L’Enfer – Chant XI

La carte de l’Enfer (1480-1490) – Sandro Botticelli – Domaine public

Sixième cercle • Hérétiques • La tombe du pape Anastase • Topographie du bas Enfer et Classification des péchés. 
Sur le rebord d’une haute falaise 

formée d’un cercle de rochers rompus, 

nous vînmes au-dessus d’un amas plus cruel;•3 

et là, en raison de l’horrible excès 

de puanteur que le profond abîme exhalait, 

nous nous abritâmes derrière le couvercle•6 

d’un grand tombeau, sur lequel je vis une inscription 

qui disait : “Je garde le pape Anastase, 

que Photin détourna de la voie droite”.•9 

« Notre descente doit être retardée, 

afin que nos sens s’habituent un peu 

à l’infecte pestilence ; et puis nous n’y prendrons plus garde.»•12 

Ainsi dit le maître ; et moi «Trouve », 

lui dis-je, « quelque compensation pour que le temps passé 

ne soit pas perdu. » Et lui : « Tu vois que j’y pense.»•15 

« Mon fils, à l’intérieur de ces rochers », 

commença-t-il à dire, « se trouvent trois cercles 

de plus en plus étroits, comme ceux que tu quittes.•18 

Tous sont remplis d’esprits maudits ; 

mais pour qu’ensuite la vue te suffise, 

entend comment et pourquoi ils sont entassés.•21 

De tout le vice, qui attire la haine du ciel, 

l’injustice est l’issue, et toute fin semblable 

qu’elle soit par violence ou fraude nuit à autrui.•24 

Mais puisque la fraude est le mal propre de l’homme, 

elle déplaît le plus à Dieu ; et pour cela les fraudeurs 

sont au plus profond, et plus de douleurs les assaillent.•27 

Le premier cercle est tout aux violents ; 

mais parce que l’on fait violence à trois personnes, 

il est construit et divisé en trois enceintes.•30 

À Dieu, à soi-même, au prochain on peut 

faire violence, je veux dire à eux ou à leurs biens, 

comme tu le comprendras avec une claire explication.•33 

À son prochain, la mort par violence 

ou par douloureuses blessures peut être donnée, 

et à ses avoirs on peut causer ruines, incendies et exactions;•36 

aussi les assassins et ceux qui blessent par malveillance, 

pillards et brigands, sont tous tourmentés 

dans la première enceinte en troupes différentes.•39 

On peut se faire violence à soi-même 

et sur ses biens ; aussi dans la seconde 

enceinte il convient que sans profit se repente•42 

quiconque se prive de votre monde, 

joue et dissipe son bien, 

et pleure là où il devrait se réjouir.•45 

On peut faire violence à la divinité, 

en la niant et en la blasphémant, 

et en méprisant nature et sa bonté;•48 

et donc le cercle plus étroit marque  

de son fer Sodome et Cahors 

et qui parle en méprisant délibérément Dieu.•51 

La fraude, dont chaque conscience a remord, 

peut-être utilisée à l’encontre de celui qui a confiance 

et de celui qui se défie.•54 

Ce dernier mode n’entaille 

que le lien d’amour que crée la nature ; 

pour cela dans le second cercle ont leur nid•57 

hypocrites, flatteurs et sorciers, 

faussaires, voleurs et simoniaques, 

proxénètes, escrocs et ordures semblables.•60 

Dans l’autre mode cet amour que fait la nature 

est oublié, et aussi celui qui s’y ajoute, 

par lequel se crée une confiance particulière;•63 

aussi dans le plus petit cercle, où se trouve le point 

de l’univers où réside Dité, 

quiconque a trahit y est tourmenté éternellement.»•66 

Et moi : « Maître, ton explication 

procède avec clarté, et décrit en détails 

ce gouffre et la troupe qu’il détient.•69 

Mais dis-moi : ceux du marais bourbeux, 

ceux qu’emporte le vent, et ceux que bat la pluie, 

et ceux qui s’affrontent avec des discours si âpres,•72 

pourquoi dans la cité ardente 

ne sont-ils pas punis, si Dieu les a en haine ? 

