L’Enfer – Chant III

Karnak, la grande porte du Nord – Photo – Félix Teynard, 1851-1852 – Donation à Wikimedia Commons par le Metropolitan Museum of Art

La Porte de l’Enfer • Les esprits lâches ou neutres • Charon, le nocher • Le passage de l’Achéron • Tremblement de terre • Dante s’évanouit.

« Par moi1l’on va dans la cité dolente,

par moi l’on va dans l’éternelle douleur,

par moi2 l’on va parmi le peuple perdu.•3 

Justice a poussé mon suprême créateur3 ;

la divine puissance, la suprême sagesse 

et le premier amour me firent4.•6 

Avant moi rien ne fut créé  

qui ne soit éternel, et moi éternellement je dure. 

Vous qui entrez, laissez toute espérance.»•9 

Ces paroles de couleur sombre, 

je les vis écrites au-dessus d’une porte ; 

aussi je dis : « Maître, leur sens m’est dur.»•12 

Et lui à moi, comme personne avisée : 

« Ici il convient d’abandonner toute crainte ; 

la moindre lâcheté5 ici doit être morte.•15 

Nous sommes venus au lieu que je t’ai dit, 

où tu verras les gens dans la douleur 

qui ont perdu le bien d’entendement.6»1

Et prenant ma main, 

le visage joyeux, ce qui me conforta, 

il me fit entrer dans les choses secrètes7.•21 

Là soupirs, plaintes et hurlements de douleurs 

retentissaient dans l’air sans étoile, 

ce qui me fit pleurer pour commencer.•24 

Langues diverses, accents horribles, 

paroles de douleur, accents de colère, 

voix fortes et faibles, et mains qui claquent•27 

faisaient un tumulte, qui toujours

tournoyait dans cet air éternellement obscur, 

comme le sable quand souffle un tourbillon.•30 

Et moi, qui avait la tête toute baignée de doutes8

je dis : « Maître, qu’est-ce que j’entends ? 

Qui sont ces gens accablés de douleur?».•33 

Et lui à moi : « Ce triste comportement 

est celui des âmes misérables de ceux 

qui vécurent sans infamie et sans louange9.•36 

Elles sont mêlées au chœur infâme 

des anges qui ne furent ni rebelles 

ni fidèles à Dieu, mais pour eux seuls10.•39 

Les cieux les chassent pour ne pas s’enlaidir 

et le profond enfer ne les reçoit pas, 

car les damnés en tireraient quelque gloire.»•42 

Et moi : « Maître, quel poids est si lourd 

qu’ils se lamentent si fort ? » 

Il répondit : « Je vais te le dire très brièvement.•45 

Ceux-ci n’ont pas l’espoir de mourir, 

et leur aveugle vie est si basse, 

qu’ils envient tout autre sort.•48 

Le monde les laisse sans renommée ; 

miséricorde et justice les dédaignent : 

ne parlons pas d’eux, mais regarde et passe.»•51 

Et moi, qui regardait, je vis une enseigne 

qui en tournant courait si vite, 

qu’elle me semblait indigne du moindre repos11;•54 

et derrière elle venait une si longue file 

de gens, que je n’aurais pas cru 

que la mort en eût tant défait.•57 

Après que j’en eus reconnu quelques uns, 

je vis et reconnu l’ombre de celui 

qui par lâcheté fit le grand refus12.•60 

Aussitôt je compris et fus certain 

que ceci était la secte des lâches, 

qui déplaisent à Dieu et à ses ennemis.•63 

Ces minables, qui ne furent jamais vivants, 

étaient nus et attaqués sans cesse 

par des mouches et des guêpes.•66 

Elles baignaient leur visage de sang, 

qui, mêlé de larmes, tombait à leurs pieds 

où une répugnante vermine le recueillait.•69 

Et puis comme je regardais au-delà, 

je vis des gens sur la rive d’un grand fleuve13

alors je dis : « Maître, permets-moi•72 

de savoir qui sont ceux-là, et quel coutume 

les fait tant se hâter de traverser, 

comme je le discerne avec cette faible lumière.»•75 

Et lui à moi : « Les choses te seront évidentes, 

quand nous arrêterons nos pas 

à l’Achéron fleuve de douleur.14»•78 

Alors, les yeux honteux et baissés, 

craignant que mon propos ne lui soit importun, 

je me retins de parler jusqu’au fleuve.•81 

Et voici venir vers nous dans une barque, 

un vieillard, blanc de ses poils vieillis15

criant : « Malheur à vous, âmes scélérates!•84 

n’espérez plus jamais voir le ciel ; 

je viens pour vous mener à l’autre rive, 

dans les ténèbres éternelles, dans le feu et la glace.•87 

Et toi qui est ici, âme vivante16

sépare-toi de ceux-ci qui sont morts. » 

