L’escalier est étroit et raide. En bas à droite, une porte blanche donne sur la minuscule salle de spectacle. Nous sommes une petite cinquantaine de spectateurs à nous asseoir sur des chaises dépareillées et des fauteuils fatigués disposés en carré autour de la scène. Elle est fermée d’un mur blanc qui fera office d’écran. Nous nous trouvons à Londres, dans le Barons Court Theatre, installé dans le sous-sol du Curtains Up, un vaste pub du tranquille quartier d’Hammersmith. Au programme ce soir: Dante’s Divine Comedy. 

Disons le tout de suite: ce spectacle n’est pas destiné aux puristes. Douglas Baker, l’auteur et metteur en scène de la pièce, propose en effet une réécriture de la Comédie originale qu’il a transposé dans le monde contemporain. Si la trame de l’œuvre est préservée, puisque l’on retrouve l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis, que Dante croise Virgile, Béatrice, Lucifer, Charon, Caton… les transformations et aménagements sont nombreux, car il s’agit de transformer un poème du 14e siècle, long de 14.233 vers, en une pièce de théâtre contemporaine de 90 minutes. 

Dante, joué par Axel Chard, est plus proche de la vingtaine que du «mezzo del cammin di nostra vita». Chemise à carreau ouverte sur un T-shirt blanc, on est loin de l’image traditionnelle du Sommo Poeta vêtu de sa longue robe rouge et coiffé de sa couronne de laurier. Nous sommes au XXIe siècle est si Dante est perdu il l’est car Béatrice vient de mourir et qu’il est au bord du suicide. Virgile, Jack Blackburn, vient à son secours et se propose d’être son guide vers le Paradis, où se trouve Béatrice. 

Francesca et Paolo chantent de nouveau leur amour éternel
Dante-Divine-Comedy

Dante’s Divine Comedy

La traversée de l’Enfer est sans aucun doute la partie la plus réussie de la pièce, en dépit —ou grâce— d’une grande économie de moyen. Une chœur de quatre jeunes filles, quelques jeux de lumière et voilà que Francesca et Paolo chantent de nouveau leur amour éternel, que Cerbère et ses trois têtes en ombre chinoise est prêt à dévorer les âmes maudites, que Bertrand de Born apparaît portant sa tête comme un fanal… Rien de grand-guignol dans tout cela, mais beaucoup de grâce et de précision, comme l’est la longue escalade des écailles qui couvrent le corps de Lucifer par Dante et Virgile.

Le Purgatoire ressemble étrangement à l’Enfer [nous serions dans le métro de Londres], et curieusement Dante y devient “le guide” de Virgile, et se sent abandonné dans le long dialogue final où Virgile tente d’expliquer à Dante qu’il lui est impossible d’entrer au Paradis, car né avant le christianisme. Mais lui assure-t-il Béatrice l’y attendra. 

L’arrivée sur scène de celle-ci scelle l’entrée au Paradis. Pour autant Dante lui-même n’est pas au Paradis! Les quatre actrices qui composent le chœur abandonnent leur candide tenue blanche, endossent un veste de chantier floquée chacune du nom d’un Saint (Saint Pierre, etc.) et se transforment en accusatrices féroces. Les lecteurs de la version originale de la Comédie auront reconnu les premiers chants du Paradis ou Dante doute de sa foi, mais ici foin de délicatesse; “c’est du brutal”. Quand à Béatrice elle apparaît glaciale et détachée face à un Dante toujours éperdument d’amour pour elle. 

L’écriture, la mise en scène, les jeux de lumière, le dynamisme et l’engagement de la troupe de jeunes acteurs font de Dante’s Divine Comedy en dépit de quelques faiblesses inhérentes à ce mode de production, un superbe spectacle qui mérite de s’enfoncer dans les sous-sols des pubs londoniens. Et si la lettre des terzine du poète florentin n’est pas respectée, en revanche son esprit est présent: n’est-il pas question d’un voyage d’amour, de foi et de passions?

 

  • Dante’s Divine Comedy se joue au Barons Court Theatre, 28a Comeragh Road W14 9 à Londres jusqu’au 30 septembre 2017.
  • Le spectacle est organisé par So it Goes Theatre Company