Purgatoire – Chant XXX

Dessin : Gio Collucci, pour Vita Nova – Éd. Scripta Manent – 1927

Paradiso terrestre • Apparizione di Beatrice sul carro • Scomparsa di Virgilio • Gli angeli cantano parole di compassione • Parole d’accusa di Beatrice contro Dante.

Quando il settentrïon del primo cielo, 

che né occaso mai seppe né orto 

né d’altra nebbia che di colpa velo,•3 

e che faceva lì ciascuno accorto 

di suo dover, come ’l più basso face 

qual temon gira per venire a porto,•6 

fermo s’affisse : la gente verace, 

venuta prima tra ’l grifone ed esso, 

al carro volse sé come a sua pace;•9 

e un di loro, quasi da ciel messo, 

“Veni, sponsa, de Libano” cantando 

gridò tre volte, e tutti li altri appresso.•12 

Quali i beati al novissimo bando 

surgeran presti ognun di sua caverna, 

la revestita voce alleluiando,•15 

cotali in su la divina basterna 

si levar cento, ad vocem tanti senis, 

ministri e messaggier di vita etterna.•18 

Tutti dicean : “Benedictus qui venis !”, 

e fior gittando e di sopra e dintorno, 

“Manibus, oh, date lilïa plenis!”.•21 

Io vidi già nel cominciar del giorno 

la parte orïental tutta rosata, 

e l’altro ciel di bel sereno addorno;•24 

e la faccia del sol nascere ombrata, 

sì che per temperanza di vapori 

l’occhio la sostenea lunga fïata:•27 

così dentro una nuvola di fiori 

che da le mani angeliche saliva 

e ricadeva in giù dentro e di fori,•30 

sovra candido vel cinta d’uliva 

donna m’apparve, sotto verde manto 

vestita di color di fiamma viva.•33 

E lo spirito mio, che già cotanto 

tempo era stato ch’a la sua presenza 

non era di stupor, tremando, affranto,•36 

sanza de li occhi aver più conoscenza, 

per occulta virtù che da lei mosse, 

d’antico amor sentì la gran potenza.•39 

Tosto che ne la vista mi percosse 

l’alta virtù che già m’avea trafitto 

prima ch’io fuor di püerizia fosse,•42 

volsimi a la sinistra col respitto 

col quale il fantolin corre a la mamma 

quando ha paura o quando elli è afflitto,•45 

per dicere a Virgilio : “Men che dramma 

di sangue m’è rimaso che non tremi : 

conosco i segni de l’antica fiamma”.•48 

Ma Virgilio n’avea lasciati scemi 

di sé, Virgilio dolcissimo patre, 

Virgilio a cui per mia salute die’mi;•51 

né quantunque perdeo l’antica matre, 

valse a le guance nette di rugiada 

che, lagrimando, non tornasser atre.•54 

« Dante, perché Virgilio se ne vada, 

non pianger anco, non piangere ancora ; 

ché pianger ti conven per altra spada».•57 

Quasi ammiraglio che in poppa e in prora 

viene a veder la gente che ministra 

per li altri legni, e a ben far l’incora;•60 

in su la sponda del carro sinistra, 

quando mi volsi al suon del nome mio, 

che di necessità qui si registra,•63 

vidi la donna che pria m’appario 

velata sotto l’angelica festa, 

drizzar li occhi ver’ me di qua dal rio.•66 

Tutto che ’l vel che le scendea di testa, 

cerchiato de le fronde di Minerva, 

non la lasciasse parer manifesta,•69 

regalmente ne l’atto ancor proterva 

continüò come colui che dice 

e ’l più caldo parlar dietro reserva:•72 

« Guardaci ben ! Ben son, ben son Beatrice. 