Mais voyant que je ne m’en allais pas,•90 

il dit : « Par d’autres chemins, par d’autres ports, 

tu viendras sur la plage, non ici, pour passer : 

une barque plus légère te portera.17•93 

Et le guide à lui : « Charon, ne t’irrite pas : 

on le veut ainsi là où se peut 

ce qui se veut, et ne demande pas plus18•96 

Alors se turent les mâchoires laineuses 

du nocher du marais livide, 

qui autour des yeux avait des cercles de flammes19.•99 

Mais ces âmes, qui étaient prostrées et nues20

pâlirent et claquèrent des dents, 

dès qu’elles entendirent les âpres paroles.•102 

Elles blasphémèrent Dieu et leurs parents, 

l’espèce humaine, le lieu, le temps, l’origine 

de leurs ancêtres et de leur naissance.•105 

Puis elles se rassemblèrent toutes ensemble, 

pleurant fort, sur la rive mauvaise 

qui attend chaque homme qui ne craint pas Dieu.•108 

Charon le démon, aux yeux de braise 

leur fait signe, les rassemble toutes ; 

frappant de sa rame celles qui s’assoient.•111 

Comme en automne les feuilles tombent 

l’une après l’autre, jusqu’à ce que le rameau 

ait vu à terre toutes ses dépouilles,•114 

de même la mauvaise semence d’Adam21 

se jette de ce rivage une à une, 

à son signe comme l’oiseau au cri.•117 

Ainsi elles disparaissent sur l’eau sombre, 

et avant qu’elles soient descendues là-bas, 

ici une nouvelle troupe encore s’assemble.•120 

« Mon fils », dit le maître courtois, 

« ceux qui meurent dans la colère de Dieu 

se rassemblent ici venant de tous pays ;•123 

et ils sont pressés de passer le fleuve, 

car la justice divine les éperonne, 

tant que la peur se change en désir.•126 

Par ici jamais ne passe jamais une âme bonne ; 

et donc, si Charon se plaint de toi, 

tu comprends maintenant ce que signifie ses paroles.»•129 

Quand il eut fini, la sombre campagne 

trembla si fort, que d’épouvante 

le souvenir me baigne encore de sueur.•132 

La terre trempée de larmes donna un vent 

d’où surgit une lumière vermeille, 

qui vainquit tous mes esprits ; 

et je tombai comme l’homme pris de sommeil22.•136

La porta dell’Inferno • I pusillanimi • Colui che fece «il gran rifiuto» • Caronte e il passo dell’Acheronte • Terremoto e tuono • Dante sviene.

« Per me si va ne la città dolente, 

per me si va ne l’etterno dolore, 

per me si va tra la perduta gente.•3

Giustizia mosse il mio alto fattore ; 

fecemi la divina podestate, 

la somma sapïenza e ’l primo amore.•6 

Dinanzi a me non fuor cose create 

se non etterne, e io etterno duro. 

Lasciate ogne speranza, voi ch’intrate.»•9

Queste parole di colore oscuro 

vid’ ïo scritte al sommo d’una porta ; 

per ch’io : « Maestro, il senso lor m’è duro».•12 

Ed elli a me, come persona accorta : 

« Qui si convien lasciare ogne sospetto ; 

ogne viltà convien che qui sia morta.•15 

Noi siam venuti al loco ov’ i’ t’ho detto 

che tu vedrai le genti dolorose 

c’hanno perduto il ben de l’intelletto».•18 

E poi che la sua mano a la mia puose 

con lieto volto, ond’ io mi confortai, 

mi mise dentro a le segrete cose.•21 

Quivi sospiri, pianti e alti guai 

risonavan per l’aere sanza stelle, 

per ch’io al cominciar ne lagrimai.•24 

Diverse lingue, orribili favelle, 

parole di dolore, accenti d’ira, 

voci alte e fioche, e suon di man con elle•27 

facevano un tumulto, il qual s’aggira 

sempre in quell’ aura sanza tempo tinta, 

come la rena quando turbo spira.•30 

E io ch’avea d’error la testa cinta, 

dissi : « Maestro, che è quel ch’i’ odo ? 

