Site icon La Divine Comédie

Dantedì: unanimité au Parlement italien

Vote mozione Dantedi à l'unanimité

Le résultat du vote de la mozione demandant l'instauration d'un Dantedì au Parlement italien, le 4 novembre 2019

Unanimité. Pas un seul non, pas une seule abstention. Tous les députés de l’arc politique italien, de l’extrême-droite à la gauche, unis autour d’un même texte, cela tient du prodige. Ce miracle à un nom: Dantedì. Si l’on voulait une nouvelle preuve de l’importance du Sommo Poeta en Italie ce vote du Parlement autour d’une mozione visant à instituer une journée sur et autour de Dante suffirait à l’illustrer.

Mais de quoi s’agit-il? Il y a quelques mois (en avril 2019) le Corriere della Sera avait lancé l’idée que l’Italie consacre une journée entière à célébrer Dante Alighieri. À quelques mois du 700e anniversaire de la mort du poète, l’initiative recevait rapidement le soutien de nombreuses institutions comme l’Accademia della Cruscia, la plus importante —et prestigieuse— association linguistique italienne, la Società Dantesca, la Società Dante Alighieri, sans parler de la région d’Émilie-Romagne, de la ville de Ravenne…

 La fine fleur des dantologues italiens —Carlo Ossola, Enrico Malato, Giorgio Inglese…— va aussi se mobiliser, mais l’intérêt suscité par cette initiative dépasse largement ce cercle étroit.

Restait à trouver une traduction politique. Le premier ministre Giuseppe Conte avait déjà indiqué l’engagement du gouvernement pour soutenir les manifestations autour du 700e anniversaire. De son côté, le ministre dei Beni culturali (équivalent de notre ministre de la Culture) Dario Franceschini, estimait que «l’idée d’avoir un journée de souvenir et d’initiative autour du personnage de Dante —et que cela se tienne en Italie et aussi dans le monde entier— lui semblait très belle.»

L’outil de la mozione parlamentare

Pour concrétiser encore un peu plus le projet, ses initiateurs se tournèrent donc vers la Chambre des députés. En Italie, les parlementaires disposent d’une disposition particulière, la mozione parlamentare. Il s’agit d’un texte élaboré par un groupe de députés (ou de sénateurs) qui, sur un sujet précis, indique au gouvernement les mesures qu’il devrait prendre. Si les textes ainsi votés n’ont pas de valeur contraignante, ils constituent quand même une forte incitation.

C’est le cas donc pour cette mozione qui demande l’instauration du Dantedì et qui fut votée le lundi 4 novembre. Mais derrière l’unanimité du vote chacun offrit, selon sa sensibilité politique, une lecture sensiblement différente de Dante, du personnage et de l’œuvre, chacun n’hésitant pas à lier le personnage historique avec la situation politique actuelle du bel paese.

Silvio Mollicone (Fratelli d’Italia) par exemple, défendra l’idée d’un Dante à qui l’on doit «la vision d’une Italie entendue comme nation et comme civilisation. L’identité nationale selon Dante est nationale et universelle (…).» Il liera la célébration de Dante à la «formation d’une conscience et d’une unité nationale».

Dante, un personnage central de construction de l’identité nationale italienne 

Plus à gauche, Patrizia Prestipino (Pd) préfèrera mettre l’accent sur l’homme de liberté dans une période —le Moyen Âge— où la notion de liberté individuelle était pratiquement inconnue, citant le célèbre vers de Virgile, lorsqu’il présente Dante à Caton au Chant I du Purgatoire, «libertà va cercando, ch’è sì cara». D’autre encore, comme Luigi Casciello (Forza Italia), après avoir rappelé que Dante «était une référence décisive de notre identité nationale», mettra l’accent sur le «sentiment religieux» et voit d’abord dans le poète le «catholique». 

Mais derrière ces différences de sensibilité et d’analyse, c’est bien un fort unanimisme qui a transparu lors du débat. L’idée que Dante est un personnage central dans la construction de l’identité nationale italienne, de sa culture et de sa langue est revenue de manière récurrente tout comme le fait que ses réflexions sur les divisions politiques et sa féroce condamnation de la corruption conservaient toute leur actualité. 

«L’un des objectifs principaux de la  mozione, rappelait Michele Nitti (M5S) l’un des initiateurs du projet, est de contribuer au souvenir de Dante et à l’unifier. C’est une occasion de débattre de culture, mais de la culture vue comme âme et moteur du développement économique et social du pays, car l’économie du futur sera celle de la connaissance.»

L’accent mis sur la langue italienne 

C’est donc à l’unanimité que les députés devaient voter cette mozione qui demande instamment au gouvernement 

  1. d’instituer en 2020 une journée commémorative dédiée à Dante Alighieri, en hommage à l’italianité;
  2. d’adopter toute initiative et opportunité destinées à protéger et valoriser la langue italienne, ce grand patrimoine national, et à en garantir et promouvoir une utilisation pleine et correcte à partir des institutions publiques, nationales et locales; 
  3. à promouvoir et soutenir toutes les activités nécessaires au souvenir de la vie, des œuvres et de l’importance du Poète en Italie et à l’étranger

Reste maintenant à s’accorder sur la question de la date pour cette journée. Deux propositions semblent, pour l’instant, se dégager: le 25 mars ou le 8 avril. Le critique littéraire Alberto Casadei, penche pour la première date car cette date du début du voyage de Dante dans l’autre monde coïncide «avec celle de l’incarnation et aussi de la crucifixion du Christ; le 25 pour le florentin qu’était Dante était aussi le premier jour de l’année. 

Mais pour l’instant, rien n’est encore fixé et il faut attendre, après cet appel fort des députés, la décision du gouvernement italien sur l’instauration de cette journée consacrée à Dante.