La Divine Comédie

Neuf années avec Dante

Dante_Alighieri

Déjà neuf ans que La Divine Comédie est publiée sur Twitter sous le hashtag #DivCo. Cette publication s’achèvera le 14 septembre 2021, jour anniversaire de la mort du poète. Pour autant l’aventure est loin d’être terminée. Le site ladivinecomedie.com, qui en est l’enfant, va continuer à vivre, à s’actualiser et à s’enrichir dans les semaines, les mois et les années à venir. 

Il y a neuf ans, le 27 mai 2012, un dimanche midi, était publié la première terzina de La Divina Commedia, «Nel mezzo del cammin de nostra vita». Depuis, chaque jour, sans aucune interruption, pendant 3287 jours (il y eut deux années bissextiles, 2016 et 2020) une terzina (souvent deux, parfois trois) ont été publiées à 8h 30 sur Twitter, sur mon compte @mediatrend. Elles sont suivies de leur traduction française, une minute plus tard. 

Lors de la publication du premier Cantique, l’Enfer, un tweet explicatif, permettant de situer la terzina dans son contexte, était publié une minute auparavant. Depuis le Purgatoire, ils sont systématiques, en raison de la complexité croissante de le poésie de Dante.

Sur Twitter, le hashtag #DivCo

C’est donc une petite cascade de trois (minimum) à parfois neuf tweets qui est publiée quotidiennement. J’ai délibérément conserver un mode de publication archaïque me contentant du même hashtag #DivCo, raccourci de #DivineComédie. Pour la petite histoire les deux ou trois premiers tweets utilisaient #DivineComédie, mais la limitation à 140 caractères qu’imposait Twitter à l’époque ne m’a pas permis de le conserver. Par la suite dans un soucis de cohérence, j’ai conservé #DivCo. Un lecteur curieux peut donc retrouver l’ensemble de La Divine Comédie sur Twitter grâce à ce hashtag.

Tout cela devrait s’achever —sauf incident majeur— le 14 septembre 2021, pour le jour anniversaire de la mort de Dante Alighieri. 

Ce qui n’était pas prévu lorsque j’ai publié le premier tweet, c’est que je me lance dans la traduction de La Divine Comédie. Cela s’est imposé comme une évidence au fil du temps. Et du temps il m’en faut: au total, cette traduction m’aura pris plus de neuf ans. Et je ne regrette pas ce temps passé, les difficultés inouïes rencontrées. Cela m’a permis d’entrer dans l’intime du texte, dans sa poésie, dans sa beauté, dans sa profondeur, d’un manière qu’il m’aurait été impossible d’atteindre autrement.

Dans le sillage du poète

Bref, dans ma «piccioletta barca», j’ai essayé de suivre le «solco» (sillage) du poète «per l’alto sale» (la haute mer) sur «l’acqua ch’io prendo già mai non si corse; / Minerva spira, e conducemi Appollo, / e nove Muse mi dimostran l’Orse» (L’eau que je prends n’a jamais été courue; / Minerve y souffle, et Apollon me conduit, / et neuf Muses me montrent l’Ourse. — Paradis, Chant II, v. 7-9). Avec ma traduction, j’ai essayé de suivre son sillage et j’espère ne pas m’être perdu. 

 La création du site ladivinecomedie.com n’était également pas prévue. Au commencement des publications, pour ne pas perdre les traductions et les explications, je les avait regroupées sur un outil en ligne qui s’appelait Storify. Un système d’archivage très simple qui fonctionnait par “glissé-déposé”. Las, en mai 2018 (hasard des dates?), Storify fermait ses portes.

Quatre principes pour guide

Il me fallait donc trouver une solution. J’ai opté pour la création d’un site, celui sur lequel vous êtes actuellement. Là aussi j’ai beaucoup tâtonné, et je suis bien conscient d’être loin de la perfection. Mais quatre principes m’ont guidé. 

Ce site n’est pas achevé, pour autant qu’il le soit un jour.

Pour l’instant, il reste —à ce jour— les quatre derniers chants du Paradis à traduire, annoter et publier. Il faut également rédiger les notes d’une cinquantaine de chants, compléter la “mini-encyclopédie dantesque” que je constitue sur les personnages, lieux, anecdotes, musiques, citations. Il manque, a minima, 200 entrées. Il me semble également nécessaire de rédiger une introduction pour chaque chant. En parallèle, dès le 14 septembre, j’entamerai la révision complète de la traduction, et celle des notes déjà publiées. 

Le site s’installe sur la toile

Sur un plan plus technique, il me faut aussi améliorer l’ergonomie du site, sa vitesse de chargement que je trouve relativement peu rapide, faire en sorte qu’il soit plus “mobile friendly”. etc.  Ce chantier devrait prendre environ deux années.

Ce qui m’encourage dans cette entreprise ce sont les chaleureux encouragements que je reçois de la part de lecteurs, et le fait que petit à petit, le site s’installe sur la toile. D’une année sur l’autre, le nombre de visiteurs quotidiens à triplé: aujourd’hui, le site reçoit plus de cent visiteurs quotidiens, soit plus de 3.000 par mois. 

De manière surprenante, l’écrasante majorité d’entre eux viennent soit directement, soit via un moteur de recherche (Google) mais très peu par les réseaux sociaux. Je dis “surprenante” car tout cela est né d’une publication sur Twitter.

Bref, l’aventure continue et ne cesse de s’enrichir. Au plaisir de vous retrouver sur le site, et de partager une passion commune pour Dante, La Divine Comédie et la poésie. 

Notes

Pour ceux que l’histoire de #DivCo intéresse, j’ai regroupé ici quelques articles publiés au fil des ans sur ce site où sur un blog aujourd’hui arrêté: