No Gravity: Divina Commedia, Dall’Inferno al Paradiso

No Gravity: Divina Commedia, Dall’Inferno al Paradiso

Il ne restait quasiment plus une place de libre dans la vaste salle du Teatro Olimpico de Rome ce 14 mai 2024 pour assister au spectacle de la compagnie No Gravity: Divina Commedia, Dall’Inferno al Paradiso. Dans ce ballet inspiré de la Divine Comédie, les danseuses et les danseurs, libérés des chaînes de la pesanteur, semblent flotter dans l’espace.

Divina Commedia, Dall'Inferno al Paradiso, échelle

La scène de l’échelle dans le spectacle de danse, Divina Commedia, Dall’Inferno al Paradiso, défie les lois de la gravité. Photo: No Gravity

Dans un noir d’encre, deux hommes tiennent chacun l’extrémité d’une barre. Rien ne semble les porter, ils sont comme en apesanteur. Sur cette barre, un danseur est en équilibre. Un —faux— faux pas et il tombe dans ce qui paraît le vide. Il se rattrape d’une main, remonte sur la barre. Le voilà rejoint par deux danseuses sorties du néant. Elles aussi tombent, remontent et retombent encore. Voilà que ceux qui soutenaient la barre rejoignent à leur tour les autres danseurs dans ce ballet irréel… 

Dall’Inferno  al Paradiso est un spectacle stupéfiant au sens propre du terme. Grâce à un dispositif scénique qu’il serait incongru de dévoiler, les danseuses et danseurs semblent flotter dans l’air donnant ainsi à leurs mouvements et à leurs gestes une force et une grâce étonnante. En regardant ce fantasmatique ballet, on ne peut que penser, aux vers de Dante décrivant la “nage” de Géryon dans le vide qui sépare les huitièmes et neuvièmes cercles de l’Enfer: 

Ella sen va notando lenta lenta ; 

rota e discende, ma non me n’accorgo 

se non che al viso e di sotto mi venta

(Elle (Géryon – Ndr) s’en va nageant doucement, doucement; / vire et descend, mais je ne m’en aperçois / que par le souffle sur mon visage et venant par dessous. — L’Enfer, Chant XVII, v. 115-117)

Avec cette poésie en tête, le spectateur voit se former une pyramide humaine à l’équilibre parfait et quasi surnaturel. ll regarde un danseur monter doucement, comme le ferait un plongeur rejoignant la surface de l’eau, déployant derrière lui une immense robe de dentelle blanche. Il découvre un cercle de corps comme posé à la verticale sur le fond noir de la scène, à l’intérieur duquel un homme marche et danse. Il suit le jeu des ballons et des danseurs qui font et défont des figures géométriques comme celle d’un kaléidoscope géant. Il admire le déploiement avec un claquement sec d’éventails au blanc éclatant. 

Ce spectacle, sous-titré Dall’Inferno al Paradiso est inspiré de la Divine Comédie de Dante et l’on peut s’amuser à raccorder chaque tableau à un chant célèbre de la Comédie. Par exemple, le cercle duquel le danseur ne peut s’échapper c’est bien sûr le(s) cercle(s) de l’Enfer dont aucune âme damnée ne s’évade. Et la musique rude et syncopée est là pour nous le rappeler. 

L’échelle patiemment assemblée sous nos yeux ne symbolise-t-elle pas la lente et difficile ascension du Purgatoire, de corniche en corniche, par les âmes pénitentes? Ce danseur à la longue robe blanche qui se déploie n’est-il pas un ange du Paradis ? À moins qu’il ne s’agisse de Béatrice… le tableau final où se déploient les éventails comme autant de pétales de fleur nous élève dans la rose céleste des derniers chants du Paradis. 

Divina Commedia, Dall'Inferno al Paradiso, le salut final

Divina Commedia, Dall’Inferno al Paradiso, le salut final de la troupe de No Gravity

Cette part d’incertitude qui subsiste n’est pas gênante et au contraire participe à une mise en scène spectaculaire qui se place dans la tradition baroque italienne du “théâtre des merveilles”. 

Divina Commedia, Dall’Inferno al Paradiso n’est pas le premier spectacle conçu et mis en scène par Emilio Pellisari et la danseuse et chorégraphe Marianna Porceddu. Leur compagnie, No Gravity,  a déjà réalisé de nombreux ballets, Aria, Exodus, Enfer… qui ont été vus dans de nombreux pays, dont la France en 2016 et 2019. Il se pourrait que la troupe revienne en 2025. Ce serait un grand bonheur.

La Divina Commedia, Opera musical

La Divina Commedia, Opera musical

Depuis plusieurs années le spectacle, La Divina Commedia Opera musical tourne dans les plus grandes salles italiennes. Nous sommes allés voir ce spectacle musical total à Rome. C’est une magnifique réussite.

La troupe de La Divina Commedia Opera musical remercie les spectateurs du teatro Brancaccio à Rome.

«Bellissima!!» L’exclamation derrière nous ne trompe pas. La Divina Commedia Opera musical a ravi le public romain venu ce jeudi soir en nombre dans l’immense salle du teatro Brancaccio. 

Faire de la Divine Comédie une comédie musicale, l’idée peut paraître audacieuse, voire iconoclaste. Pour en rester à quelques questions : est-il possible d’adapter le texte de Dante à la scène? Les personnages qui peuplent le texte paraîtront-ils caricaturaux, voire grotesques? La poésie ne sera-t-elle pas trahie? Etc.

Ces interrogations sont balayées lorsque l’on assiste au spectacle. Certes, on pourra toujours pinailler sur tel ou tel point, se dire par exemple que le spectacle cède à la facilité car les scènes et les personnages retenus sont les plus connus: Francesca qui nous conte son malheur, Ugolino la faim qui le tue, Pierre de la Vigne son désespoir, Ulysse son naufrage… 

Un spectacle “total” de deux heures

Durant deux heures, ce musical entraîne tous les spectateurs. Elle s’ouvre par un vortex vertigineux dans le temps: partant d’une photo des rues bondées de Florence, il nous emmène d’étape en étape, de grand nom de l’Italie en grand nom —Léonard de Vinci, Michel Ange— dans l’intimité de l’atelier du poète. 

