Chant XIII

Septième cercle • Deuxième giron • Violents contre eux-mêmes • La forêt des suicidés • Les Harpies • Pierre de la Vigne • Le sort des suicidés après le Jugement dernier • Les dissipateurs • Lano da Siena • Giocomo da Sant’Andrea. 
Nessus n’avait pas encore regagné l’autre rive, 

que nous entrâmes dans un bois 

où il n’y avait nulle trace de sentier.•3 

Pas de feuillage vert, mais de couleur sombre ; 

pas de rameaux lisses, mais noueux et emmêlés ; 

pas de fruits, mais des épines empoisonnées.•6 

Ces bêtes sauvages qui ont en haine 

les lieux cultivés, entre Cecina et Corneto, 

n’ont pas de fourrés aussi âpres ni aussi épais.•9 

Ici font leurs nids les immondes Harpies, 

qui chassèrent les Troyens des Strophades, 

avec le triste présage des futurs malheurs.•12 

Elles ont de grandes ailes, et cou et visage humain, 

des pieds griffus, et des plumes sur leur large ventre ; 

elles se lamentent sur les arbres étranges.•15 

Et le bon maître : « Avant de pénétrer plus loin, 

sache que tu es dans le second giron », 

commença-t-il à me dire, « et tu y seras tant que•18 

tu marcheras dans l’horrible sable. 

Mais regarde bien ; tu verras 

des choses qui pourraient ôter foi à mon discours.»•21 

J’entendais de toutes parts des gémissements 

et ne voyais personne qui puisse les faire ; 

de sorte que je m’arrêtai totalement déconcerté.•24 

Je crois qu’il crut que je croyais 

que toutes ces voix venaient, à travers ces branches, 

de gens qui se cachaient de nous.•27 

Aussi le maître dit : « Si tu casses 

une branchette d’une de ces plantes, 

tes pensées seront toutes fausses.»•30 

Alors j’avançai un peu la main 

et cueillis un petit rameau d’un grand épineux ; 

et le tronc cria : « Pourquoi me brises-tu?».•33 

Quand il fut devenu tout brun de sang, 

il dit de nouveau : « Pourquoi me déchires-tu ? 

N’as-tu aucun sentiment de pitié?•36 

Nous fûmes hommes, et nous sommes devenus buissons : 

ta main devrait être plus pieuse, 

serions-nous des âmes de serpents.»•39 

Comme un tison de bois vert brûle 

par l’un de ses bouts, et de l’autre gémit 

et grince par l’air qui s’échappe,•42 

ainsi de ce rameau brisé sortaient en même temps 

des paroles et du sang ; je laissai tomber la branche, 

et restai comme l’est un homme effrayé.•45 

« S’il avait pu croire aussitôt », 

répondit mon sage, « âme blessée, 

ce qu’il a pourtant vu dans mes rimes,•48 

il n’aurait pas porté la main sur toi ; 

mais la chose incroyable m’a fait 

l’inciter à un acte qui me pèse.•51 

Mais dis-lui qui tu fus, pour qu’en guise 

de pénitence il rétablisse ta réputation 

dans le monde où il lui est permis de retourner.»•54 

Et le tronc : « Tu me séduis tant par ce doux parler, 

que je ne peux me taire ; et qu’il ne vous pèse pas trop 

si je me laisse aller un peu au plaisir de converser.•57 

Je suis celui qui tint les deux clefs 

du cœur de Frédéric, qui les tournait, 

serrant et desserrant, si délicatement,•60 

que de son intimité j’éloignai presque tous les autres ; 

je fus si fidèle au glorieux office, 

que j’en perdis le sommeil et le pouls.•63 

La putain qui jamais du palais 

de César ne détourna ses yeux effrontés, 

fléau de tous et vice des cours,•66 

enflamma contre moi toutes les âmes ; 

