La fin de l’année est la période pour dresser les bilans et tracer quelques perspectives. Le site ladivinecomedie.com ne saurait échapper à cette règle. Il s’est en effet sensiblement enrichi au cours de l’année 2019.

Commençons, car c’est le cœur du projet, par la traduction du texte de Dante. En 2019, nous sommes entrés de plein pied dans le dernier cantique de La Divine Comédie avec la publication des Chants III à XII du Paradis. Un rythme qui devrait légèrement s’accélérer au cours de l’année prochaine ainsi qu’au cours des trois premiers trimestres de 2021. Cette traduction —et sa publication— est en effet étroitement liée au projet #DivCo qui prévoit la publication de l’ensemble de La Divine Comédie sur Twitter au rythme quotidien d’une (parfois plusieurs) terzina. Ce rendez-vous matinal, qui a été intégralement honoré depuis le début de l’aventure le dimanche 27 mai 2012, doit s’achever le 14 septembre 2021 au matin, jour où sera célébré le 700e anniversaire de la mort de Dante Alighieri.

La publication sur Twitter avec le hashtag #DivCo

Au fil du temps, cette publication sur Twitter a évolué, car le réseau social lui-même a évolué, donnant de plus en plus de place au texte (nous sommes —un changement oublié aujourd’hui— passés de 140 à 280 signes, par exemple) et à l’image. Chaque jour, la parution de #DivCo —sur le compte @mediatrend— suit le rythme quotidien suivant, sachant que 8h30 est l’heure pivot pour #DivCo autour de laquelle tout s’articule, et que cette heure à laquelle est publiée la terzina du texte original ne varie jamais:

  • 8h 29 •  L’explication de la terzina (ou des terzine) qui va suivre. Cette publication est indispensable pour expliquer telle idée, tel concept, situer tel lieu, citer le nom de tel ou tel personnage que Dante ne donne que de manière allusive etc. Lorsque cette explication est trop longue pour être contenue dans un tweet, elle est publiée en plusieurs tweets, publiés à 8h27, 8h28, 8h29 (pour respecter l’heure ne variatur de 8h 30 pour le texte de Dante);
  • 8h 30 • la terzina du jour. Parfois deux ou trois terzine sont publiées pour respecter le sens du propos de Dante, ne pas couper arbitrairement une phrase, etc.
  • 8h 31 • la traduction de cette terzina en français, (ou deux ou trois terzine). C’est cette traduction que l’on trouve —après relecture et éventuellement correction— sur le site. Ma traduction peut être plus longue que le texte de Dante; cela explique que parfois, lorsque plusieurs terzine sont publiées, la traduction se trouve contenues dans plusieurs tweets.

Tous les mois environ, à la fin de la publication d’un chant, rendez-vous est donné sur le site pour en relire le texte dans son entier, sa traduction et toutes les informations indispensables et nécessaires pour comprendre le texte.

  • (Pour en savoir plus sur la genèse du projet #DivCo et son évolution, lire ici et )
À terme, plus de 500 portraits et notices

Le site est donc l’enfant de l’aventure #DivCo. Pour accompagner la publication des chants, il est apparu indispensable de publier de courtes notices, de brèves biographies sur les personnages, les lieux, les musiques et chants voire les anecdotes. Tout cela fait la richesse, la poésie et le sel de La Divine Comédie. Malheureusement, souvent aujourd’hui la trace de certains personnages s’est diluée au fil des siècles; on n’a plus telle musique dans l’oreille et surtout on ne sait plus qu’elle en était la signification et la portée. Ces notices se sont donc imposées comme indispensables. Une centaine sont actuellement rédigées et complètes. 

À terme, le site devrait en compter sans doute plus de 500. Il ne s’agit en rien d’être exhaustif et de réaliser on ne sait quel “mini WIkipedia”, mais de donner les indispensables clés de compréhension de l’œuvre sur ce site conçu comme un ensemble cohérent. 

C’est au milieu de l’année 2018, que le principe de ces notices et portraits avait été arrêté. Depuis la publication se fait au rythme d’une dizaine par mois, avec cette année par exemple,

  • des personnages de l’antiquité comme Agamennon, le roi grec qui commanda l’expédition contre Troie, Lucain le poète romain auteur de La Guerre civile (Pharsale),
  • d’autres plus contemporains comme Cunizza da Romano dont la vie mouvementée pourrait être un roman à elle seule ou Charles Martel de Hongrie; deux personnages que Dante a sans doute rencontrés dans sa vie,
  • ou encore Cur Deus homo, texte théologique majeur de Saint Anselme d’Aoste, dont la réflexion nourrit la fin du Chant VII du Paradis.

Tous ces notices et portraits sont accessibles soit par des liens dans le flux des explications des chants, et dans ce cas, ils font partie des éléments de contexte, soit par la page Index, soit simplement par le moteur de recherche.

Une riche actualité 

Le blog, dont les informations remontent sur la page d’accueil du site, est destiné à rendre compte de l’actualité dantesque. Le choix est simple: tout ce qui concerne Dante Alighieri, sa vie et ses œuvres en particulier La Divine Comédie est a priori digne d’intérêt. Il peut s’agir d’un spectacle comme l’admirable Cercles de l’enfer de la Camera delle Lacrime, d’une chanson comme Dante aveva ragione de l’artiste italienne Silvia Vavolo, ou des réflexions encore en cours sur l’œuvre de Dante, avec par exemple les Lecturæ Dantis organisées par la Société Dantesque de France, d’un livre austère comme Dante et l’Averroïsme.

Cet éclectisme montre comment Dante irrigue et nourrit toujours la culture contemporaine, italienne bien sûr, mais bien au-delà des frontières du bel paese. Il illustre aussi —de manière très partielle— à quel point les réflexions, les recherches et les analyses autour de l’œuvre de Dante, ce que l’on appelle la dantologie, reste une matière vivante. La couverture de ces actualités est restée trop fragmentaire et irrégulière. Ce sera l’un des points travaillés en 2020, sachant qu’au fur et à mesure que la date anniversaire de la mort du Sommo poeta se rapprochera, le nombre d’événements qui lui seront consacrés augmentera mécaniquement.

Une bonne et heureuse année 2020

Il ne me reste qu’à vous souhaiter chères lectrices et chers lecteurs de ce site consacré à Dante Alighieri et à La Divine Comédie une bonne et heureuse année et à vous donner rendez-vous pour une année 2020 encore plus riche et passionnante.

  • Illustration: Le Paradis, Chant XVIII, Ciel du Soleil, par Giovanni di Paolo (1440) — image extraite d’un manuscrit (folio 146) ayant appartenu au roi d’Aragon, de Naples et de Alphonse V. Don de M. Yates Thomson au British Museum.