«Nel mezzo del cammin di nostra vita mi ritrovai…», les premiers mots de la Commedia dansent sur le rideau de scène. Le voyage proprement dit commence. Dante erre dans la selva selvaggia, au milieu de gigantesques branches nues et d’épines qui envahissent tout le plateau. Il chante son désespoir, la via smarrita, avant que n’apparaisse un Virgile d’abord lointain et évanescent («parea fioco»), puis de prendre plus d’épaisseur; appuyé sur son bâton de berger, il sera le guide du poète dans son voyage dans l’au-delà. 

Sans spoiler le spectacle, il faut souligner une mise en scène superbe et innovante avec un mélange d’effets spéciaux 3D et de ressources plus classiques. Nous voyons la barque de Charon se construire sous nos yeux, les esprits embarqués de force avant d’être éblouis par un violent éclair et tétanisés d’un violent coup de tonnerre, celui qui fait tomber Dante «come l’uom cui sonno piglia».

La scène devient la mer du naufrage d’Ulysse

Sans nous laisser reprendre notre souffle, nous voici dans le cercle où tournent, pris dans une tornade, les “Luxurieux”. Francesca et Paolo s’en détachent à la rencontre de  Dante. La scène se joue alors sur plusieurs plans: devant se chante le drame, tandis qu’en arrière, se danse le pas de deux de la séduction, avec sur le côté, posé sur un meuble, un livre qui n’est autre que «Galeotto fu ‘l libro e chi lo scrisse».

Magnifique aussi la cité de Dité et ses murailles de feu avec l’apparition des trois Erinyes aux longs cheveux de serpent, ou encore le récit d’Ulysse dont le bateau s’engloutit dans un drap bleu devenu la tempête du naufrage, ou encore celui d’Ugolino prisonnier d’un labyrinthe d’escaliers dans sa tour de la faim …  

La Divina Commedia Opera musical ne s’arrête pas à l’Enfer, elle nous emmène aussi au Purgatoire sur la plage duquel nous rencontrons un Caton plus général romain incorruptible que jamais, puis plus haut sur le mont dans le “feu des poètes” Guido Guinizelli et Arnaut Daniel, avant que Virgile ne quitte Dante dans une scène touchante.

Déjà nous voici avec Matelda au Paradis terrestre, puis avec Béatrice elle-même. Le spectacle se déploie alors dans la salle, parmi les spectateurs, pour les scènes finales qui nous emmènent au Paradis céleste. 

Les mots du poète

Au Paradis nous le sommes d’autant plus que nous avons reconnu les mots du poète de la celebrissime Preghiera alla Vergine qui ouvre le Chant XXXIII du Paradis, comme ce fut le cas auparavant lors du chant d’Ulysse et dans tant d’autres passages. 

Peut-être faut-il redire que ce spectacle est une comédie musicale où l’on chante et l’on danse et où la musique tient une place essentielle. Celle-ci a été composée par un prêtre italien, Mgr Marco Prisina. 

En 2007, celui qui est déjà l’auteur de nombreuses compositions musicales religieuses, s’est attelé à une transposition musicale du poème de Dante, concentrant cette œuvre immense en un “opéra théâtral” de deux heures, avec le scénariste et prêtre Gianmario Pagano.

Cet opéra après avoir été mis en scène à plusieurs reprises est devenu à l’occasion du 700e anniversaire de la mort du poète florentin ce spectacle “kolossal” comme aime à le dire la presse italienne, grâce aux jeux de lumière, changements de costume multiples, chorégraphies soignées et jeu des acteurs-chanteurs. 

Un “musical” proche de l’Opéra

Et s’il convient de dire “comédie musicals”, nous ne sommes toutefois très proche de l’opéra grâce, en particulier, aux interprètes. Antonio Angiolillo (Dante), Andrea Ortis (Virgile) et Myriam Soma (Béatrice) se partagent les rôles principaux. Il ne faut pas oublier également Leonardo di Minno qui est successivement Ulysse, Caton et Guido Guinizelli, Gipeto qui endosse les rôles de Charon, Ugolino, César et saint Bernard, Valentina Gullace, qui compose une délicate Francesca et une séduisante Matelda, Antonio Sorrentino qui est un poignant Pierre de la Vigne et un fier Arnaut Daniel et enfin Sonia Caselli, douce Pia De’ Tolomei. 

Tous sont de magnifiques artistes qui donnent corps et vie à leurs personnages dans un spectacle que les danseuses et les danseurs transforment en spectacle total. 

Cet “Opera musical” continue de tourner en Italie comme c’est le cas depuis quatre ans maintenant. Mais il faut se dépêcher, il n’y a plus que deux dates prévues en 2024: Turin dans le Piémont du 29 février au 3 mars et Catanzaro en Calabre du 7 au 9 mars. 

The Dante Project à l’Opéra de Paris

The Dante Project à l’Opéra de Paris

The Dante Project de Wayne McGregor est une œuvre ambitieuse. Créé à Londres en 2021, à l’occasion du 700e anniversaire de la mort de Dante, ce ballet est monté pour la première fois à l’Opéra de Paris en ce mois de mai 2023. Nous sommes allés le voir le 6 mai.

The_Dante_Project_Opéra_de_Paris_Wayne_McGregor

Le salut final des danseurs à la fin de la représentation du 6 mai 2023 de The Dante Project, à l’Opéra de Paris.

C’est au moment où son directeur musical, Gustavo Dudamel, annonce qu’il quitte l’Opéra de Paris, que triomphe sur la scène de Garnier The Dante Project, une commande dont il est à l’origine. 

Le ballet en trois actes de Wayne McGregor respecte la division en trois cantiques de la Divine Comédie de Dante Alighieri, mais aussi la logique profonde de l’œuvre qui est le cheminement du poète des profondeurs de l’Enfer à l’éblouissante rédemption du Paradis. 

