occupe le centre de l’œuvre, comme si tout y convergeait. Cette sorte d’évidence naturelle est une des forces de la peinture de Philippe Fretz. Car s’il déploie l’univers de Dante sur un autre plan que la poésie, il n’en oublie pas la logique profonde: dans la Divine Comédie tout mène au Paradis et surtout à la rencontre avec Dieu. Quelques vers, une vision brève, un éclair à l’échelle du poème dans son entier. 

Il faut alors lever les yeux et fixer le milieu du tryptique pour apercevoir minuscule à l’échelle —géante— de l’œuvre les «tre giri / di tre colori e d’una contenenza» (“trois orbes / de trois couleurs et d’une même dimension”), représentation imaginaire de cette Sainte Trinité que Dante aperçoit dans la lumière divine. 

Philippe Fretz a consacré plus de cinq années de sa vie à peindre la Divine chromatie. Il a lu Dante, a regardé attentivement les peintures, fresques et enluminures de cette époque d’un art naissant. Et s’il joue avec la perspective, celle-ci est gauchie comme pour retrouver cette époque lointaine où Cimabue, Giotto ignoraient cette technique. 

La Divine chromatie est pour le lecteur de la Divine Comédie étrangement apaisante. Certes on sent bien que l’Enfer est un lieu de peines et de douleurs, mais cela est plus suggéré que surligné, et passe par des noirs, des marrons, des ombres, des ciels obscurcis… qui rendent en opposition plus lumineux les tableaux du Purgatoire et surtout du Paradis. 

Car c’est bien la lumière et le jeu des couleurs qui sont au cœur du projet de Philippe Fetz: Il s’agit pour lui de retrouver par la peinture la poésie de Dante mais aussi et surtout sa lumière. La Divine Comédie explique Didier Ottaviani «fait de la vision une clef d’accès à la profondeur du réel.» Il ajoute: 

Dante ne limite pas le regard à une simple perception sensible qui resterait à la surface des choses, car sa conception de l’être est profondément articulée autour d’une notion centrale la lumière.1 

C’est cette lumière qui porte la Divine chromatie

Notes

  • La Divine chromatie est exposée jusqu’au 10 avril, à l’église de Temple Neuf, place du Temple Neuf, 67000 Strasbourg. 
  • Horaires d’ouverture: du mercredi au dimanche de 15 à 19 heures. 
  • Le livre Divine chromatie accompagne l’exposition. Il est vivement conseillé pour tous celles et ceux qui veulent mieux comprendre l’œuvre, en découvrir la construction et le jeu subtil des correspondances avec l’œuvre de Dante. On y trouve un texte de Fabrice Hadjadj, philosophe et écrivain français, une introduction de Didier Ottaviani, spécialiste de la pensée du Moyen Âge, et une cartographie de l’œuvre établie et commentée par Stéphanie Lugon. Art & Fiction, Lausanne, 2019.
  • Le site de Philippe Fretz
  • Illustration: photo Geneviève Maldelar

 

 

Dante & Beckett, par Jean-Pierre Ferrini

Dante & Beckett, par Jean-Pierre Ferrini

Quel écho peut avoir une œuvre aussi ancienne que la Divine Comédie chez un auteur contemporain? Jean-Pierre Ferrini dans son Dante & Beckett, aux éditions Hermann, montre comment l’œuvre de Dante Alighieri laissa sur celle de Beckett une empreinte légère mais profonde.

Belacqua_Chant_IV_Purgatoire

Belacqua, avec Dante et Virgile au Chant IV du Purgatoire (Détails). Manuscrit XIVe siècle. Digital Bodleian, MS. Holkiam

Belacqua est loin d’être l’un des personnages les plus connus de la Divine Comédie. Cet esprit que Dante rencontre au Purgatoire parmi les esprits négligents est discret. Tout juste se souvient-on qu’à l’ombre d’un rocher, il était «assis et entourait ses genoux / tenant entre eux son visage baissé». 

Par quel mystère, quelque six siècles après la mort du poète florentin, Beckett fait dans ses premières œuvres de Belacqua un de ses personnages? 