et les enflammées enflammèrent tant Auguste, 

que l’honneur joyeux tourna en tristes malheurs.•69 

Mon âme, par goût du mépris, 

croyant fuir le mépris par la mort, 

me fit, moi juste, injuste.•72 

Par les fraîches racines de ce bois 

je vous jure que jamais je ne rompis 

la foi en mon seigneur, qui fut si digne d’honneur.•75 

Et si l’un de vous retourne dans le monde, 

qu’il ravive ma mémoire, encore abattue 

par le coup que lui donna l’envie.»•78 

Il attendit un peu, et puis : « Puisqu’il se tait », 

me dit le poète, « ne perds pas de temps ; 

mais parle, et demande lui, si tu désires plus.»•81 

Et moi à lui : « Demande-lui encore 

ce qui selon toi pourrait me satisfaire ; 

je ne le pourrais pas, tant la pitié m’afflige.»•84 

Il reprit donc : « Si ce que tu demandes  

peut être fait de bon gré, 

esprit emprisonné, qu’il te plaise encore•87 

de nous dire comment l’âme se lie 

à ces nœuds ; et dis-nous, si tu le peux, 

si l’une d’elle s’est jamais dégagée de tels membres.»•90 

Alors le tronc souffla fort, et puis 

ce souffle se changea en une voix : 

« Brièvement il vous sera répondu.•93 

Lorsque l’âme cruelle se sépare 

du corps dont elle s’est elle-même arrachée, 

Minos l’envoie dans le septième cercle.•96 

Elle tombe dans la forêt, sans endroit choisi ; 

mais là où fortune la jette, 

elle germe comme une graine d’épeautre.•99 

Elle pousse comme brindille et plante silvestre : 

ensuite les Harpies, paissant ses feuilles, 

lui font douleur, et ouvrent fenêtres à la douleur.•102 

Comme les autres nous reviendrons vers nos dépouilles, 

mais aucun ne les revêtira, 

car il est injuste d’avoir ce que l’on jette.•105 

Ici nous les traînerons, et dans la lugubre 

forêt nos corps seront accrochés, 

chacun aux ronces de son ombre coupable.»•108 

Nous demeurions encore attentifs au tronc, 

croyant qu’il voulait nous dire autre chose, 

quand nous fûmes surpris d’un bruit,•111 

comme l’est celui qui, à son poste, 

sent venir le sanglier et la chasse, 

car il entend des bêtes, et des branches le tapage.•114 

Et en voici deux du côté gauche, 

nus et écorchés, fuyant si vite, 

que de la forêt ils cassaient toutes les branches.•117 

Celui de devant : « Ô accours mort, accours ! » 

Et l’autre, qui paraissait trop tarder, 

criait : « Lano, tes jambes ne furent pas•120 

si agiles à la joute du Toppo ! » 

Et puis comme le souffle lui manquait peut-être, 

de lui et d’un buisson il fit une seule masse.•123 

Derrière eux la forêt était pleine 

de chiennes noires, avides et rapides 

comme vautres qui sortent de leurs chaînes.•126 

Elles plantèrent leurs crocs dans celui qui s’était caché, 

et le déchirèrent lambeau par lambeau ; 

puis emportèrent ces membres douloureux.•129 

Alors mon guide me prit par la main 

et me conduisit au buisson qui pleurait 

par ses cassures qui saignaient en vain.•132 

« Ô Iacopo da Santo Andrea », disait-il, 

« que t’a servi de faire de moi un abri ? 

Quelle faute me vient de ta vie infâme?».•135 

Quand le maître fut arrêté près de lui, 

il dit : « Qui étais-tu, qui par tant de plaies 

souffle avec ton sang un douloureux discours?»•138 

Et lui à nous : « Ô âmes qui venez 

pour voir cette honteuse mauvaise manière  

qui m’a dépouillé de mes feuilles,•141 

recueillez-les au pied du misérable buisson. 

Je fus de la cité qui pour Baptiste 

a chassé son premier patron ; et pour cela,•144 

par son art, il la fera toujours misérable ; 

et si ne se voyaient encore, 

au passage de l’Arno, quelques traces de lui,•147 

les citoyens qui ensuite la refondèrent 

sur les cendres que laissa Attila, 

auraient travaillé en vain. 

Moi je fis de ma maison un gibet.»•151

Notes