Les danseurs de l’Opéra de Paris en embrassent la dramaturgie, portés par la musique de Thomas Adès, qui épouse chacun des actes, Inferno, Purgatorio, Paradiso. Cette dernière est tour à tour torturée et âpre, puis de cette «Dolce color d’orïental zaffiro, / che s’accoglieva nel sereno aspetto / del mezzo»1, avant de s’essayer à la douceur élégiaque du Paradis.

Un paysage en noir et blanc dessiné à la craie par Tacita Dean

Tout est sombre dans Inferno, le premier acte de The Dante Project. Le décor, immense tableau gris et noir rehaussé de blanc, barre le plateau de l’Opéra Garnier. Les pics des montagnes plongent vers le sol. Les danseuses et danseurs, en combinaison où le bistre se brouille avec le noir, se fondent dans ce décor à l’éclairage avare. 

Nous sommes plongés dans ce «loco d’ogne luce muto, / che mugghia come fa mar per tempesta, / se da contrari venti è combattuto2 Seule la tunique turquoise de Dante, le seul vivant de ce monde de l’au-delà, apporte une touche de couleur. 

L’œuvre de Wayne McGregor est d’abord cette plongée dans un univers oppressant. La musique de Thomas Adès renforce encore le sentiment de désolation et fait écho au désespoir des damnés. Elle emprunte largement à Liszt que Adès considère comme «le maître des enfers et du démoniaque». 

Dante —le danseur étoile Germain Louvet— et Virgile —Irek Mukhamedov— assistent d’abord au ballet des damnés avant parfois de s’y mêler. Une réserve qui rappelle que tous deux ne sont que de passage dans l’Enfer, comme l’explique Wayne McGregor:

le premier acte pourrait aussi bien s’appeler «Pèlerin», car cette partie décrit un passage à travers les différents cercles de l’Enfer dont Dante est le seul témoin et parfois l’acteur.3

Une danse exigeante

La chorégraphie reste étonnamment lisible et proche du thème de chacun des tableaux qui peuplent cet Inferno. Les danseuses et danseurs du corps de ballet de l’Opéra s’emparent de cette danse exigeante en offrant une interprétation où la puissance ne le cède pas à l’élégance. Les pas de deux, par exemple celui de Francesca et Paolo dansé par la Première danseuse Bleuenn Battistoni et le danseur étoile Guillaume Diop, s’enchaînent avec des ballets plus complexes comme Les Ulysses ou la Forêt des Suicidés. 

Dans cette première partie, la mise en scène fourmille de trouvailles heureuses comme ce grand miroir qui inverse les montagnes dessinées à la craie par Tacita Dean ou encore cette scène finale où un rayon lumineux mime le «pertugio tondo» par lequel Dante et Virgile vont «riveder le stelle».

Le deuxième acte, plus court, Purgatorio, est d’une tonalité radicalement différente. Les plis et replis noirs et blancs du décor d’Inferno cèdent la place à un lumineux et immense tableau figurant un arbre aux feuilles fournies émergeant d’un paysage urbain contemporain à peine esquissé. 

Trois Béatrice et trois Dante réunis sur la même scène

Une grande sérénité s’en dégage, magnifiée par la partition largement inspirée de l’Orient à laquelle se mêlent des chants liturgiques hébraïques enregistrés dans la synagogue Ades de Jérusalem. Un choix auquel le compositeur veut donner un sens particulier explique Hélène Cao: 

(c’est) un des rares lieux de culte dont la congrégation conserve la tradition des bakkashot: des prières chantées le jour du shabbat, très tôt le matin, jusqu’à ce que l’aube se lève. Or, pour (Thomas) Adès le voyage de Dante au Purgatoire précède lui aussi l’aube et l’arrivée au Paradis.4

Dans cette atmosphère apaisée se déploie une danse plus douce, voire par moment tendre. L’un des moments forts de ce deuxième acte est cet étonnant ballet où Béatrice —interprétée par la danseuse étoile Hannah O’Neill—  convoque la Béatrice jeune femme —Bleuenn Battistoni—  et la Béatrice enfant mais aussi le Dante jeune et le Dante enfant. Ce moment de grâce marqué par une danse toute en cercle et en douceur est sans doute l’un des moments les plus réussis de cette œuvre. 

Le Paradis est pour les créateurs un piège. L’Enfer et le Purgatoire leur permettent de s’emparer d’éléments, de scènes et de personnages concrets et figuratifs. Il en va tout autrement avec le troisième cantique de la Divine Comédie qui est le royaume de l’abstraction. Dante lui-même lance d’ailleurs un avertissement à ceux qui voudraient le suivre et seraient insuffisamment préparés: «L’acqua ch’io prendo già mai non si corse».5 

Une triple spirale

Paradiso, tout aussi court que Purgatorio, est construit sur une triple spirale. Une spirale musicale avec la reprise d’un motif de quatre notes qui se déploie en cercles concentriques. Une spirale visuelle avec la projection, sur un écran suspendu au-dessus de la scène, d’une création visuelle de Tacita Dean, où s’entremêlent des courbes et des impressions multicolores et qui se veut hypnotisante. Enfin et surtout, la spirale mouvante des danseurs dont les combinaisons sont éclaboussées de lumières changeantes. 

Dans cette apothéose, ce Poema Sacro,  tout se veut légèreté comme si la pesanteur était abolie. Il ne reste plus à Dante qu’à disparaître dans une gerbe de lumière. 

The Dante Project est une franche réussite esthétique et musicale auquel les danseuses et danseurs de l’Opéra de Paris donnent une expression forte et profonde. En assistant à ce spectacle, on peut se dire que sept siècles après sa mort, la poésie de Dante n’a jamais été aussi vivante et… inspirante. 

Notes

The Dante Project

  • Ballet en trois actes: Inferno-Pèlerin, Purgatorio-Amour, Paradiso-Poema sacro
  • D’après Dante Alighieri, la Divine Comédie
  • Chorégraphie: Wayne McGregor
  • Musique: Thomas Adès
  • Décors et costumes: Tacita Dean
  • Le ballet a été créé le 14 octobre 2021 par le Royal Ballet au Royal Opera House (Londres) — Mai 2023, entrée au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris.