Come degnasti d’accedere al monte ? 

non sapei tu che qui è l’uom felice?».•75 

Li occhi mi cadder giù nel chiaro fonte ; 

ma veggendomi in esso, i trassi a l’erba, 

tanta vergogna mi gravò la fronte.•78 

Così la madre al figlio par superba, 

com’ ella parve a me ; perché d’amaro 

sente il sapor de la pietade acerba.•81 

Ella si tacque ; e li angeli cantaro 

di sùbito “In te, Domine, speravi” ; 

ma oltre “pedes meos” non passaro.•84 

Sì come neve tra le vive travi 

per lo dosso d’Italia si congela, 

soffiata e stretta da li venti schiavi,•87 

poi, liquefatta, in sé stessa trapela, 

pur che la terra che perde ombra spiri, 

sì che par foco fonder la candela;•90 

così fui sanza lagrime e sospiri 

anzi ’l cantar di quei che notan sempre 

dietro a le note de li etterni giri;•93 

ma poi che ’ntesi ne le dolci tempre 

lor compatire a me, par che se detto 

avesser : “Donna, perché sì lo stempre?”,•96 

lo gel che m’era intorno al cor ristretto, 

spirito e acqua fessi, e con angoscia 

de la bocca e de li occhi uscì del petto.•99 

Ella, pur ferma in su la detta coscia 

del carro stando, a le sustanze pie 

volse le sue parole così poscia:•102 

« Voi vigilate ne l’etterno die, 

sì che notte né sonno a voi non fura 

passo che faccia il secol per sue vie;•105 

onde la mia risposta è con più cura 

che m’intenda colui che di là piagne, 

perché sia colpa e duol d’una misura.•108 

Non pur per ovra de le rote magne, 

che drizzan ciascun seme ad alcun fine 

secondo che le stelle son compagne,•111 

ma per larghezza di grazie divine, 

che sì alti vapori hanno a lor piova, 

che nostre viste là non van vicine,•114 

questi fu tal ne la sua vita nova 

virtüalmente, ch’ogne abito destro 

fatto averebbe in lui mirabil prova.•117 

Ma tanto più maligno e più silvestro 

si fa ’l terren col mal seme e non cólto, 

quant’ elli ha più di buon vigor terrestro.•120 

Alcun tempo il sostenni col mio volto : 

mostrando li occhi giovanetti a lui, 

meco il menava in dritta parte vòlto.•123 

Sì tosto come in su la soglia fui 

di mia seconda etade e mutai vita, 

questi si tolse a me, e diessi altrui.•126 

Quando di carne a spirto era salita, 

e bellezza e virtù cresciuta m’era, 

fu’ io a lui men cara e men gradita;•129 

e volse i passi suoi per via non vera, 

imagini di ben seguendo false, 

che nulla promession rendono intera.•132 

Né l’impetrare ispirazion mi valse, 

con le quali e in sogno e altrimenti 

lo rivocai : sì poco a lui ne calse!•135 

Tanto giù cadde, che tutti argomenti 

a la salute sua eran già corti, 

fuor che mostrarli le perdute genti.•138 

Per questo visitai l’uscio d’i morti, 

e a colui che l’ha qua sù condotto, 

li preghi miei, piangendo, furon porti.•141 

Alto fato di Dio sarebbe rotto, 

se Letè si passasse e tal vivanda 

fosse gustata sanza alcuno scotto 

di pentimento che lagrime spanda».•145 

Paradis terrestre • Apparition de Béatrice sur le char • Disparition de Virgile • Chant de compassion des anges • Reproches de Béatrice à l’encontre de Dante.