Ce “point de jonction”, ce lien, ce “et” entre le poète florentin et l’auteur irlandais a hanté Jean-Pierre Ferrini dans ses années d’études: «Dante et Beckett, un peu comme Mercier et Camier1 , avançaient en titubant dans mes nuits». Plus tard alors qu’il était bibliothécaire, il s’astreint «à réaliser cette tâche un peu folle de relever tout ce qui parlait de Dante dans les livres de Samuel Beckett». 

Un travail de bénédictin: l’inventaire

Dante&Beckett_Jean_Pierre_FerriniCe travail de bénédictin, cet «inventaire» devait aboutir en 2003 dans un premier ouvrage. Aujourd’hui, c’est une nouvelle édition revue et enrichie de ce Dante & Beckett qui paraît chez Hermann. Elle nous invite à une profonde réflexion sur l’œuvre de Dante et sur sa “réception” par un auteur contemporain.

C’est en 1920 que Samuel Beckett découvre Dante, et quelques années plus tard, dès ses vingt ans, il le lit dans le texte. Il rédige des fiches dont Jean-Pierre Ferrini extrait quelques passages significatifs. Beckett s’y concentre pour l’essentiel sur les cinq premiers chants du Purgatoire. Il note quelques détails comme l’expression «il tremolar della marina» (‘le frémissement de la mer” — Chant I, v. 117), ou encore le mouvement dominant du Purgatoire (inverse de celui de l’Enfer): «I’ mi volsi a man destra (“Je me tournai à main droite”).

Surtout, il va retenir toutes les ombres qui, dans ce cantique, sourient à Dante: tout d’abord Casella au Chant II (v. 83), puis Manfred dans le chant suivant (v. 112) et enfin au Chant IV la rencontre avec Belacqua. Dans ses notes, Beckett, reprend le texte de Dante «Li atti suoi pigri e le corte parole / mosser le labbra mie un poco a riso» (“Ses gestes paresseux et ses paroles brèves / me portèrent un peu à sourire”) et en dessous note: «Dante smiles (at Belacqua). D’s 1st smile?» (“Dante sourit à Belacqua. 1er sourire de Dante?”). 

L’attitude de ce personnage, «sa posture utérine» sera, analyse Jean-Pierre Ferrini, 

 l’œuf d’où sortiront tous les autres personnages de Beckett, le visage baissé, les genoux entre les bras

Mais le personnage de Belacqua lui-même sera repris à de multiples reprises. Sans doute, la situation dans laquelle se trouve Belacqua dans l’Antépurgatoire ne pouvait que retenir «l’attention de Beckett»:

Il s’agit du seul endroit dans la Divine Comédie où les âmes, ni sauvées ni damnées attendent quelque chose (…) c’est aussi le seul endroit où les âmes dans une espèce de nonchalance peuvent se déplacer; (…) Une vacance, lorsque l’on sait l’importance de l’attente dans son œuvre, ne pouvait que séduire Beckett.

«Peut-être», un mot-clé du théâtre de Beckett

L’attention de ce dernier fut peut-être retenue aussi par un mot, un adverbe. Sur cette corniche des « paresseux », Dante s’essouffle à gravir le Purgatoire et demande à faire une pause. Virgile lui répond que «Questa montagna è tale, (…) quant’ om più va sù, e men fa male.» (“Cette montagne est telle (que) plus on monte, et moins elle fatigue” — Chant IV, v. 88-90). C’est alors que les deux poètes entendent la voix de Belacqua: «Forse / che di sedere in pria avrai distretta!» (“Peut-être / auras-tu besoin de t’asseoir avant!” — v. 98-99).

Le premier mot que prononce Belacqua est donc «Forse». Il se trouve en fin de rime, ce qui en accentue la force. Or, remarque Jean-Pierre Ferrini:

Ce premier mot de Belacqua, correspond à l’un des mots-clefs du théâtre de Beckett, l’adverbe de doute peut-être.