Principaux danseuses et danseurs lors de la représentation du 6 mai 2023.

Acte I

  • Dante: Germain Louvet (étoile) — Virgile: Irek Mukhamedov (danseur invité) — Les passeurs: Sylvia Saint-Martin (Première danseuse), Marc Moreau (étoile) — Francesca et Paolo: Bleuenn Battistoni (Première danseuse), Guillaume Diop (étoile) — Didon et Énée: Hohyun Kang, Pablo Legasa (Premier danseur) — Satan: Valentine Colasante (étoile), Germain Louvet

Acte II

  • Dante: Germain Louvet et Virgile: Irek Mukhamedov — Dante jeune: Loup Marcault-Derouard — Dante enfant: Jean-Baptiste Roblain Chollet — Béatrice: Hannah O’Neill (étoile) — Béatrice jeune: Bleuenn Battistoni — Béatrice enfant; Constance Hénaff

Acte III

  • Dante: Germain Louvet et Béatrice: Hannah O’Neill

 

La Divina Cometa, un film de Mimmo Paladino

La Divina Cometa, un film de Mimmo Paladino

La Divina Cometa est le nouveau film d’un réalisateur rare, Mimmo Paladino. Dans ce conte fantastique, un Dante silencieux rencontre les personnages de sa Divine Comédie et du presepe napolitain. Nous sommes allés le voir en salle à Milan le 11 mai 2023. 

La_divina_cometa_Mimmo_Paladino

Scène extraite de la bande annonce du film La Divina Cometa

L’histoire commence ainsi: une mer transparente, un ciel immaculé et une barque qui traverse lentement l’écran. Une fanfare joue doucement la comptine enfantine Tu scendi delle stelle. À côté du mât, se détache, tout aussi roide que celui-ci,  la silhouette d’un homme vêtu d’une ample robe rouge.

Ainsi va Dante dans La Divina Cometa. Solitaire et muet il parcourt les cercles de l’Enfer et cherche «à revoir les étoiles». Il n’est pas seul dans cette quête. Il croise une famille de sans abri qui erre à la recherche d’un toit, cinq mages, un disciple de Pythagore, et aussi Francesca, Paolo et Ugolino, Giordano Bruno… 

Il faut se laisser porter par la beauté et la poésie du film

Le film de Mimmo Paladino est un rêve où se mélangent et se confondent la Divine Comédie et les personnages du presepe napolitain, cette crèche de la piété populaire où se revit la scène de l’adoration des mages dans une grotte dont l’entrée est surmontée d’une comète scintillante.

S’il faut chercher une histoire et une logique, le synopsis du film peut faire office de refuge:

Le comte Ugolino et Paolo et Francesca racontent leurs souffrances, au milieu d’anecdotes de l’histoire de la photographie et de la peinture, entre symboles et mots, entre Pontormo et Glenn Gould. Dante, sans voix, traverse les guerres, les blasphèmes et les misères, dans un voyage dans le temps et l’espace de la créativité et des idées les plus hérétiques.

Mais le monde de Mimmo Paladino n’est pas celui de Descartes et il est préférable de se laisser porter par la beauté et la poésie des images, le charme déroutant du napolitain archaïsant qui se frotte à l’italien classique. 

Un puzzle qui s’ordonne progressivement

À son début, le film est un pêle-mêle de scènes apparemment sans lien entre elles: quel est ce trio familial qui erre dans une ville? Pourquoi cherche-t-il le «vingt-cinq»? Que font-ils dans le salon d’une dame noble? Pourquoi Dante et cette famille se retrouvent-ils dans une église? Que font un âne et un bœuf dans cette église? 

Progressivement pourtant le puzzle s’ordonne, les lignes entre les histoires se tendent et se nouent. Les personnages de ce voyage à proprement parler “extraordinaire” se mettent en place. Nous sommes à la fois dans un passé lointain, celui vieux de sept siècles de la Divine Comédie et de la tradition du presepe née il y a huit cents ans mais aussi dans une actualité brûlante avec cette famille errante de sans abri. 

Mimmo Paladino n’est pas prisonnier de la tradition. Il se joue des codes. À l’image traditionnelle des trois mages censés apporter l’or, la myrrhe et l’encens, ce sont cinq mages que nous rencontrons dans La Divina Cometa: Le mage de la peinture, celui de la musique, celui de la poésie, celui du théâtre et «il maggio nulla» composent une petite troupe qui se rassemble doucement et qui jamais ne rejoindra le presepe. Mais était-ce réellement leur but? 

Mimmo Paladino est un artiste du Transavangerde 

La Divina Cometa est un film d’auteur au sens fort du terme. Il est à l’image de son réalisateur, Mimmo Paladino, l’un des plus importants représentants de ce mouvement artistique né dans les années 1970 en Italie, le Transavangarde. Il est tout à la fois un peintre, un sculpteur et un graveur reconnu et ses œuvres sont exposées à Bologne, à Naples ou à New York. 

La beauté plastique et formelle de La Divina Cometa doit beaucoup à cet héritage. Le choix des décors, une gare abandonnée, un stade, une cave, une fonderie, le sanctuaire de San Michele Archangelo lieu de pèlerinage ou encore Hortus Conculusus, une installation qu’il a créée en 1992 au Couvent San Domenico à Bénévent… composent autant de tableaux. Car c’est en peintre que Mimmo Paladino filme, même s’il s’en défend mollement:

J’ai toujours pensé qu’un film ne remplaçait pas la peinture, il ne se superposait pas à elle, c’était simplement autre chose. Mais en même temps, si on regarde dans l’objectif, dans le rectangle de l’appareil photo, on peut imaginer que c’est l’espace de la toile.1

Film réalisé sans grands moyens, La Divina Cometa réunit pourtant un casting étonnant. On y croise quelques-uns des plus grands acteurs italiens comme Toni Servillo qui endosse le rôle d’Ugolino, Francesco De Gregori, celui du mage de la musique, Nino D’Angelo qui est le mage de la poésie et Sergio Vitolo qui est Dante. Il est porté par une bande-son étonnante avec des chansons de Brian Eno et de Philip Glass mais aussi des Fratelli Mancuso, des chanteurs traditionnels siciliens. 

