Chant XVIII

Huitième Cercle • Fraudeurs • Première bolge • Séducteurs et Ruffians • Fouettés par des démons • Veneto Caccianemico • Jason. 
Deuxième bolge • Flatteurs • Plongés dans un fleuve de merde • Alessio Interminei • Thaïs.

Il est en enfer un lieu appelé Malebolge, 

fait de pierres de couleur fer, 

comme le cercle qui l’entoure.•3 

En plein milieu de la plaine mauvaise, 

s’ouvre béant un puits très large et profond, 

dont en son lieu je dirai l’ordonnancement.•6 

Entre le puits et le pied de la dure et haute falaise, 

l’enceinte qui reste est ronde, 

et son fond est divisé en dix vallées.•9 

Pour défendre les murailles 

tant et tant de fossés entourent les châteaux, 

et donnent à ces places-fortes une figure,•12 

semblable à l’image formée ici par ces vallées ; 

et comme dans les forteresses, des ponts vont 

du seuil au fossé extérieur,•15 

ainsi du pied du précipice partent 

des rochers qui traversent les digues et les fossés 

jusqu’au puit qui les arrête et les rassemble.•18 

C’est en ce lieu que, Géryon nous ayant secoués 

de son échine, nous nous retrouvâmes ; le poète 

prit à gauche, et moi derrière lui je le suivis.•21 

À ma droite, je vis un nouveau spectacle pitoyable, 

un nouveau tourment et de nouveaux persécuteurs, 

dont la première bolge était pleine.•24 

Au fond les pécheurs étaient nus : 

du milieu jusqu’à nous, ils venaient de face, 

au-delà ils allaient avec nous, mais à plus grands pas,•27 

comme les Romains, en raison de la foule, 

l’année du Jubilé, avaient mis au point

la manière de passer le pont,•30 

de sorte que d’un côté tous les gens aient le front 

vers le château et aillent à Saint-Pierre, 

et de l’autre côté aillent vers le mont.•33 

Ici et là, sur le rocher brunâtre, 

je vis des démons cornus avec de grands fouets, 

qui les frappaient cruellement par derrière.•36 

Ah comme ils les faisaient se lever les talons 

dès les premiers coups ! Aucun 

n’attendait les seconds ni les troisièmes.•39 

Pendant que j’allais, mon regard affronta 

celui de l’un d’eux ; aussitôt je dis : 

« Celui-ci je l’ai déjà vu.»•42 

Je m’arrêtai pour le dévisager ; 

et mon doux maître s’arrêta avec moi, 

et consentit à ce que je retourne un peu en arrière.•45 

Et ce flagellé crut se cacher 

en baissant le visage ; mais cela lui servit peu, 

car je dis : « O toi qui jette les yeux à terre,•48 

si tes traits ne mentent pas, 

tu es Venedico Caccianemico. 

Mais qu’est-ce qui te mène à de si cuisantes sauces?».•51 

Et lui à moi : « Je le dis mal volontiers ; 

mais m’y force ton parler clair, 

qui me fait souvenir du monde ancien.•54 

Je fus celui qui conduisit Ghisolabella 

à faire la volonté du marquis, 

quelque soit le récit de cette honteuse histoire.•57 

Et je ne suis pas seul à pleurer Bologne ; 

ce lieu en est si plein, 

qu’ils sont moins nombreux à apprendre•60 

à dire “sipa” entre la Savène et le Reno ; 

et si de cela tu veux foi ou témoignage, 

rappelle-toi notre cœur avare.»•63 

Comme il parlait, un démon le frappa 

de son fouet, et dit : « Ouste, 

ruffian ! Il n’y a pas ici de femmes à tromper.»•66 

Je rejoignis mon escorte ; 

en quelques pas, nous parvînmes 

là où un rocher sortait de la rive.•69 

Nous y montâmes facilement ; 

et tournant à droite sur cette roche, 

de ces cercles éternels nous sortîmes.•72 

Quand nous fûmes à l’endroit où il se creuse 

par dessous, pour donner passage aux flagellés, 

le maître dit : « Arrête-toi, et fais que sur toi•75 

se portent les regards de ces autres mal nés, 

dont tu n’as pas encore vu la face 

parce qu’ils allaient avec nous.»•78 

Du vieux pont nous regardions la file 

qui venait vers nous de l’autre côté, 

et que le fouet pareillement chassait.•81 

Et le bon maître, sans question de ma part, 

me dit : « Regarde ce grand qui vient, 

à qui la douleur n’arrache pas une larme:•84 

quel royal aspect il conserve encore ! 

C’est Jason, qui par son courage et son intelligence, 

priva les Colchidiens de la Toison.•87 

Il passa par l’île de Lemnos, 

après que les femmes hardies et impitoyables 

y aient mis à mort tous les hommes.•90 

Là par des démonstrations d’amour et des paroles flatteuses 

il trompa Hypsipyle, la jeune fille 

qui avait la première trompé toutes les autres.•93 

Il l’abandonna là, enceinte, toute seule ; 

un tel crime le condamne à un tel supplice ; 

et aussi s’accomplit la vengeance de Médée.•96 

Avec lui vont ceux trompent de cette façon ; 

et tu en sais assez pour la première vallée 

et ceux qui y sont tourmentés.»•99 

Déjà nous étions là où l’étroit sentier 

avec la deuxième digue se croisent, 

sur laquelle une autre arche s’appuie.•102 

Là nous entendîmes des gens qui geignent 

dans l’autre bolge soufflant par les nasaux, 

et se frappent de leurs mains.•105 

Les rives étaient incrustées de pourriture, 

car les émanations d’en bas s’y encroûtent, 

insupportables à la vue et à l’odeur.•108 

Le fond est si profond, qu’on ne peut le voir 

de nulle part à moins de monter sur l’échine 

de l’arc, là où le rocher est le plus élevé.•111 

Nous vînmes là ; et de là dans la fosse en bas

je vis des gens plongés dans une fiente 

qui semblait tirée de latrines d’humains.•114 

Et pendant que de l’oeil je scrutais le fond, 

j’en vis un à la tête si chargée de merde, 

qu’on ne pouvait reconnaître s’il était laïc ou clerc.•117 

Il me cria : « Pourquoi te régales tu 

à me regarder plus que les autres infects ? ».

Et moi à lui : « Parce que, si je me souviens bien,•120 

je t’ai déjà vu avec des cheveux secs, 

et tu es Alessio Interminei de Lucques ; 

pour cela je te regarde plus que tous les autres.•123 

Et lui alors, se cognant le crâne : 

« Ici bas m’ont plongé les flatteries 

dont ma langue ne fut jamais fatiguée.»•126 

Après cela, le maître : « Essaie de porter », 

me dit-il, « ta vue un peu plus avant, 

de sorte que tes yeux discernent bien la figure•129 

de cette fille sale et échevelée, 

qui là se gratte de ses ongles merdeux 

et tantôt s’accroupit et tantôt se dresse.•132 

C’est Thaïs, la putain, qui répondit 

à son amant quand il lui demandait “Suis-je 

en grande faveur auprès de toi ?” : “Non, en faveur extraordinaire !” 

Et que de cela notre vue soit rassasiée.»•136

[Dessin: Sandro Botticelli]

Notes