Chant X

Première corniche • Les orgueilleux • Exemples d’humilité sculptés dans la roche • Marie • David • Trajan • Apostrophe contre l’orgueil humain.
Quand nous eûmes passé le seuil de la porte  

que l’amour mauvais fait oublier des âmes, 

parce qu’il fait paraître droit le mauvais chemin,•3 

au son je compris qu’elle était refermée ;  

et si j’avais tourné les yeux vers elle,  

que pourrait excuser la faute?•6 

Nous montions par un rocher fendu, 

qui serpentait d’un côté à l’autre, 

comme l’onde qui fuit et revient.•9 

« Ici il convient d’utiliser un peu d’adresse »,  

commença mon guide, « pour se rapprocher 

soit ici, soit là du côté qui s’écarte.»•12 

Et ceci rendait notre marche si lente, 

que le croissant de la lune

avait déjà rejoint son lit pour se coucher,•15 

avant que nous sortions de cette crevasse ;

mais quand nous fûmes libres et en plein air  

là où la montagne se rétrécit,•18 

moi fatigué et tous deux incertains

de notre chemin, nous restions sur un replat

plus isolé que chemins dans le désert.•21 

De son bord, qui touche le vide, 

au pied de la haute roche qui s’élève encore, 

on mesurerait trois fois un corps humain;•24 

et si mon regard pouvait voler, 

du flanc droit au flanc gauche,

cette corniche me semblerait ainsi faite.•27 

Nous n’avions pas encore bougé,

quand je m’aperçus que la roche autour,

tellement raide qu’elle n’offre pas de passage,•30 

était de marbre blanc et ornée

de hauts-reliefs, que non seulement Polyclète,

mais la nature elle-même en auraient été humiliés.•33 

L’ange qui vint sur terre avec le décret 

de paix imploré tant d’années, 

qui ouvrit le ciel après long interdit,•36 

nous parlait, car il paraissait si vrai 

ici  sculpté dans une attitude si délicate, 

qu’il ne semblait pas image qui se tait.•39 

On aurait juré qu’il disait “Ave !”,  

car à côté était représentée celle 

qui tourna la clé pour ouvrir le céleste amour;•42

et son attitude traduisait cette parole 

Ecce ancilla Dei”, exactement

comme une figure s’imprime dans la cire.•45 

« N’arrête pas ta pensée en un lieu », 

dit le doux maître, qui me tenait

de ce côté où les gens ont le cœur.•48 

Je tournais donc mon regard, et vis

derrière Marie, du côté

où était celui qui me conduisait,•51 

une autre scène sculptée sur la roche ; 

alors je passais Virgile, et m’approchais, 

afin qu’elle me soit bien visible.•54 

Là sculptés dans le même marbre 

le char et les bœufs, tirant l’arche sainte,

qui effraie si un poste est usurpé.•57 

Devant, des gens ; tout entier, 

partagé en sept cœurs, faisant dire à l’un de mes 

deux sens “Non”, et à l’autre “Oui, ils chantent”.•60 

De même la fumée des encens 

était représentée, et les yeux et le nez

se déchiraient sur le oui ou sur le non.•63 

Là précédant l’arche bénie,

dansant avec sa robe retroussée, l’humble psalmiste 

qui fut plus homme que roi à cette occasion.•66 

En face, représentée à la fenêtre

d’un grand palais, Micol le regardait

en dame méprisante et renfrognée.•69 

Je quittai le lieu où je me trouvais,

pour observer de près une autre histoire,

qui à droite de Micol m’inondait de blancheur.•72 

Ici était figurée la grande gloire

du prince romain, dont la valeur

conduisit Grégoire à sa grande victoire;•75 

je dis de Trajan empereur ;

et une pauvre veuve était au frein de son cheval,

désolée et en pleurs.•78 

Autour de lui l’espace était empli

de cavaliers, et les aigles sur champ d’or

au dessus d’eux semblaient bouger avec le vent.•81 

La pauvrette au milieu de tous ceux-ci

semblait dire : « Seigneur, fais vengeance

de mon fils qui a été tué, ce qui m’afflige»;•84 

et lui de répondre : « Attends

que je revienne » ; et elle : « Mon seigneur »,

comme une personne que la douleur presse,•87 

« si tu ne reviens pas ? » ; et lui : « Qui sera où je suis,

le fera » ; et elle : « Que te vaudra le bien

fait par un autre, si tu oublies le tien?»;•90 

alors lui : « Sois consolée ; car il convient

que je remplisse mon devoir avant que je parte :