Bref, on a hâte de voir ce film sortir en France.

Nous n’irons pas au Paradis ce soir, avec Serge Maggiani

Nous n’irons pas au Paradis ce soir, avec Serge Maggiani

Durant tout le mois d’avril avec son spectacle « Nous n’irons pas au Paradis ce soir”, Serge Maggiani transporte les spectateurs du théâtre de la Reine Blanche dans l’univers de Dante. Un plaisir rare qu’il faut se dépêcher de voir.

Serge_Maggiani_Nous_nirons_pas_au_paradis_ce_soir_La_Reine_Blanche

Serge Maggiani, « Nous n’irons pas au Paradis ce soir”, au théâtre de La Reine Blanche. — photo: Marc Mentré

«Son voyage commence au pays de la nuit. Une nuit de pleine de lune, cette lune dont les taches représentent Caïn portant un fagot d’épines… et tout est vrai». Le Dante que nous conte Serge Maggiani dans Nous n’irons pas au Paradis ce soir est-il vraiment ce «poète sans imagination, dont la seule imagination est celle de la mémoire»? Sont-ce ses seuls souvenirs, les personnages qu’il a connus, les lieux qu’il a foulés qui peuplent le labyrinthe de symboles et d’allégories qu’est la Divine Comédie

Dans cette petite salle perchée en haut du théâtre de La Reine Blanche, les spectateurs sont tentés de dire qu’importe. L’essentiel est que Dante reprenne vie dans la voix de Serge Maggiani. Nous voyons errer sur les routes de l’exil de ville en ville, de château en château, non «un poète maudit, mais un homme politique maudit». Nous partageons avec lui ce pain de l’exil, ce pain trop salé, ce pain qui n’est pas le pain sciocco de Florence. Nous aussi, nous le reconnaissons à sa peau sombre, comme le peuple d’alors. En effet; du temps de Dante, on croyait alors vraiment «que l’Enfer l’avait brûlé et qu’il en était revenu». Et sans doute le croit-on encore: 

Être Italien c’est être un petit enfant qui joue dans la cuisine, sur lequel se penche un adulte grand comme la tour de Pise et dit «le plus grand des poètes était italien et il est revenu d’un voyage d’où l’on ne revient pas; il a traversé la mort.» Alors une peur terrible saisit l’enfant, alors à cause de cela l’enfant se rendra compte tout au long de sa vie qu’il aura un peu moins peur, non de la mort, mais de la vie, sa vie durant..

Un spectacle qui commence par la prière à Marie

La spectacle de Serge Maggiani est une spirale dans laquelle il entraîne le spectateur, où l’on croise l’histoire, le contemporain, Boniface VIII «le grand ennemi», Marcel Proust, Francesca et Paolo, Pier Paolo Pasolini, Virgile et bien sûr l’Alighieri. Un spectacle où comme Dante tutoie son lecteur —«pensa lettore»—, il va tutoyer son spectateur. 

«Vergine madre, figlia del tuo figlio… »… «Vierge mère, fille de ton fils…» Il peut sembler paradoxal que les premiers mots d’un spectacle intitulé Nous n’irons pas au Paradis ce soir soient ceux de la prière à Marie de saint Bernard, que l’on trouve à la toute fin du Paradis, au Chant XXXIII. Mais parcourir toute la Divine Comédie en une soirée serait impossible, trop de distance. «6000 kilomètres en 24 heures», nous dit-il. 

C’est donc en Enfer, mais aussi, malgré tout, un peu au Purgatoire et au Paradis, que nous entraîne Serge Maggiani. Ce gouffre est peuplé de personnages de la ville natale du poète, Florence, dont certains inconnus, sont maintenant fameux grâce au poème: 

Ciacco, le glouton du fond de la rue est maintenant célèbre comme un empereur, comme Semiramis. Il y a même des restaurants qui s’appellent Ciacco. 

La force des mots

D’autres sont ainsi fixés dans notre mémoire grâce au poème. Célestin V est de ceux-ci. C’est le premier damné que le poète entrevoit en Enfer, dès le Chant III: «Vidi e conobbi l’ombra di colui  / che fece per viltade il gran rifiuto (“Je vis et reconnu l’ombre de celui / qui par lâcheté fit le grand refus” — v. 59-60). «Dante, nous dit Serge Maggiani, ne lui pardonne pas d’avoir cédé sa place à la catastrophe, à Boniface VIII.» 

Le théâtre est le lieu de l’imaginaire. Pour décor, Serge Maggiani n’a qu’un micro, un pupitre, des murs sombres et un plafond balafré de quelques poutres. Ce sont ses mots qui vont faire renaître l’univers de Dante et la Toscane du XIVe siècle. Il nous faut  faire avec sinon s’amuse-t-il:

Il ne faudrait pas grand-chose: un paysage toscan, une cathédrale, des figurants, des milliers de figurants, Aristote, Achille, Semiramis, Ciacco… j’en passe. Et puis des fleuves, des montagnes, des cascades, des océans, Gibraltar… Et puis du chaud et du brûlant, de la poix brûlante et puis du froid avec du gel. Le cœur de l’enfer est gelé comme l’enfer de l’Islam. 

L’arithmétique de l’infini

Dans ce décor de superproduction Netflix peut-être faudrait-il aussi ajouter quelques «bêtes». Par exemple, ces «trois fauves terrifiants» qu’évoque Serge Maggiani et qui barrent la route au poète au Chant I. Il ne faut pas s’y arrêter, car Nous n’irons pas au Paradis ce soir est construit ainsi de glissement en glissement. On passe du «mur de flammes des luxurieux» à Virgile, cette ombre «à la voix affaiblie par un long silence», puis à Marie, «la donna bella e beata», à Béatrice, «la femme tant aimée qu’il a connu enfant qu’il a connu au temps de leur neuvième année». Cette Béatrice qui apparaît au Chant XXX du Purgatoire, chant dans lequel elle nomme Dante: 

C’est le soixante-quatrième chant de l’œuvre. Soixante-trois chants le précèdent —6+3=9— trente-six le suivent —3+6=9—. Son nom se trouve à l’exact milieu du chant, au vers 73. Soixante-douze vers le précèdent —7+2=9—, soixante-douze le suivent —7+2=9. 

