Chant XXVI

Ce Chant commence par une terrible imprécation de Dante à l’encontre de sa ville natale – « Réjouis-toi, Florence, (…) qu’en Enfer ton nom se répande » – et s’achève par le récit poignant du naufrage d’Ulysse et des compagnons en pleine mer.
1 – Réjouis-toi, Florence, puisque tu es si grande
que sur terre et sur mer, battent tes ailes,
et qu’en Enfer ton nom se répand !

2 – Parmi les voleurs je trouvai cinq de tes citoyens
de bonne lignée ce qui me fait honte,
et toi ce grand honneur ne t’élève pas.

3 – Mais si à l’approche du matin le songe devient réel,
tu ressentiras, d’ici peu,
ce que Prato, sans parler des autres, te souhaite.

4 – Et si déjà cela était, tu ne l’auras pas anticipé.
Que cela soit, puisque cela doit être !
plus je vieillirai, plus cela me pèsera.

5 – Nous partîmes, et sur ces marches
qui nous avaient rendu couleur ivoire à les descendre,
mon maître remonta me tirant après lui ;

6 – et poursuivirent la route solitaire,
à travers les rochers et les pierres du pont,
le pied sans la main ne pouvait se dépêtrer.

7 – Alors je souffris, et maintenant encore je souffre,
quand je repense à ce que je vis,
et je retiens mon esprit plus que d’habitude,

8 – pour qu’il ne coure pas sans que vertu le guide ;
afin que, si une bonne étoile ou la grâce divine
m’a donné un don, je ne me l’envie pas.

9 – Autant le paysan qui se repose sur la colline,
pendant que celui qui éclaire le monde
nous cache un peu sa face,

10 – alors la mouche cède la place au moustique,
voit des lucioles dans la vallée,
là où peut-être il vendange et laboure :

11 – d’autant de flammes resplendissait toute
la huitième bolge, comme je l’aperçus
quand je fus là où le fond paraît.

12 – Et comme celui qui se vengea avec les ours
vit le char d’Élie à son départ,
quand les chevaux se dressèrent vers le ciel,

13 – qu’il ne pouvait le suivre du regard,
et ne voir que la flamme seule,
qui comme une petite nuée, s’élevait :

14 – chacune se déplaçait ainsi vers la bouche
de la fosse, aucune ne montrait le vol,
et chaque flamme enveloppait un pécheur.

15 – Je me tenais sur le pont dressé pour voir,
et si je n’avais serré un rocher,
je serais tombé sans être touché.

16 – Et le guide, qui me vit si attentif,
dit : « Dans ces feux sont les esprits ;
chacun s’enveloppe de ce qui le brûle. »

17 – « Mon maître », lui répondis-je, « à t’entendre
j’en suis plus certain ; mais déjà je m’étais aperçu
qu’il en était ainsi, et je voulais te dire :

18 – qui est dans ce feu qui vient si divisé
à son sommet, qu’il semble s’élever du bûcher
où fut mis Étéocle avec son frère ? »

19 – Il me répondit : « Là dedans se tourmentent
Ulysse et Diomède, et ensemble
ils vont au châtiment comme ils allaient à la colère ;

20 – et dans leur flamme ils gémissent
sur le piège du cheval qui fut la porte
d’où sortit la noble semence des Romains.

21 – Ils y pleurent la ruse par laquelle, morte,
Déidamie se plaint encore d’Achille,
et ils endurent la peine du Palladium. »

22 – « S’ils peuvent au milieu de ces flammes
parler », dis-je, «  maître, je te prie
et te prie encore, et que ma prière en vaille mille,

23 – ne me refuse pas d’attendre ici
jusqu’à ce la flamme cornue vienne ;
vois de quel désir je m’incline vers elle ! »

24 – Et lui à moi : « Ta prière est digne
de beaucoup de louanges, et ainsi je l’accepte ;
mais fais que ta langue se retienne.

25 – Laisse-moi parler, j’ai compris
ce que tu veux ; ils pourraient dédaigner,
ayant été Grecs, ton discours. »

26 – Puis quand la flamme fut venue là
où il parut à mon guide que c’était le moment et le lieu,
je l’entendis parier de la sorte :

27 – « Oh vous qui êtes deux dans un feu,
si j’ai mérité de vous pendant que je vivais,
si j’ai mérité de vous beaucoup ou peu

28 – lorsque dans le monde j’écrivis mes hauts vers,
ne vous éloignez pas ; mais que l’un de vous dise
où, par lui, perdu il alla mourir. »

29 – La plus haute pointe de l’antique flamme
commença à murmurer en faseyant,
pareille à celle qu’agite le vent ;

30 – alors agitant sa pointe ça et là,
comme si ce fut la langue qui parlait,
elle lancer dehors une voix et dit : « Quand

31 – je quittai Circé, qui m’enleva
plus d’un an là près de Gaëte,
avant qu’Énée l’ait nommé ainsi,

32 – ni la douceur du fils, ni la piété
envers mon vieux père, ni le dû d’amour
qui aurait dû rendre Pénélope heureuse,

33 – ne purent vaincre en moi l’ardeur
que j’eu à devenir expert du monde
et des vices des hommes et de leurs vertus ;

34 – mais je me lançais sur la haute mer ouverte
seul avec un navire et cette petite compagnie
qui jamais ne m’abandonna.

35 – Je vis l’une et l’autre rive jusqu’à l’Espagne,
jusqu’au Maroc, et l’île des Sardes,
et les autres que baigne cette mer tout autour.

36 – Moi et mes compagnons étions vieux et épuisés,
quand nous arrivâmes à ce détroit étroit
où Hercule posa ses bornes,

37 – afin que l’homme n’aille pas plus avant ;
à main droite je laissai Séville,
de l’autre Ceuta m’avait déjà laissé.

38 – « Oh frères », dis-je, « qui par cent mille
périls êtes parvenus à l’Occident,
à qui si peu de veille

39 – de nos sens demeure
ne refusez pas l’expérience
en suivant le soleil, du monde sans habitants.

40 – Pensez à à votre origine ;
vous n’avez pas été faits pour vivre comme des brutes,
mais pour suivre la vertu et la connaissance. »

41 – J’excitais tant mes compagnons,
par ce bref discours, à poursuivre la route,
qu’à peine ensuite aurais-je pu les retenir ;

42 – et tournant notre poupe vers le levant,
des rames nous fîmes des ailes pour ce vol fou,
gagnant toujours du côté gauche.

43 – La nuit je voyais toutes les étoiles
de l’autre pôle, et le nôtre si bas,
qu’il ne s’élevait plus de la surface de la mer.

44 – Cinq fois s’était rallumée et autant de fois éteinte
la lumière sous la lune,
depuis que nous étions entré dans ce difficile voyage,

45 – quand nous apparut une montagne, brune
par la distance, et qui me parût plus élevée
qu’aucune autre que je n’ai jamais vue.

46 – Nous nous réjouîmes, et bientôt notre joie se changea en pleurs,
car de la terre incomparable naquit un tourbillon
et frappa le navire par son premier flanc.

47 – Trois fois il le fit tournoyer avec toutes les eaux ;
à la quatrième il dressa la poupe en haut
et enfonça la proue, comme il plut à un autre,

48 – jusqu’à ce que la mer se fût refermée sur nous. »

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.