Alcméon – Almeone

Alcméon – Almeone

Alcméon était le fils d’Ériphyle et d’Amphiaraos. Ce dernier, un héros argien, était un célèbre devin, célébré comme tel dans l’Odyssée: «C’est Apollon qui fit de l’ardent Polyphide, parmi tous les mortels, le meilleur des devins, quand Amphiaros eut disparu du monde.»1

Alors que se préparait la «guerre des Sept» contre Thèbes, Amphiaraos vit, grâce à ses dons de de devin, que tous les chefs —à l’exception d’un, Adraste— qui participeraient à l’expédition contre la ville seraient tués. Il se cacha donc pour ne pas prendre part à cette expédition et échapper ainsi à ce sort funeste.

Las, Polynice2 qui cherche des alliés va soudoyer Ériphyle. Il lui offre le collier d’Harmonie à condition qu’elle révèle la cache de son époux. Celle-ci cède, mais le présent de Cadmos, roi de Thèbes, à son épouse Harmonie, est une «parure funeste» comme le dit Stace. Elle provoque chez tous ceux qui le possède des malheurs. Stace dans sa Thébaïde prédit les drames à venir:

L’épouse du devin Amphiaraos, condamnée à périr, l’avait aperçu (le collier d’Harmonie – Ndr); et, oubliant les autels des Dieux, oubliant le festin, elle couvait dans le secret de son coeur une sombre jalousie, un désir insatiable de posséder ce fatal ornement, et la prescience de son mari ne lui était d’aucun secours. Que de gémissements, que de désastres l’impie convoite! Elle en est bien digne, elle! mais son mari qu’elle trompe, mais ses fils, qu’ont-ils fait pour subir ses fureurs?3

Amphiaraos partit donc pour cette guerre dont il savait qu’il n’en reviendrait pas. Il devait donc mourir sous les murs de Thèbes précipité avec son char sous la terre par Zeus. Mais avant de mourir, il avait fait promettre à son fils Alcméon de le venger.

Celui-ci s’exécuta. Il participa à une seconde expédition contre Thèbes, dites des Épigones, dirigée par les sept fils des sept chefs de la première guerre. Cette fois le succès sera au rendez-vous et Thèbes tombera.

De retour, il tua sa mère Ériphyle, répondant ainsi à la requête de son père4. C’est cet épisode que rappelle Dante au Chant XII du Purgatoire:

come Almeon a sua madre fé caro

parer lo sventurato addornamento.

(“comment Alcméon fit payer / cher à sa mère le collier fatal.” v. 50-51)

et au Chant IV du Paradis:

come Almeone, che, di ciò pregato

dal padre suo, la propria madre spense,

per non perder pietà si fé spietato.»

(“Comme Alcméon, qui prié par / son père d’agir ainsi, tua sa propre mère, / et pour garder la piété envers lui se fit impie.” v. 103-105)

Mais avant de mourir celle-ci lança l’anathème contre son fils qui sera poursuivi par les Érinyes. Un épisode que résume ainsi Ovide:

l’enfant vengera son père sur sa mère

d’un même geste il sera aimant et criminel

foudroyé par les malheurs, privé de raison, de maison;5

Après son meurtre, Alcméon sera purifié par Phlégée qui lui accorda sa fille Arsinoé en mariage. Alcméon donna à celle qui était son épouse le collier d’Harmonie.

Mais Alcméon pris par sa folie continua d’errer jusqu’aux rives de l’Achéloüs. Il devait épouser Callirrohé, la fille de ce dieu-fleuve. Le couple aura deux enfants, Arcanan et Amphotéros.

Après quelque temps, Alcméon décide d’offrir à sa seconde épouse le collier et pour cela retourne à Psophis. Phlégée ayant appris la trahison d’Alcméon le fit alors tuer par ses deux fils. 

L’histoire ne s’arrête pas là. Devenue veuve, Arsinoé lance une malédiction contre les assassins de son époux, c’est-à-dire ses deux frères et son père Phlégée. Ce seront les deux enfants de Callirhoé, Arcanan et Amphotéros qui l’exécuteront en tuant Phlégée et ses deux fils. 

  • Sources: Dante Dictionnary, Paget Toynbee, Oxford, 1848; Wikipedia; Treccani Online