Quelques autres personnages, comme Béatrice, Sordello, Piccarda, Rahab…, vont revenir sous la plume de Beckett, mais Belacqua occupe une place particulière, peut-être parce qu’il apparaît dans son premier roman, Dream of Fair to middling Women, écrit en 1932. Il y est décrit comme un  gamin «s’amusant à regarder la merde jaillir sous la queue d’un gros cheval».

La paresse premier pas de la sagesse? 

Cette figure de Belacqua est appelée à évoluer. Beckett a lu deux des premiers commentateurs de la Divine Comédie, Benvenuto da Imola et l’Anonimo Fiorentino. Ceux-décrivent ainsi le Belacqua de Dante: «Un citoyen de Florence, artisan, qui fabriquait des manches de luths et de cithares, et était l’homme le plus paresseux qu’on ait jamais rencontré (…) L’auteur (Dante) était son familier: il le reprenait souvent sur sa négligence; une fois alors qu’il le reprenait, Belacqua riposta par les mots d’Aristote: Sedendo et quiescendo anima effecitur sapiens (“en étant assis et tranquille l’âme devient sage”). Ce à quoi l’auteur riposta à son tour: “Certes, si par s’asseoir on devient sage, alors il ne fut jamais plus sage que toi.”»

Le Belacqua de Beckett n’est ni luthier ni indolent (encore que) mais Beckett va utiliser le Belacqua de Dante et le portrait qu’en ont dressé les commentateurs comme d’une pâte qu’il travaillera à sa guise. Témoin ce passage de Dream: 

Parfois il parle de lui-même comme étant noyé et assombri, retrouvé à son cœur: et à d’autres moments comme sedendo ET quiescendo avec l’accent sur le et et pas d’extension de la pensée vers l’esprit devenu sage. Assis au milieu de la boutique il ne respirait pas toujours la quiétude. Cellineggiava méticuleusement orné d’arabesques, exposé aux ricanements des poètes expérimentés. Si être assis est être sage, alors il n’y a pas d’homme plus sage que toi.  

On retrouve une dernière fois Belacqua dans Murphy, un roman écrit en 1935. Le personnage principal, Murphy est un oisif qui n’aime rien tant que se bercer longuement dans son fauteuil à bascule, sa “berceuse”: 

À ce moment Murphy aurait donné toute son espérance de l’Antépurgatoire pour cinq minutes dans sa berceuse, il aurait renoncé à l’abri du rocher de Belacqua et au long repos embryonnaire, au-dessus de la mer australe tremblant à l’aube derrière les roseaux et du soleil à son lever obliquant vers le nord. (…) C’était là sa fantaisie Belacqua, une des mieux organisées de toute sa collection. Elle l’attendait au-delà de la frontière de la souffrance, c’était le premier paysage de la liberté.»

Un retournement de la figure du Belacqua de Dante

Le lecteur de la Divine Comédie retrouve le «tremolar de la marina» (“frémissement/tremblement de la mer”), les roseaux de la berge du Purgatoire, et aussi le rocher derrière lequel Dante découvre Belacqua, assis dans sa position fœtale, qui attend de pouvoir monter au Purgatoire pour expier ses fautes. Même s’il est résigné à une attente interminable, il est dans l’espérance que cette attente cessera. 

Beckett opère un retournement par rapport à ce Belacqua de Dante explique Jean-Pierre Ferrini: 

Murphy aspire à la longévité uniquement parce qu’il sait que plus il vivra, plus longtemps durera son séjour dans l’Antépurgatoire. Encore moins espère-t-il qu’une bonne prière l’abrègera. Telle est sa «fantaisie» qu’il qualifie de Belacqua et qui sape les fondements de l’attente du Belacqua de Dante.

Impossible ici d’entrer dans le détail du travail minutieux, proche de celui d’un entomologiste, de Jean-Pierre Ferrini, qui rapproche deux œuvres immenses. Il en repère et examine les points de concordance au-delà des seuls personnages. Il analyse les distorsions, les interprétations, car «afin que cela corresponde à son propos, Beckett n’hésite jamais à tordre Dante dans tous les sens», comme le remarque John Fletcher2 

Les ressorts de la Divine Comédie sont cassés

Mais Beckett “tord” aussi l’œuvre du poète comme une ménagère tord un linge trempé pour en extirper la plus petite trace de liquide. Ces empreintes minuscules se fixeront à leur tour dans ses poèmes, romans, nouvelles et pièces de théâtre.