Et s’il ne les hait pas, pourquoi sont-ils dans une telle situation?».•75 

Et lui à moi : « Pourquoi ton esprit », 

dit-il, « s’égare-t-il tant de la voie qu’il doit suivre ? 

ou ton esprit regarde-t-il ailleurs?•78 

Ne te souviens-tu pas de ces paroles 

par lesquelles ton Éthique traite pleinement 

les trois dispositions dont le ciel ne veut pas,•81 

incontinence, malice et la folle 

bestialité ? et comme l’incontinence 

offense moins Dieu et recueille moins de blâme?•84 

Si tu considères avec attention ce raisonnement, 

et que revient à ta mémoire qui sont ceux 

qui en dehors subissent une pénitence,•87 

tu comprendras pourquoi de ces damnés 

ils sont séparés, et pourquoi la justice divine 

les frappe de moins de tourments.»•90 

« Ô soleil qui guérit la vue troublée, 

tu me réjouis tant quand tu résous mes doutes, 

car, douter me plaît, non moins que savoir.•93 

Tourne ton attention encore un peu en arrière », 

dis-je, « là où tu disais que l’usure offense 

la divine bonté, et dénoue ce nœud.»•96 

« Philosophie », me dit-il, « à qui l’entend, 

enseigne, dans plusieurs écrits, 

comment la nature procède•99 

du divin esprit et de son art ; 

et si tu examines bien ta Physique, 

tu trouveras, après quelques pages,•102 

que votre art, quant il le peut, 

suit la nature, comme le disciple le fait avec le maître ; 

ainsi votre art est quasiment de Dieu le neveu.•105 

De ces deux, si revient à ta mémoire 

le début de la Genèse, il convient 

que les humains en tirent vie et avancent;•108 

et parce que l’usurier suit une autre voie, 

il méprise la nature elle-même et son art, 

puisqu’il place ailleurs son espérance.•111 

Mais maintenant suis moi car il me plaît de partir ; 

en effet les Poissons s’élèvent au-dessus de l’horizon, 

et le Chariot s’étend tout entier sur le Caurus, 

et la falaise là plus loin s’abaisse.»•115

Cerchio sesto • Eretici • La tomba di Papa Anastasio • Topografia del basso inferno e Classificazione delle colpe. 

In su l’estremità d’un’alta ripa 

che facevan gran pietre rotte in cerchio, 

venimmo sopra più crudele stipa;•3 

e quivi, per l’orribile soperchio 

del puzzo che ’l profondo abisso gitta, 

ci raccostammo, in dietro, ad un coperchio•6 

d’un grand’ avello, ov’ io vidi una scritta 

che dicea : “Anastasio papa guardo, 

lo qual trasse Fotin de la via dritta”.•9 

« Lo nostro scender conviene esser tardo, 

sì che s’ausi un poco in prima il senso 

al tristo fiato ; e poi no i fia riguardo».•12 

Così ‘l maestro ; e io « Alcun compenso », 

dissi lui, « trova che ’l tempo non passi 

perduto ». Ed elli : « Vedi ch’a ciò penso».•15 

« Figliuol mio, dentro da cotesti sassi », 

cominciò poi a dir, « son tre cerchietti 

di grado in grado, come que’ che lassi.•18 

Tutti son pien di spirti maladetti ; 

ma perché poi ti basti pur la vista, 

intendi come e perché son costretti.•21 

D’ogne malizia, ch’odio in cielo acquista, 

ingiuria è ’l fine, ed ogne fin cotale 

o con forza o con frode altrui contrista.•24 

Ma perché frode è de l’uom proprio male, 

più spiace a Dio ; e però stan di sotto 

li frodolenti, e più dolor li assale.•27 

Di vïolenti il primo cerchio è tutto ; 