Quand le septentrion du premier ciel,

qui jamais se couche ou se lève1 

et n’a d’autre brume que le voile du péché,•3 

et qui faisait là chacun conscient 

de son devoir, comme celui2 qui plus bas guide 

le timonier pour entrer au port,•6 

s’immobilisa : les hommes de vérité3

qui marchaient entre lui et le griffon, 

se tournèrent vers le char comme vers leur paix4;•9 

et l’un d’eux, qui semblait un envoyé du ciel, 

chantant “Veni, sponsa, da Libano5 

cria trois fois, et tous les autres après lui.•12 

Comme les bienheureux, à l’appel du Jugement dernier, 

surgiront en hâte de leurs sépulcres, 

chantant alléluia de leurs voix retrouvées,•15 

ainsi se levèrent du divin carrosse

ad vocem tanti senis6

cent8.•18 

Ils disaient tous : “Benedictus qui venis !9

en lançant des fleurs en l’air et tout autour, 

Manibus, oh, date lilïa plenis!10.•21 

Je vis déjà au lever du jour 

l’orient entièrement teint de rose 

dans un ciel coloré de bel azur;•24 

et la face du soleil naître ombrée, 

si bien que les vapeurs l’atténuant 

l’œil pouvait en soutenir longtemps la vue:•27 

ainsi dans une nuée de fleurs 

qui s’échappait des mains des anges 

et retombait sur le char et tout autour,•30 

sous un voile pur le front ceint d’oliver11

une dame m’apparut vêtue des couleurs 

de la flamme vive12 , sous un manteau vert13.•33 

Et mon esprit, qui depuis si longtemps 

n’avait pas été par sa présence 

saisi de stupeur, tremblant, brisé,•36 

sans l’avoir encore reconnue de mes yeux, 

par la vertu cachée qui venait d’elle, 

sentit la grande force de l’ancien amour.14•39 

Aussitôt que frappa mon visage 

la haute vertu qui déjà m’avait transpercé 

avant que je sorte de l’âge puéril15,•42 

je me tournai sur ma gauche avec l’attente 

avec laquelle le petit enfant court vers sa maman 

quand il a peur ou quand il est chagrin,16•45 

pour dire à Virgile : “Moins d’une once 

de mon sang me reste qui ne tremble pas : 

je reconnais les traces du feu dont j’ai brûlé”.•48 

Mais Virgile nous avait laissé privé 

de sa compagnie, Virgile très doux père, 

Virgile à qui pour mon salut je m’étais abandonné;17•51 

tout ce que perdit l’antique mère18

n’empêcha pas mes joues lavées de larmes, 

de se rembrunir19, en pleurant.•54 

« Dante20, parce que Virgile s’en va 

ne pleure pas encore, ne pleure pas encore ; 

car il te faudra pleurer pour un autre coup21•57 

Comme un amiral qui de la poupe ou de la proue22 

vient observer les gens qui servent 

sur les autres navires, et les exhorte à bien faire;•60 

ainsi sur le bord gauche du char, 

quand je me tournai à l’appel de mon nom, 

que j’écris ici par nécessité,•63 

je vis la dame qui auparavant 

m’était apparue voilée sous l’angélique fête23

fixer les yeux sur moi par delà le ruisseau.•66 

Bien que le voile qui tombait de son front, 

ceint des rameaux de Minerve24

ne laissait pas voir ses expressions,•69 

royale dans son maintien altier 

elle poursuivit et, comme fait l’orateur, 

garda le plus brûlant pour la fin:•72 

« Regarde bien ! Je suis bien, je suis bien Béatrice25

Comment t’es-tu jugé digne d’accéder à ce mont ? 

ne sais-tu pas qu’ici est l’homme bienheureux26?».•75 

Mon regard défaillit vers le clair ruisseau ; 

mais en m’y voyant, je le tournai vers l’herbe, 

tant la honte27 me pesait sur le front.•78 

Comme au fils la mère paraît sévère,

telle elle me parut ; car la saveur 

de cet amour mordant est teintée d’amertume.•81 

Elle se tut ; et les anges chantèrent 

aussitôt “In te, Domine, speravi28

mais ne dépassèrent pas “pedes meos”.•84 

Comme la neige gèle sur l’échine 

de l’Italie entre les arbres vifs, 

soufflée et tassée par les vents schiavi29,•87 

puis, rendue liquide, coule en elle-même, 

lorsque souffle la terre où l’ombre se perd30

comme la chandelle fondue par la flamme;•90 

ainsi je fus sans larmes ni soupirs 

avant le chant de ceux31 qui suivent toujours 

la partition des cercles éternels;•93 

mais les entendant en leurs douces harmonies32 

avoir compassion pour moi, mieux que s’ils avaient dit : 

