Aristote – Aristotele

Aristote – Aristotele
  • Index
  • L’Enfer, Chant IV, v. 131
  • Illustration: Buste d’Aristote. Marbre, copie romaine d’un original grec en bronze de Lysippse (vers 330 av. J.-C.). Ancienne collection Ludovisi – Domaine public

Le «maître» (“Il maestro”) est Aristote. Il est né vers 384 à Stagíra, une ville de Macédoine, et pour cette raison est parfois nommé le “stagirite“. En 367, il vient à Athènes pour poursuivre ses études, et devient l’élève de Platon. qui l’appelle “l’intelligence de l’école” c’est-à-dire de l’Académie. Il y restera vingt ans et Platon l’autorisera finalement à enseigner la réthorique.

À la mort de Platon, vers 348, il quitte Athènes et retourne en Macédoine. Philippe II de Macédoine lui demande de devenir le précepteur du prince héritier Alexandre (futur Alexandre le Grand) qui a alors treize ans. Il ne sera son précepteur que deux ans, Alexandre devenant régent à 15 ans, mais il restera encore cinq ans à la cour.

Après sept années, il retourne à Athènes et fonde vers 335 av. J.-C. une école le «Lycée». Elle est située sur un lieu de promenade (peritatos en grec), où le maître aime à se promener avec ses élèves d’où le nom d’École péripatéticienne que l’on utilise pour désigner l’aristotélisme. Il présidera cette école pendant treize et c’est pendant cette période qu’il composera la majeure partie de son œuvre. 

À la mort d’Alexandre, il doit quitter Athènes menacé par le parti anti-macédonien de Démosthène et pour éviter d’être accusé d’impiété. Il se retire à Chalcis -la ville de sa mère— dans l’île d’Eubée, où il meurt vers 322 av. J.-C. à l’âge de 62 ans. 

Aristote était considéré au Moyen Âge comme LE philosophe par excellence, et c’est peu dire qu’il exerça une profonde influence sur Dante. Dans son Dictionnaire, Paget Toynbee ne relève pas moins de 150 citations directes dans son œuvre: «À l’exception de la Bible, Aristote est cité plus souvent que n’importe quel auteur».

Dans La Divine Comédie, il est cité nommément une fois au Chant III du Purgatoire (v. 43), il y est fait référence comme «maestro di color chi sanno» (“Le maître de ceux qui savent”) au Chant IV de l’Enfer (v. 131), et c’est probablement à lui que fait allusion Charles Martel au Chant VIII du Paradis lorsqu’il parle d’«il maestro vostro» (v. 120), ainsi que Stace au Chant XVV du Purgatoire lorsqu’il évoque celui qui est «più savio di te» (“plus savant que toi” – v. 63).

Dernière trace de l’enseignement d’Aristote et non des moindres, l’organisation de l’Enfer détaillée par Virgile au Chant XI repose sur l’Éthique (à Nicomaque) aristotélicienne: 

  • Non ti rimembra di quelle parole
  • con le quai la tua Etica pertratta
  • le tre disposizion che ’l ciel non vole,
  • incontenenza, malizia e la matta
  • bestialitade? e come incontenenza
  • men Dio offende e men biasimo accatta?
  • (Ne te souviens-tu pas de ces paroles / par lesquelles ton Éthique traite pleinement / les trois dispositions dont le ciel ne veut pas, / incontinence, malice et la folle / bestialité ? et comme l’incontinence / offense moins Dieu et recueille moins de blâme?) v. 79-84.
  • Sources: Dante Dictionnary, Paget Toynbee, Oxford, 1848; Treccani Online; Wikipedia