e che gent’ è che par nel duol sì vinta?».•33 

Ed elli a me : « Questo misero modo 

tegnon l’anime triste di coloro 

che visser sanza ’nfamia e sanza lodo.•36 

Mischiate sono a quel cattivo coro 

de li angeli che non furon ribelli 

né fur fedeli a Dio, ma per sé fuoro.•39 

Caccianli i ciel per non esser men belli, 

né lo profondo inferno li riceve, 

ch’alcuna gloria i rei avrebber d’elli».•42 

E io : « Maestro, che è tanto greve 

a lor che lamentar li fa sì forte ? » 

Rispuose : « Dicerolti molto breve.•45 

Questi non hanno speranza di morte, 

e la lor cieca vita è tanto bassa, 

che ’nvidïosi son d’ogne altra sorte.•48 

Fama di loro il mondo esser non lassa ; 

misericordia e giustizia li sdegna : 

non ragioniam di lor, ma guarda e passa».•51 

E io, che riguardai, vidi una ’nsegna 

che girando correva tanto ratta, 

che d’ogne posa mi parea indegna;•54 

e dietro le venìa sì lunga tratta 

di gente, ch’i’ non averei creduto 

che morte tanta n’avesse disfatta.•57 

Poscia ch’io v’ebbi alcun riconosciuto, 

vidi e conobbi l’ombra di colui 

che fece per viltade il gran rifiuto.•60 

Incontanente intesi e certo fui 

che questa era la setta d’i cattivi, 

a Dio spiacenti e a’ nemici sui.•63 

Questi sciaurati, che mai non fur vivi, 

erano ignudi e stimolati molto 

da mosconi e da vespe ch’eran ivi.•66 

Elle rigavan lor di sangue il volto,

che, mischiato di lagrime, a’ lor piedi 

da fastidiosi vermi era ricolto.•69 

E poi ch’a riguardar oltre mi diedi, 

vidi genti a la riva d’un gran fiume ; 

per ch’io dissi : « Maestro, or mi concedi•72 

ch’i’ sappia quali sono, e qual costume 

le fa di trapassar parer sì pronte, 

com’ i’ discerno per lo fioco lume».•75 

Ed elli a me : « Le cose ti fier conte 

quando noi fermerem li nostri passi 

su la trista riviera d’Acheronte».•78 

Allor con li occhi vergognosi e bassi, 

temendo no ’l mio dir li fosse grave, 

infino al fiume del parlar mi trassi.•81 

Ed ecco verso noi venir per nave 

un vecchio, bianco per antico pelo, 

gridando : « Guai a voi, anime prave!•84 

Non isperate mai veder lo cielo : 

i’ vegno per menarvi a l’altra riva 

ne le tenebre etterne, in caldo e ’n gelo.•87 

E tu che se’ costì, anima viva, 

pàrtiti da cotesti che son morti ». 

Ma poi che vide ch’io non mi partiva,•90 

disse : « Per altra via, per altri porti 

verrai a piaggia, non qui, per passare : 

più lieve legno convien che ti porti».•93 

E ’l duca lui : «Caron, non ti crucciare : 

vuolsi così colà dove si puote 

ciò che si vuole, e più non dimandare».•96 

Quinci fuor quete le lanose gote 

al nocchier de la livida palude, 

che ’ntorno a li occhi avea di fiamme rote.•99 

Ma quell’ anime, ch’eran lasse e nude, 

cangiar colore e dibattero i denti, 

ratto che ’nteser le parole crude.•102

Bestemmiavano Dio e lor parenti, 

l’umana spezie e ’l loco e ’l tempo e ’l seme 

di lor semenza e di lor nascimenti.•105 

Poi si ritrasser tutte quante insieme, 

forte piangendo, a la riva malvagia 

ch’attende ciascun uom che Dio non teme.•108 

Caron dimonio, con occhi di bragia 

loro accennando, tutte le raccoglie ; 