volonté de justice et miséricorde me retiennent.»•93 

Celui qui jamais ne vit chose nouvelle

produisit cette parole visible,

nouvelle pour nous car elle ne se trouve pas ici.•96 

Tandis que je me délectais à regarder 

les images de tant d’actes d’humilité, 

que leur artisan nous rend cher à regarder,•99 

« Par là viennent, mais à pas lents »,

murmura le poète, « de nombreuses personnes :

celles-ci nous indiquerons les degrés pour monter.»•102 

Mon regard, qui était heureux de regarder

du neuf dont il est avide,

ne fut pas lent à se tourner vers eux.•105 

Je ne veux pas, lecteur, que tu t’éloignes

de tes bonnes intentions pour entendre

comment Dieu veut que la dette se paie.•108 

Ne fais pas attention à la forme du martyr :

pense à ce qui suit ; pense qu’au pire 

il ne peut dépasser le grand jugement.•111 

Je commençai : « Maître, ce que je vois

venir vers nous, ne me semble pas des personnes, 

et je ne sais ce que c’est, tant ma vue se trouble.»•114 

Et lui à moi : « La grave nature

de leur tourment les fait s’accroupir à terre, 

si bien que mes yeux durent d’abord lutter.•117 

Mais regarde les avec attention, et distingue

du regard ce qui vient sous ces rocs :

déjà tu peux observer comment chacun se frappe.»•120 

Oh chrétiens orgueilleux, pauvres misérables,

qui, privés de la vue de l’esprit,

vous fiez à la marche à reculons,•123 

ne vous apercevez vous pas que nous sommes des vers

nés pour former l’angélique papillon, 

qui vole sans défense vers la justice?•126 

De quoi se gonfle d’orgueil votre âme,

car vous êtes des insectes imparfaits,

comme des vers qui ne se développent pas?•129 

Comme pour soutenir un plafond ou un toit,

on voit parfois en guise de console une figure humaine

qui replie ses genoux sur sa poitrine,•132 

cette allégorie fait naître pour celui qui la voit 

une vraie peine ; je vis ainsi

ceux-ci, lorsque je fixais mon attention.•135 

Il est vrai qu’ils étaient plus ou moins courbés 

selon que leur dos était plus ou moins chargé ;

et le plus patient dans son attitude,

pleurant, semblait dire : « Je n’en peux plus.»•139

Notes
[5] «Et si j'avais tourné les yeux vers elle…»
La porte du Purgatoire se referme. Dante se fie au son et se garde bien de se retourner, se souvenant de l’avertissement de l’ange :

Entrez ; mais je vous avertis

celui qui regarde en arrière est renvoyé.

[18] «Là où la montagne se rétrécit»
«Là où la montagne se rétrécit» [“dove il monte in dietro si rauna”] signifie que Dante et Virgile ont atteint une corniche.
[31-33] La roche était ornée de hauts-reliefs
diadumene—athenes

Le Diadumène. Original en bronze dont une copie sera faite en marbre vers 100 av. J.-C.

Dante va nous décrire dans ce Chant X, trois œuvres gravées dans un marbre blanc éblouissant qui reproduisent trois scènes valorisant l’humilité. 
Il s’agit de « haut-relief », une technique où les sculptures sont quasiment détachées du fond. Ces œuvres sont donc – selon Dante – plus belles que celles de Polyclète, célèbre sculpteur grec, mais surtout que ne l’est la nature elle-même!

• Polyclète célèbre sculpteur grec qui vécut au 5e siècle avant J.-C.. Il fut un contemporain et rival de Phydias. 
 

[34-45] Ecce ancilla Domini
annonciation_fra_angelico

L’annonciation peinte par Fra Angelico.

La première scène représente l’Annonciation [Luc 1 26-38] par l’ange Gabriel. L’ange parle en premier pour introduire le thème de la rédemption, que la naissance du Christ rend possible. C’est le “décret de paix” qui la permet.  