Quel sens donner à cette arithmétique? Serge Maggiani se garde bien de le dire, mais ajoute:

Dante a inventé la tierce rime. Le premier vers rime avec le troisième. Jamais la pensée ne s’arrête, le souffle ne se pose. Elle contient dans la structure même l’éternité. À la cinquième rime, tous les trois vers la rime s’enchaîne, se tresse à l’infini: 

Nel mezzo del cammin di nostra vita

mi ritrovai per una selva oscura,

ché la diritta via era smarrita.

Ahi quanto a dir qual era è cosa dura

esta selva selvaggia e aspra e forte

che nel pensier rinova la paura!

Note

  • Nous n’irons pas au Paradis ce soir, de et avec Serge Maggiani en collaboration avec Valérie Dréville. D’après la Divine Comédie de Dante Alighieri — L’Enfer.
  • Du 7 au 29 avril 2023 – Théâtre de la Reine Blanche, 2bis passage Ruelle, 75018 Paris. 
  • Photo de couverture: La Reine Blanche

Plusieurs rencontres ont été programmées à cette occasion:

Vendredi 14 avril

Où trouver Dante aujourd’hui? Dante dans la culture populaire. Avec Philippe Guérin, enseignant en littérature médiévale italienne. Responsable scientifique du projet Dante d’hier à aujourd’hui en France – La Sorbonne Nouvelle.

Mardi 18 avril

Sur les pas de Dante, flânerie parisienne autour du légendaire voyage de Dante à Paris, par Bruno La Brasca, comédien et flâneur.
Rencontre avec Bruno Pinchard, philosophe, Président de la Société dantesque de France.

Il trittico, Dante chez Puccini

Il trittico, Dante chez Puccini

Le Staatsoper de Hambourg propose durant ce mois de mars une belle représentation de l’œuvre de Puccini, Il trittico. Elle est rarement montée dans son ensemble, c’est-à-dire avec les trois opéras qui la composent: Il tabarro, Suor Angelica et Gianni Schicchi, ce dernier étant inspiré d’un personnage de la Divine Comédie. Nous y étions le soir du 18 mars. 

Chambre_Buoso_Donati_Schicchi_Galileo_Chini

La Chambre de Buoso Donati — décor de Galileo Chini pour la création de Gianni Schicchi au Metropolitan Opera de New York en 1918. L’image de couverture est la toile de « fond de scène » de la pièce, par le même peintre.

Gianni Schicchi est un personnage de la Divine Comédie. Il a inspiré à Puccini un opéra, qui constitue avec deux autres pièces, Il tabarro et Suor Angelica, un même ensemble, Il trittico (le triptyque).

Ce trittico est rarement joué car il mobilise pour chaque représentation une très importante distribution de seize chanteurs et vingt-deux cantatrices sans compter un chœur et un orchestre complet, qu’il est très difficile de réunir. 

Une version complète, mais dans le désordre, du Trittico

C’est pourtant ce défi qu’a relevé le Staatsoper de Hambourg en produisant une version complète de ce triptyque, avec une distribution superbe. On peut penser par exemple à Narea Son qui fit une magnifique Lauretta dans Gianni Schicchi, ou Elena Guserva qui porta superbement deux rôles essentiels de ce trittico: Giorgetta dans il tabarro et surtout celui de Suor Angelica dans la pièce éponyme. Roberto Frontali de son côté sut être une malicieux Gianni Schicchi et un sombre Michele qui voit l’amour le fuir dans il tabarro.

À Hambourg, l’ordre dans lequel Puccini avait pensé les trois pièces a été modifié, comme cela avait déjà été le cas lors de l’édition 2022 du Festival de Salzbourg. Il s’ouvre sur un débridé et joyeux Gianni Schicchi, suivi de l’épisode dramatique du tabarro, où un mari tue l’amant de son épouse, pour se terminer sur un magnifique et très sombre Suor Angelica où l’héroïne pleure la mort de son enfant. 

En ouverture, le rideau se lève sur un grand salon où est réunie une famille. Ses membres attendent la mort du vieux Buoso, couché à l’écart, dans une alcôve. Il n’est pas encore mort mais déjà chacun s’affaire, qui à prendre des objets précieux, qui à rechercher fébrilement le testament. On explore les tiroirs, les papiers volent partout. De deuil, il n’est guère question. Au contraire, tout est fait pour hâter l’agonie du mourant. La scène est proche de la Commedia dell’arte. 

Enfin le jeune Rinuccio s’exclame: 

Salvàti, salvàti, 

Il testamento di Buoso Donati. 

Le testament est trouvé! Mais Rinuccio ne le donnera à sa tante Zita qu’à la condition que celle-ci consente à ce qu’il  épouse Lauretta, la fille d’un paysan Gianni Schicchi. On ne peut pas dire que ce projet enthousiasme la famille: «Un Donati épouser la fille d’un paysan!» peste le père. 

Gianni Schiacchi détourne le testament à son profit

Tout cela est oublié à la lecture du testament. Tout le monde découvre alors que Buoso lègue ses biens aux moines d’un couvent voisin. Que faire? Rinuccio relance la piste Gianni Schicchi. On va le chercher. Après s’être fait prier, il accepte finalement de prendre la place de Buoso. L’affaire est dangereuse. Tout le monde risque d’avoir la main coupée si l’usurpation est découverte.

On convoque le notaire et Buoso-Schicchi commence à dicter son “testament”. Après avoir laissé de la menue monnaie aux “frères mineurs”, des biens éloignés aux membres de la famille, il annonce: «Lascio la mula, / quella che costa trecento fiorini, / che è la migliore mula di Toscana… / al mio devoto amico… Gianni Schicchi. (…) Lascio la casa di Firenze / al mio caro devoto affezionato amico… Gianni Schicchi!». (“Je laisse la mule / celle qui coûte trois cents florins, / qui est la meilleure mule de Toscane… / à mon ami dévoué Gianni Schicchi. (…) / Je laisse la maison de Florence / a mon cher ami dévoué et affectionné… Gianni Schicchi!».)

La messe est dite: les Donati sont dépossédés de leur héritage, des biens de Buoso. 

L’histoire est connue des lecteurs de la Divine Comédie. Au Chant XXX de l’Enfer, Dante croise des 

ombre smorte e nude, 

che mordendo correvan di quel modo 

che ’l porco quando del porcil si schiude

 (“deux ombres blêmes et nues, qui couraient en mordant comme fait / le porc lorsque s’ouvre la porcherie”. v. 25-27). 

L’une d’elles est Gianni Schicchi, qui semble «folletto» (“enragée”). Dante apprend alors que 

come l’altro che là sen va, sostenne, 

per guadagnar la donna de la torma, 

falsificare in sé Buoso Donati, 

testando e dando al testamento norma

(comme celui qui là s’en va, osa, / pour gagner la reine du troupeau, / se déguiser en Buoso Donati / testant et donnant au testament forme légale. v. 42-45)

Une histoire connue des contemporains de Dante

L’histoire racontée par Dante était connue à son époque, puisqu’elle est rapportée avec grands détails et pratiquement dans les mêmes termes par les commentateurs qui étaient ses quasi contemporains comme l’Anonimo Fiorentino. Par exemple, la “mule” —la «donna de la torma», comme l’appelle Dante— est «la meilleure mule de la Toscane» dit l’Anonimo.

Il est très probable que Dante ait connu personnellement tous les détails de cette affaire, car il avait épousé une Donati (Gemma). Par ailleurs, Buoso était l’oncle des trois enfants de Simone Donati, celui qui dans la version de l’Anonimo appelle au secours Gianni Schicchi. Il s’agit de Piccarda qu’il rencontre au Paradis, de Forese l’ami avec lequel il avait échangé des tenzone dans sa jeunesse et de Corso le chef des guelfes noirs dont il rappelle dans la Comédie les circonstances atroces de sa mort. 

La probabilité est d’autant plus forte que le poète ait une bonne connaissance de l’histoire que Gianni Schicchi, mort en 1280, était de la famille de’ Cavalcanti, celle de son “premier ami”, Guido 

Giovacchino Forzano, le librettiste de Puccini était un Florentin

Giovacchino Forzano, le librettiste de Puccini, s’est inspiré de ces quelques vers du Chant XXX —et sans doute des commentaires— pour composer le livret de cet opéra et en particulier l’anecdote de la “meilleure mule de Toscane”. Il en fera la proposition à Puccini alors même qu’il est en train d’écrire Suor Angelica. Le 3 mars 1917, il écrit à son éditeur Tito Ricordi: 

Il y a quelques jours, j’ai donné au Maestro Puccini le livret de Suor Angelica. Le Maestro est resté – grâce à Dieu  – très satisfait […]. J’ai également terminé une courte trame  sur Gianni Schicchi. Vous connaissez l’opinion du Maître sur ce sujet vraiment riche en ressources et d’un comique hors du commun.1

Dès lors, le travail va rapidement avancer. Puccini travaille la musique de Suor Angelica, tandis que G. Forzano avance de son côté sur Gianni Schicchi. Le sujet lui est d’autant plus familier qu’il est originaire de Borgo San Lorenzo, un village du contado florentin. 

En juin 1917, le texte de Gianni Schicchi est terminé. Puccini, raconte le critique Michele Girardi, l’accueille avec enthousiasme: 

Il esquisse immédiatement un projet d’opéra bouffe  avant de revenir avec un engagement renouvelé pour l’opéra du couvent (presque entièrement composé fin juin et dont l’instrumentation est faite  le 14 septembre suivant). Gianni Schicchi suit de près : le 20 avril 1918, les dernières notes de la partition sont écrites. 2

À Hambourg, un changement artificiel

La première de Il trittico aura lieu à New York en 1918 et sera un succès, tout comme le seront les premières représentations en Europe, par exemple en 1919 à Rome. En dépit de ces succès initiaux très rapidement l’œuvre sera démembrée et chacun des opéras joué séparément, souvent en association avec des œuvres d’autres compositeurs. 

Le triptyque peut également, comme c’est le cas à Hambourg, être monté dans un ordre différent de celui voulu par le compositeur. Un exercice difficile, qui a obligé Axel Ranisch, le metteur en scène, à utiliser un procédé artificiel pour rendre lisible la nouvelle structure proposée. Un procédé tellement artificiel qu’il provoqua dans une salle venue écouter Puccini, ce que l’on appelle pudiquement des “mouvements divers”. 

L’artifice est un documentaire basé sur des interviews de personnalités qui ont connu une actrice nommée Chiara de Tanti. Ce personnage fictif jouait dans une série télévisée (fictive) Gianni Schicchi. Elle rencontre au cours du tournage, nous dit l’histoire, son amant Silvio Bonta avec lequel elle a un enfant, Alfonso. Chiara de Tanti obtiendra le rôle de Giorgetta dans un film Il tabarro, et pour cela une palme au Festival de Cannes. Las, son fils se suicide à 16 ans, Silvio Bonta la quitte. À ce moment, elle doit jouer le rôle de Angelica, qui elle aussi a perdu son fils. Chiara de Tanti va alors se suicider à son tour. 

On le comprend, ce faux-documentaire, ainsi sommairement résumé, est construit pour donner une autre structure au trittico. comme l’explique Axel Ranisch: «Il était important pour moi de terminer par le salut —avec Suor Angelica— et de commencer la soirée par une comédie. Cela donne également le sens pour la superstructure que nous avons imaginée».