Par exemple, dans la nouvelle Le Calmant, le narrateur rencontre un jeune garçon qui tient une chèvre par une corne. Il décide de lui adresser la parole: 

Je préparai donc ma phrase et ouvrit la bouche, croyant que j’allais l’entendre mais je n’entendis qu’une sorte de râle, inintelligible même pour moi qui connaissais mes intentions. Mais ce n’était rien, rien que l’aphonie due au long silence, comme dans le bosquet où s’ouvrent les enfers, vous rappelez-vous, moi tout juste.

Comme le note Jean-Pierre Ferrini le «long silence» de Virgile («chi per lungo silenzio parea fioco» — L’Enfer, Chant I, v. 63)

perd toute l’étendue de sa résonance. La chute avec sa part coutumière d’ironie, est brutale: tout juste. La rencontre entre Dante et Virgile ne féconde plus notre mémoire (…) La mécanique qui actionnait les ressorts de la Divine Comédie est cassée.

Dante & Beckett ne se limite pas à explorer cette délicate rencontre entre deux auteurs, entre deux œuvres, l’une se nourrissant de l’autre, que séparent les siècles, il y est question aussi de Joyce, le prestigieux aîné de Beckett, de Proust sur lequel il écrivit un essai, de Leopardi, de Pétrarque… Le lecteur trouvera aussi dans cet ouvrage une Annexe, qui n’en mérite guère le nom tant elle est riche, qui comprend outre l’incroyable Inventaire des emprunts de Beckett à Dante, des textes essentiels pour comprendre comment Beckett s’est emparé et s’est nourri du poète florentin. 

  • Jean-Pierre Ferrini, chercheur indépendant, écrivain, élève de Jacqueline Risset, chargé d’enseignement aux universités de Paris et Fribourg (Suisse). Il est l’auteur aux éditions Hermann de Dante et Beckett (2003/2021) et aux mêmes éditions de Dante & les écrivains (2022). Il a collaboré à l’édition de la Divine Comédie dans la Bibliothèque de la Pléiade sous la direction de Carlo Ossola (Gallimard, 2021). Il y a établi l’anthologie des Lectures de Dante au XXe siècle.

 

 

Bianca Garavelli, un regard féminin sur Dante

Bianca Garavelli, un regard féminin sur Dante

Parfois le destin est cruellement ironique. Bianca Garavelli, romancière, journaliste, essayiste, mais d’abord et surtout spécialiste de Dante vient de nous quitter ce 29 décembre 2021, à la fin d’une année dédiée au sept-centième anniversaire de la mort du poète florentin. Malheureusement, ses travaux, essais et romans sont peu connus de ce côté des Alpes, faute de traduction. 

Bianca Garavelli

Bianca Garavelli

Ces dernières années, Bianca Garavelli avait multiplié les activités. Elle venait d’achever un nouveau commentaire du Purgatoire paru en avril chez Rizzola, de publier un essai, Dante così lontano, cosi vicino… son roman Le terzine perdute di Dante avait été réédité, et cela sans compter ses interventions dans des colloques, à la télévision, et une présence constante sur les réseaux sociaux, Facebook, YouTube, mais aussi Instagram ou encore Twitter.

Sur tous ces réseaux, son activité n’était ni symbolique ni réservée. Au contraire, elle s’engageait énergiquement. Je me souviens, par exemple, d’une lecture collective du Paradis sur Twitter en février/mars 2018.. Elle n’était pas la dernière à proposer des extraits du poème de Dante, toujours soigneusement choisis et souvent accompagnés de la reproduction d’une gravure ou d’un peinture qui en donnait un écho juste (voir par exemple, ce tweet). 