“Dame, pourquoi l’accable-tu ainsi?”,•96 

la glace qui serrait mon cœur, 

se fit soupir et eau, et avec angoisse 

sortit de ma poitrine par la bouche et les yeux.•99 

Elle, toujours debout et immobile 

sur le bord du char, s’adressa alors 

aux pieux élus33:•102 

« Vous qui veillez dans le jour éternel, 

si bien que ni nuit ni sommeil ne vous cachent 

un seul pas que fait le monde sur ses voies;•105 

aussi ma réponse et faite 

pour que m’entende celui qui pleure là-bas, 

et que sa douleur soit à la mesure de sa faute34.•108 

Non par l’action des grandes sphères, 

qui dirige chacun vers ses fins 

selon les étoiles qui l’accompagnent35,•111 

mais par largesses des grâces divines, 

qui pleuvent de si hautes nuées, 

que notre regard ne peut s’en approcher,•114 

celui-ci fut tel dans sa jeunesse36 

que, potentiellement, chaque talent heureux 

aurait produit en lui un effet admirable.•117 

Mais d’autant plus méchant et sauvage 

devient le terrain mal semé et non cultivé, 

quand il a plus de vigueur terrestre.•120 

Quelque temps37je le soutins de mon visage : 

en lui montrant mes jeunes yeux, 

je le menais avec moi sur la voie droite38.•123 

Mais sitôt que je fus arrivée au seuil 

de mon second âge et que je changeai de vie39,  

il se détourna de moi, et se donna à d’autres40.•126 

Quand je me fus élevé de chair à esprit, 

et qu’en moi croissaient beauté et vertu, 

je lui fus moins chère et moins agréable;•129 

et il tourna ses pas vers une voie erronée41

suivant des images fausses du bien, 

qui ne tiennent aucune promesse entièrement.•132 

J’obtins42 en vain de l’inspirer, 

et ainsi par des songes et autrement43 

de le rappeler ; peu lui importait!•135 

Il tomba si bas, que tous les moyens  

pour le sauver étaient déjà trop courts, 

sauf à lui montrer les damnés44.•138 

Pour cela je visitai l’entrée des morts45

pour porter, en pleurant, mes prières, 

à celui46 qui l’a conduit jusqu’ici.•141 

La volonté de Dieu serait rompue, 

si le Léthé était passé47 et si cet aliment 

était goûté sans qu’aucun écot 

de repentir ne fasse verser des pleurs.»•145 

  1. Le « septentrion » est constitué des sept candélabres; il forme la Grande Ourse et figure l’esprit de Dieu
  2. La constellation de la Petite Ourse
  3. Les 24 vieillards qui marchent devant le char et symbolisent les 24 livres de l’Ancien Testament
  4. L’Ancien Testament annonce le Nouveau, où les hommes trouveront la « paix »
  5. Détails ici
  6. “À la voix d’un si grand vieillard”; Dante forme une rime latine avec les vers 19 et 21
  7. “Cento” signifie « un grand nombre”7 ministres et messagers de la vie éternelle[notes]des anges
  8. “Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur”, paroles prononcées lors de l’entrée du Christ à Jérusalem – évangile selon Saint Jean, 12, 13
  9. « Donnez des lys à pleines mains”. Citation de l’Énéide de Virgile où Anchise, le père d’Éné prophétise la mort de son petit-fils Marcellus (Livre VI, 883)
  10. L’olivier, symbole de sagesse, est la plante sacrée de Minerve
  11. Béatrice est vêtue de rouge comme lors de sa première apparition décrite dans Vita Nuova: «Elle apparut vêtue d’une très noble couleur sang»
