Chiron – Chirone

Chiron – Chirone

Chiron, fils de Saturne (Cronos chez les Grecs) et de l’Océanide1 Philyra. De ce fait, il appartient à la même génération que Zeux et les dieux olympiens; d’ailleurs il est né immortel.

Son apparence est due aux circonstances de sa conception: Saturne tombé amoureux de Philyra et craignant la jalousie de son épouse Rhéa se changea en cheval. Philyra accoucha de Chiron, un être mi cheval mi homme. Pour cacher sa honte et sa douleur, elle supplia Zeus de la métamorphoser. Il accepta et la transforma en tilleul.

Chiron vécut dans une grotte sur le mont Pélion en Thessalie. Il était considéré comme un sage et un savant. Il enseigna à de nombreux rois et héros, comme Esculape, Hercule, Jason, Achille… Un savoir que ses disciples sauront à leur tour utiliser et transmettre. Dans l’Iliade, Eurypyle blessé demande à Patrocle de soigner sa blessure:

pour retirer la flèche, entaille-moi la cuisse, puis lave le sang noir avec de l’eau tiède, et répands par-dessus des baumes salutaires; ils te furent, dit-on, enseignés par Achille qui les tiens de Chiron, le meilleur des centaures.2

Ovide dans ses Métamorphoses raconte la mort à venir de Chiron l’immortel: Phœbus apporte dans «la grotte de Chiron le Double» l’enfant qu’il vient de sauver du sein de Coronis mourante. Un peu de temps de passe et arrive la fille de Chiron, Ocyrhoé qui «chante les secrets des destins». Alors, nous dit Ovide, elle voit l’enfant —qui est Esculape— et prédit:

Toi aussi, père chéri, maintenant immortel, engendré

selon la loi pour demeurer dans tous les âges,

tu voudras mourir quand tu seras torturé par le sang

d’un sinistre serpent reçu dans ton corps blessé.

D’éternel que tu es, les divinités te feront connaître la mort,

la déesse triple dénouera les fils de ta vie.3

La prédiction s’accomplira. Chiron sera blessé lors de la bataille qui opposa Héraclès (ou Hercule) aux Centaures. Il était du côté du héros, mais ce dernier devait le blesser accidentellement d’une flèche. Chiron appliqua alors un de ses propres onguents sur la plaie, mais celle-ci était inguérissable, Héraclès ayant trempé les pointes de ses flèches dans le sang de l’Hydre de Lerne. La douleur étant intolérable, Chiron demanda aux Dieux de pouvoir mourir. Ceux-ci accédèrent à sa demande après qu’il eut légué son immortalité à Prométhée. 

Dans La Divine Comédie Dante conserve à Chiron son caractère de sage. Il le présente comme réfléchi: «ch’al petto si mira» (“celui qui se regarde la poitrine” – v. 70). Il le présente également comme ayant une autorité sur les autres centaures, puisque c’est lui qui organise l’escorte des deux poètes dans le Cercle des violents. 

  • Sources: Dante Dictionnary, Paget Toynbee, Oxford, 1848; Treccani Online; Wikipedia