Traductrice d’Étienne Gilson et de Christine de PIzan

Ce regard sur Dante était nourri d’une longue fréquentation du poète, mais aussi d’une solide formation universitaire. Elle avait étudié à l’université de Pavie, sous la direction de Maria Corti, une philologue dont l’ouvrage Scritti su Cavalcanti e Dante, demeure encore aujourd’hui une référence dans les études dantesques. 

Tout à fait logiquement Bianca Garavelli, qui sera Chargée de recherche au département d’études de langue italienne et en langue comparée de l’Université catholique du Sacro Cuore di Milano jusqu’en 2015, étudiera les œuvres de Dante et la littérature médiévale. Elle participera à plusieurs éditions commentées de la Divine Comédie et encore récemment publiera un commentaire remarqué du Purgatoire

Elle devait également traduire en italien l’essai du philosophe français Étienne Gilson Dante et Béatrice1, avant de s’attaquer à l’œuvre de Christine de Pizan en traduisant en particulier ses Epistres du Débat sur le Roman de la Rose et Le Livre de la Paix accompagné du Ditié de Jehanne d’Arc.2

Un polar sur Dante piégé à Paris par une mystique hérétique

Bianca Garavelli ne pouvait en rester aux seules recherches universitaires et débordait d’autres activités, en particulier littéraires. Elle écrivit quelques huit romans, dont l’un vient d’être réédité en 2021 chez BUR-Rizzoli. Le terzine perdute di Dante est un polar qui enjambe les siècles et dans lequel l’auteure joue avec les références et s’en amuse. On y rencontre un Dante en exil à Paris en 1309, entraîné par une mystique hérétique dans une guerre entre deux ordres opérant dans l’ombre. Dante devient le dépositaire d’une prophétie. L’enquête est menée plusieurs siècles plus tard par un philologue milanais nommé Riccardo Donati !

L’un de ses derniers ouvrages publié est un court essai consacré au poète florentin: Dante, cosi lontano, cosi vicino[note]Giunti, Firenze, Milano, septembre 2021.[/note] paru en septembre 2021. Elle y présente Dante comme un précurseur et un visionnaire: «Certains points du troisième cantique (le Paradis), écrit-elle dans l’introduction, semble anticiper, au-delà de la science, la science-fiction contemporaine, des films comme Interstellar (2014) et Arrival (2016)3, dans lequel l’espace et le temps se fondent en une dimension qu’il nous est difficile d’appréhender, et le temps n’est pas linéaire.»

Francesca da Rimini, une femme deux fois victime

Cet essai donne une place important à celles que Bianca Garavelli nomme dans un chapitre les « Muse di Dante”, et sur lesquelles elle apporte son regard féministe. Par exemple, écrit-elle Francesca da Rimini est deux fois victime: 

de l’uxoricide4 commis par Giovanni Malatesta, mais aussi de l’habitude des pères des familles nobles d’«offrir» leurs filles comme épouses à de potentiels alliés (les considérant) comme de véritables pions politiques, certes précieuses, mais toujours contraintes de subir la volonté d’autrui.

On ne saurait mieux dire que ce que raconte Dante bien qu’éloigné temporellement est aussi proche de nous: les féminicides, les femmes objets de pouvoir et monnaie d’échange sont aujourd’hui encore une triste réalité.

Le dernier chapitre du livre, consacré à Béatrice, en qui elle voit «un modèle pour une éducation à l’amour. (…) Un telle expérience d’amour, élevée à un chemin spirituel dans le poème sacré, peut devenir aujourd’hui un modèle d’éducation sentimentale» remarque-t-elle avant de conclure: 

L’attention, l’espace réservé dans la sphère masculine à la sensibilité « féminine”, comme celle mise en valeur dans le personnage lumineux de Béatrice, peut être le signe de réussite d’une évolution de nos habitudes sociales vers une plus grande harmonie, un meilleur respect réciproque et aussi de ceux qui sont plus faibles physiquement. La moitié du voyage de Dante pourrait être notre meilleure part; le côté « féminin », accueillant et généreux, caché en chacun de nous, même si nous n’en sommes pas conscient.