  12. Les trois couleurs —blanc, vert, rouge— représentent les trois vertus théologales: foi, espérance, charité
  13. Dante ne reconnaît pas Béatrice cachée sous son voile, mais retrouve la force de « l’ancien amour » qu’il retranscrit quasiment dans les mêmes termes que dans Vita Nuova (XIV, 4): «Il me parut ressentir un tremblement prodigieux commencer dans ma poitrine…»
  14. Lors de leur première rencontre Béatrice et Dante n’avaient que neuf ans, et étaient donc encore des enfants.
  15. Réflexe habituel de Dante: il se tourne vers son guide, Virgile, devenu pour lui au fil du temps quasiment une figure maternelle.
  16. Dante est durement affecté par la disparition de Virgile qui l’accompagnait depuis le début de son voyage. Il répète trois fois son nom dans cette terzina, comme s’il espérait ainsi le retenir.
  17. Éve
  18. Les joues de Dante retrouvent la couleur qu’elles avaient en sortant de l’Enfer
  19. C’est la seule fois dans toute la Divine Comédie où Dante est appelé par son nom. Béatrice le nomme parce qu’elle va dresser son acte d’accusation.
  20. Béatrice emploie le terme “spada”: un coup d’épée
  21. Les plus hautes parties du navire
  22. Le nuage formé par les fleurs que lancent les anges.
  23. Des rameaux d’olivier comme déjà indiqué
  24. voir ici
  25. Comme l’était Adam avant le péché originel
  26. d’être au Paradis terrestre alors qu’il n’en est pas digne
  27. Détails ici
  28. Littéralement “vents esclaves”, en fait des vents venant de la Schiavona (aujourd’hui Slovénie)
  29. La terre d’Afrique, car à midi, il n’y a pas d’ombre dans les régions proche de l’Équateur
  30. Les anges
  31. car « tempre” signifie « accords de son », harmonie
  32. Dans son Convivio, Dante évoque ces «substances [sustanze] séparées de la matière, c’est-à-dire des intelligences, que le vulgaire appelle Anges” (Livre II, IV, 2)
  33. Béatrice ne s’adresse pas aux anges mais directement à Dante; cela justifie qu’elle l’ait interpellé par son nom auparavant
  34. Allusion à l’influence des planètes et des étoiles sur les destinées humaines, doctrine alors reconnue par l’Église
  35. “Vita nova”, dans le texte original, directe allusion à l’œuvre de jeunesse —et donc à la jeunesse— de Dante
  36. Peu d’années se sont écoulées entre la rencontre entre Dante et Béatrice, vers 1274, et la mort de cette dernière en 1290
  37. Les yeux sont comme des étoiles qui guide Dante sur la “voie droite”, celle qu’il a perdue au Chant I de l’Enfer
  38. Béatrice est morte, à 24 ans, au “seuil” du deuxième âge de la vie, la « jeunesse”. Dante définit ces âges dans son Convivio (Livre IV, XXIV, 1-6)
  39. “D’autres dames”: allusion à la vie qu’a mené Dante après la mort de Béatrice. Dans Vita Nuova, Dante évoque «una gentile donna giovane e bella molto» [XXXV]
  40. Allusion évidente à la « via smarrita” du chant I de l’enfer
  41. de Dieu
  42. Dante raconte dans Vita Nuova l’un de ces songes; «Il me sembla voir la glorieuse Béatrice…»(XXXIX)
  43. traduction de “perduti genti” en référence au Chant III de l’Enfer (3) «per me si va tra la perduta gente»
  44. Béatrice est allée dans les Limbes, avant l’entrée proprement dite de l’Enfer
  45. Virgile
  46. Passer le Léthé, signifie oublier ses péchés, il faut donc se les faire pardonner avant