ma perché si fa forza a tre persone, 

in tre gironi è distinto e costrutto.•30 

A Dio, a sé, al prossimo si pòne 

far forza, dico in loro e in lor cose, 

come udirai con aperta ragione.•33 

Morte per forza e ferute dogliose 

nel prossimo si danno, e nel suo avere 

ruine, incendi e tollette dannose;•36 

onde omicide e ciascun che mal fiere, 

guastatori e predon, tutti tormenta 

lo giron primo per diverse schiere.•39 

Puote omo avere in sé man vïolenta 

e ne’ suoi beni ; e però nel secondo 

giron convien che sanza pro si penta•42 

qualunque priva sé del vostro mondo, 

biscazza e fonde la sua facultade, 

e piange là dov’ esser de’ giocondo.•45 

Puossi far forza ne la deïtade, 

col cor negando e bestemmiando quella, 

e spregiando natura e sua bontade;•48 

e però lo minor giron suggella 

del segno suo e Soddoma e Caorsa 

e chi, spregiando Dio col cor, favella.•51 

La frode, ond’ ogne coscïenza è morsa, 

può l’omo usare in colui che ’n lui fida 

e in quel che fidanza non imborsa.•54 

Questo modo di retro par ch’incida 

pur lo vinco d’amor che fa natura ; 

onde nel cerchio secondo s’annida•57 

ipocresia, lusinghe e chi affattura, 

falsità, ladroneccio e simonia, 

ruffian, baratti e simile lordura.•60 

Per l’altro modo quell’ amor s’oblia 

che fa natura, e quel ch’è poi aggiunto, 

di che la fede spezïal si cria;•63 

onde nel cerchio minore, ov’ è ’l punto 

de l’universo in su che Dite siede, 

qualunque trade in etterno è consunto».•66 

E io : « Maestro, assai chiara procede 

la tua ragione, e assai ben distingue 

questo baràtro e ’l popol ch’e’ possiede.•69

Ma dimmi : quei de la palude pingue, 

che mena il vento, e che batte la pioggia, 

e che s’incontran con sì aspre lingue,•72 

perché non dentro da la città roggia 

sono ei puniti, se Dio li ha in ira ? 

e se non li ha, perché sono a tal foggia?».•75 

Ed elli a me « Perché tanto delira », 

disse, « lo ’ngegno tuo da quel che sòle ? 

o ver la mente dove altrove mira?•78 

Non ti rimembra di quelle parole 

con le quai la tua Etica pertratta 

le tre disposizion che ’l ciel non vole,•81 

incontenenza, malizia e la matta 

bestialitade ? e come incontenenza 

men Dio offende e men biasimo accatta?•84 

Se tu riguardi ben questa sentenza, 

e rechiti a la mente chi son quelli 

che sù di fuor sostegnon penitenza,•87 

tu vedrai ben perché da questi felli 

sien dipartiti, e perché men crucciata 

la divina vendetta li martelli».•90 

« O sol che sani ogne vista turbata, 

tu mi contenti sì quando tu solvi, 

che, non men che saver, dubbiar m’aggrata.•93 

Ancora in dietro un poco ti rivolvi », 

diss’ io, « là dove di’ ch’usura offende 

la divina bontade, e ’l groppo solvi».•96 

« Filosofia », mi disse, « a chi la ’ntende, 

nota, non pure in una sola parte, 

come natura lo suo corso prende•99 

dal divino ’ntelletto e da sua arte ; 

e se tu ben la tua Fisica note, 

tu troverai, non dopo molte carte,•102 

che l’arte vostra quella, quanto pote, 

segue, come ’l maestro fa ’l discente ; 

sì che vostr’ arte a Dio quasi è nepote.•105 

Da queste due, se tu ti rechi a mente 

lo Genesì dal principio, convene 

prender sua vita e avanzar la gente;•108 

e perché l’usuriere altra via tene, 

per sé natura e per la sua seguace 

dispregia, poi ch’in altro pon la spene.•111 

Ma seguimi oramai che ’l gir mi piace ; 

ché i Pesci guizzan su per l’orizzonta, 

e ’l Carro tutto sovra ’l Coro giace, 

e ’l balzo via là oltra si dismonta».•115