Marie, qui [selon l’évangile de Luc] est vierge et seulement fiancée à Joseph, se soumet à la volonté de Dieu, donnant ici un premier exemple d’humilité.

Dante reprend exactement le début de la phrase latine de Luc : «Ecce ancilla Domini, fiat mihi secundum verbum tuum.» [“Je suis la servante du Seigneur. Que ta parole s’accomplisse pour moi.”]

[56-57] «L’arche sainte, qui effraie si un poste est usurpé.»
Arche_alliance

L’arche d’alliance amenée au Temple, in « Très riches heures du Duc de Berry”

Le deuxième haut-relief représente le transport de l’Arche d’Alliance de Kiryat-Yéarim à Jérusalem, où elle devait ensuite rester, abritée dans le temple,lorsqu’il aurait construit par Salomon. Cette arche contenait les Tables de la Loi, données à Moïse sur le Mont Sinaï.
L’Arche était portée par les Lévites [c’est-à-dire ceux qui appartiennent à la tribu de Lévi, dont Moïse faisait partie], qui étaient chargées du service divin.

Oza [Uzzah] était un lévite, et l’Arche était restée vingt ans dans la maison de son père Abinadab, à Kiryath-Yéarim. C’est lui qui paiera le prix de l’usurpation. En effet, alors qu’il marchait le long de l’Arche UI était placée sur un chariot tirée par des bœufs, sur la route de Jérusalem, il vit que celle-ci penchait. Il tendit la main pour la redresser et l’empêcher de tomber. Mais il n’était qu’un simple Lévite et non un prêtre, et seuls ceux-ci pouvaient toucher l’Arche. Pour cette “usurpation”, il sera foudroyé par Dieu. 
 

[65-69] L’humble psalmiste
«L’umile salmista» est le roi David, qui fut l’auteur de la plupart des Psaumes rassemblés dans le Livre des Psaumes. Dante le décrit «umile» [“humble”] car dansant “robe retroussée” devant l’Arche d’Alliance. Une attitude [“plus homme que roi”] que regarde avec une visible réprobation son épouse Micol.

Dans le deuxième Livre de Samuel [6, 14] voici ce qui est écrit: 

David dansait en tournoyant de toutes ses forces devant Yahvé, il avait ceint un pagne de lin. (…) Or, comme l’arche de Yahvé entrait dans la Cité de david, la fille de Saül, Mikal, regardait par la fenêtre, et elle vit le roi David qui sautait et tournoyait devant Yahvé, et , dans son cœur, elle le méprisa. 

 

[78-93] «Le prince romain dont la valeur conduisit Grégoire… »
trajan_empereur_veuve_gustave_dore

La scène de « Trajan écoutant la veuve », vue par Gustave Doré.

La troisième scène est tirée de l’histoire de Rome, et illustre un épisode présent dans toutes les encyclopédies médiévales, celle de l’Empereur Trajan [98-117] et de la veuve. La proximité du texte de ce Chant et celui de Fiore di Filosofi, est troublante. C’est le cas par exemple du dialogue entre l’Empereur et la veuve, comme l’extrait suivant permet d’en juger: 

[L’Empereur] Io ti sodisfarò quando io reddirò. E quella disse: E se tu non riedi? E que’ rispuose: E s’io non reggio, e’ ti sodisfarà il successore mio. E quella disse: E io come il so? e pognamo ch’ elli lo faccia, a te che fia se quell’altro farà bene ? tu mi se’ debitore, Etc. 
[« je te satisferai quand je reviendrai. Elle dit: Et si tu ne reviens pas? Et il répond: Et si je ne reviens pas, mon successeur te satisfera. Et elle dit: Et comment je le sais? Et je doute qu’il le fasse, je me fie à toi pourquoi un autre ferait bien . Tu est mon débiteur. Etc.]

Dans la première terzina, Dante fait allusion à l’intercession du pape Grégoire Ier —VIe siècle— grâce à laquelle Trajan aurait gagné le salut éternel. Nous le retrouverons au Paradis, dans le Ciel de Jupiter [Chant XX, 73-96].