Silvius (Silvio)

Silvius (Silvio)

Dans La Divine Comédie, Dante suit Virgile, faisant de Silvius le fils d’Énée et de Lavinia, elle-même la fille de Latinus, roi du Latium.

Après la mort du héros troyen, sa mère se serait réfugiée dans la forêt de crainte que son demi-frère Ascagne (fils d’Énée et de Créuse) ne le tue. C’est donc dans les bois que Lavinia aurait donné naissance à Sirius et qu’elle l’aurait par la suite élevé. Plus tard, Ascagne lui aurait cédé le pouvoir à Lavinium, la ville qui portait le nom de Lavinia, et aurait fondé de son côté la ville d’Albe-la-Longue (située près de l’actuel Castel Gandolfo). Après un long règne, Silvius lui aurait succédé à Albe, établissant une longue dynastie, les Silvi.

Cette version de la vie de Silvius est magnifiquement retracée au Livre VI de l’Énéide, lorsque Anchise, aux Enfers entreprend de dire à Énée «les descendants que tu auras de race italienne et les âmes illustres qui porteront le nom de notre famille»: 

Ce jeune homme (…) il est le premier qui se dressera au séjour des hommes, avec du sang italien mêlé au nôtre; c’est Silvius, de race albaine, le dernier enfant que ta femme Lavinia te donnera tardivement à la la fin de ta vie et qu’elle élèvera dans une retraite sylvestre, roi et père de rois. Par lui notre famille dominera sur Albe-la-Longue (760-765)

  • SourcesDante Dictionnary, Oxford, 1848, Paget Toynbee; Énéide, de Virgile, Les Belles Lettres, 1961, traduction de André Bellessort; Wikipedia.