Puccini propose une progression « lisible »

Pourtant, Puccini avait pensé son “tryptique” comme un ensemble en tre tinte (trois teintes), avec une progression lisible —on passe de l’obscurité de l’enfer à la lumière— dont l’unité était apportée par la musique. Il tabarro se passe au début du XXe siècle dans le milieu des bateliers en bord de Seine. Les décors du Staatsoper de Hambourg jouent sur un naturalisme exagéré: une cabine délabrée, une grosse bobine qui tient lieu de table, des palans… une brume persistante, qui viennent en écho aux paroles de Luigi, l’amant de Giorgetta, lorsqu’il décrit ses dures conditions de travail: 

meglio non pensare,

piegare il capo ed incurvar la schiena.

Per noi la vita non ha più valore

ed ogni gioia si converte in pena.

I sacchi in groppa e giù la testa a terra.

Se guardi in alto, bada alla frustata.

(mieux vaut ne pas penser, / baissez la tête et courbez le dos. / Pour nous, la vie n’a plus de valeur / et toute joie se transforme en douleur. / Les sacs sur le dos et la tête vers le sol. ÷ Si vous levez les yeux, méfiez-vous du fouet.)

À la violence expressive de la musique de ce premier opus, s’oppose la fausse douceur de celle de Suor Angelica. Nous sommes dans un couvent, ce qui, explique Michele Girardi, «offre la possibilité de construire un tissu musical homogène et rigoureux qui reflète un climat particulier»3

Nous avons quitté la péniche amarrée aux bords de Seine, où l’on travaille, on aime en secret, on se trompe, on se bat, on se tue, pour un lieu aseptisé, que l’on pourrait penser détaché du monde, s’il n’y avait la révélation finale où Sœur Angelica apprend que son enfant est mort. 

Gianni Schicchi, un message d’amour et d’espérance

Avec Gianni Schicchi, on passe à un autre registre. Même s’il est encore question de la mort, celle de Buoso Donati en l’occurrence, nous sommes dans une atmosphère de comédie. La substitution entre Buoso et Gianni Schicchi est une scène de grand guignol, l’amour qui naît entre Rinuccio et Lauretta (la fille de Gianni Schicchi) est pur, symbolisé par le tendre duo final entre eux 

Rinuccio : Ti chiesi un bacio…

Lauretta: … il primo bacio…

Rinuccio: …tremante e bianca volgesti il viso…

Lauretta e Rinuccio: … Firenze da lontano ci parve il Paradiso!

(R: Je t’ai demandé un baiser… / L…. le premier baiser… / R. … tremblante et blanche tu as tourné ton visage… / Lauretta et Rinuccio / … Florence de loin ressemblait au Paradis!)

Cette Florence si belle, berceau de l’amour des deux amants, Rinuccio l’avait chanté et célébré avant :

Firenze è come un albero fiorito

che in piazza dei Signori ha tronco e fronde, 

ma le radici forze nuove apportano

dalle convalli limpide e feconde!

E Firenze germoglia ed alle stelle

salgon palagi saldi e torri snelle!

L’Arno, prima di correre alla foce,

canta baciando piazza Santa Croce,

e il suo canto è sì dolce e sì sonoro

che a lui son scesi i ruscelletti in coro!

Così scendinanvi dotti in arti e scienze 

a far più ricca e splendida Firenze!

E di val d’Elsa giù dalle castella

ben venga Arnolfo a far la torre bella! 

E venga Giotto dal Mugel selvoso,

e il Medici mercante coraggioso! 

Basta con gli odî gretti e coi ripicchi! 

Viva la gente nova e Gianni Schicchi! 

 (Florence est comme un arbre en fleurs / qui a son tronc et ses frondaisons sur la Piazza dei Signori , / mais ses racines apportent de nouvelles forces / des vallées claires et fécondes ! / Et Florence bourgeonne et vers les étoiles / s’élèvent des palais inébranlables et des tours élancées ! / L’Arno, avant de se précipiter vers son embouchure, / chante en embrassant la Piazza Santa Croce, / et son chant est si doux et si sonore / que les ruisseaux sont descendus vers lui en chœur ! / Ainsi sont venus les artistes et les savants / pour rendre Florence plus riche et plus splendide ! / Et du Val d’Elsa en bas des châteaux / bienvenue à Arnolfo pour embellir la tour ! Et vient Giotto du Mugel boisé, / et Médicis, ce brave marchand ! / Assez de mesquines haines et rancunes ! / Vive le peuple nouveau et Gianni Schicchi !)

On voit donc bien le mouvement de ce trittico et sa forte cohérence interne qui se marque d’abord par une forme de régression temporelle. Le premier opus est contemporain (de Puccini), l’action du deuxième se déroule dans un monastère à la fin du XVIe siècle, et le troisième nous fait faire un bond de quatre siècles en arrière pour nous précipiter dans la Florence de 1299 du «folletto» Schicchi. L’amour d’abord clandestin et porteur de malheur, devient chant d’espoir et d’ouverture. Cela se résume dans le dernier vers du stornello de Rinuccio: «Viva la gente nova». À l’immobilisme mortifère du tabarro, à la nostalgie pesante de Suor Angelica a succédé les promesses du futur de Gianni Schicchi

Il n’est pas sûr que Dante ait apprécié la réhabilitation d’un personnage, Gianni Schicchi, qu’il place au fond de l’Enfer, parmi les traîtres et autres faussaires. 

Distribution (principaux rôles, le 18 mars 2023): 

  • Mise en scène Axel Ranisch
  • DIrection musicale : Leonardo Sini
  • Chœur (direction) Eberhard Friedrich
  • Gianni Schicchi
  • Gianni Schichi : Roberto Frontali (chante aussi le rôle de Michele dans Il tabarro)
  • Lauretta : Narea Son (chante aussi le rôle de l’un des amants dans Il tabarro et de Suor Genovieffa, dans Suor Angelica)
  • Rinuccio: Oleksy Palchykov (chante aussi le rôle de l’un des amants dans Il tabarro)
  • Il tabarro
  • Luigi : Najmiddin Mavlyoanov
  • Giorgetta : Elena Guseva (Chante également le rôle titre de Suor Angelica, dans Suor Angelica)