batte col remo qualunque s’adagia.•111 

Come d’autunno si levan le foglie 

l’una appresso de l’altra, fin che ’l ramo 

vede a la terra tutte le sue spoglie,•114 

similemente il mal seme d’Adamo 

gittansi di quel lito ad una ad una, 

per cenni come augel per suo richiamo.•117 

Così sen vanno su per l’onda bruna, 

e avanti che sien di là discese, 

anche di qua nuova schiera s’auna.•120 

« Figliuol mio », disse ’l maestro cortese, 

« quelli che muoion ne l’ira di Dio 

tutti convegnon qui d’ogne paese;•123 

e pronti sono a trapassar lo rio, 

ché la divina giustizia li sprona, 

sì che la tema si volve in disio.•126 

Quinci non passa mai anima buona ; 

e però, se Caron di te si lagna, 

ben puoi sapere omai che ’l suo dir suona».•129 

Finito questo, la buia campagna 

tremò sì forte, che de lo spavento 

la mente di sudore ancor mi bagna.•132 

La terra lagrimosa diede vento, 

che balenò una luce vermiglia 

la qual mi vinse ciascun sentimento ; 

e caddi come l’uom cui sonno piglia.•136

  1. « Per me” signifie littéralement « à travers moi” – L’idée de la porte d’entrée est reprise de l’Énéide: «La porte du noir Pluton est ouverte nuit et jour» (Livre VI, V.137)
  2. L’anaphore « par moi » renforce la dramatisation, par sa progression: ville, éternité, damnés
  3. Dieu
  4. Puissance, sagesse et amour, sont les attributs des trois personnages de la Sainte Trinité
  5. Le sens exact de « viltà” serait plutôt « pusillanimité”
  6. C’est-à-dire de la vérité, de Dieu, bien suprême de l’intelligence humaine
  7. Dante va aller dans l’au-delà, au royaume des morts; théoriquement, personne n’en revient jamais.
  8. « error » pour doutes, mais il y a désaccord. Certains lisent sur les manuscrits « orror« , qui se traduirait alors par « horreurs », ce qui peut sembler plus logique
  9. Les «âmes misérables» qui peuplent le vestibule de l’Enfer sont celles des pusillanimes, des neutres, de ceux qui refusèrent de s’engager. Ces esprits tièdes ne peuvent donc être accueillis ni dans l’Enfer proprement dit, ni au Purgatoire et encore moins au Paradis.
  10. Dante reprend ici une tradition populaire, dont l’origine vient peut-être de ce passage de l’Apocalypse à propos de l’Ange de l’Église de Laodicée: «Je connais ta conduite: tu n’es ni froid ni chaud (…) ainsi puisque te voilà tiède, ni chaud, ni froid, je vais te vomir de ma bouche.» (3, 14-16)
  11. C’est la loi du contrappasso: ceux qui n’ont suivi aucun drapeau lors de leur vie sur Terre sont condamnés ici à suivre sans repos une bannière
  12. Les plus anciens commentateurs de La Divine Comédie, dont son fils Pietro, reconnaissaient sans hésitation le pape Célestin V derrière cette formule – voir ici pour Célestin V
  13. Il s’agit de l’Achéron qui marque la frontière avec l’Enfer
  14. Pour Achéron, voir ici
  15. Charon, le nocher de l’Enfer, voir ici
  16. L’expression « âme vivante” eut s’entendre dans le sens littéral mais aussi comme: « toi qui est une âme encore vivante spirituellement”
  17. L’âme de Dante à sa mort ne passera pas par l’Achéron, mais par une autre voie. Elle n’est donc pas destinée à l’Enfer
  18. Virgile explique à Charon qu’ils sont là et souhaitent traverser parce que le Ciel (Dieu) le veut
  19. Ces cercles traduisent la colère qui anime Charon
  20. Tous les damnés sont nus
  21. Expression tirée des Saintes Écritures où l’on emploie couramment « fils d’Adam » pour parler des hommes
  22. Dante ne décrit pas son passage de l’Achéron: le tremblement de terre et l’éclair lui font perdre connaissance. Ces phénomènes montrent l’intervention divine qui permet son passage